Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 19:12

Les  aventures  que vit la France  depuis  plus de deux siècles  vous paraissent relever d’un roman- feuilleton pas très  bon, alors  changez-vous la vie  en suivant Charlotte pas à pas; jour après  jour...

Retrouvez les  épisodes précédents  sur ce  blog même :

9-http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27559430.html

8-http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27517969.html

7- http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27477278.html

6. http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27440192.html

5. http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27372302.html

4. http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27357530.html

3. http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27314773.html

2. http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27280172.html

1-http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27252390.html
 

Acte I. Que faire de sa  vie ? 

   il y a des gens  qui semblent  porter malheur  à ceux qui les entourent  et peut -être bien  que Charlotte Corday appartenait  à cette fort pénible  catégorie.

    Parmi ses amis :

- Mademoiselle Eléonore de Faudoas, amie de couvent de notre héroïne, guillotinée à 17 ans… en famille, il est vrai, puisque son père  la suivit  sur le même échafaud.

-      Le  comte Henri de Belzunce, major en second  du régiment de Bourbon et neveu de l’abbesse du même nom. Le major de Belzunce  était, il est vrai, un fieffé imprudent ou peut –être seulement  un fieffé inconscient …mais dans les périodes troublées, cela revient  souvent au même.

     Les troubles  parisiens  de la mi-juillet 1789 avaient également  ébranlé la province  et, à la tête de son régiment, le jeune Belzunce avait  choisi son camp et l’avait fait savoir  avec  toute la morgue  de ses dix-huit-ans. Or, dans la nuit du 11 au 12 août, une «  émotion populaire » comme l’Ancien régime  en avait tant  connu et comme la révolution  allait en connaître plus encore, une « émotion populaire » donc, porta la foule  à la caserne du Régiment de Bourbon. Henri de Belzunce  y fut arrêté, conduit à l’hôtel  de ville . mais l’architecture d’agrément de la maison commune  ne parut pas de nature à protéger  le  jeune  comte de Belzunce de la juste fureur populaire, il fut  donc décidé  de le transférer au château de Caen.

                                   (A suivre )  A.T.

Partager cet article

Repost 0

commentaires