Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 22:43

NOTE DE LECTURE : OMNIA de JULES BARBEY d’AUREVILLY

     Auteur: Jules Barbey d'Aurevilly ( le Serge July du 19°) .Il a de belles fiches sur internet. Cet auteur m'a beaucoup plu pour ses analyses de la société et des approches intropectives des héros qu'il fait vivre dans ses romans.
    "Omnia" est le recueil de ses notes jamais éditées dans lesquelles l'on retrouve le sens des réalités sociales et politiques de son temps.
 
Je méconnaissais son point de vue sur ces détails historiques..
 
- Causes de la guerre des Chouans: Le plan de conspiration confié à M. de la Rouerie 1792 par le comité de Coblentz. Les mouvements de Bretagne et de Normandie par le fédéralisme. L'infatiguable activité de M. de Puisaye pour réunir les éléments. La guerre civile ; quelques chefs vendéens échappés aux affaires du Mans et de Savenay, restés sur la rive droite de la Loire. Le recrutement enfin, voià les causes de la chouannerie.
 
- Un chef de parti n'est jamais après tout qu'un bon caporal.
 
- Vie de Charette par Lebouvier Desmortiers (1809)
Charette de la Conterie, de gueules aux cinq bandes d'or.
Cinq pieds cinq pouces, le corps mince, dessiné avec grâce, le nez en l'air comme Pitt et comme Kodinski, la bouche plate, le menton en avant , ses yeux petits enfoncés, d'un feu irrégardable.
Quand l'insurrrection éclata Charette était à Fonte Clause ....1793.
 
Trés coquet- homme à femmes, ce loup de fourré.Il ne portait pas le grossier mouchoir rouge de Henri de la Rochejacquelin à la tête, mais un mouchoir de gaze à étoiles d'or, bordé d'une dentelle noire...Il ne tomba pas en avant sous les coups de fusil qui le frappérent, mais s'affaissa sur le coude avec une incomparable grandeur.
 
- Il fut une telle terreur , un tel épouvantement pour les bleus que ne le croyant pas mort, et vivant avec la glaçante idée qu'il allait reparaître, leurs généraux furent obligés de le faire déterrer et pour les rassurer , de leur montrer son cadavre.
 
- Une république détruite ne peut jamais se relever.
 
- (Monarchie) quatorze siècles!
  ( République) Quatorze armées!
 
Je recommande ce livre qui vient de sortir! Je crois entendre les sabots du cheval du chevalier DESTOUCHES sonnant sur le pavé de la ville endormie.
 
C'est du bon miel fournit par un témoin plus proche de nous de ces événements.
 
Source. Philippe GOUILHERS

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain TEXIER 15/01/2009 19:50

Cette note de lecture est une première, à vrai dire c'est la première qui nous vient d'une plume extérieure et , qui plus est , de Vendée.. Il y a donc lieu de croire que Philippe n'était pas le plus mal placé pour nous donner envie de lire des histoires de vie et de mort au coeur du bocage.