Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 22:14

 
Les  aventures  que vit la France  depuis  plus de deux siècles  vous paraissent relever d’un roman-feuilleton pas très  bon, alors  changez-vous la vie  en suivant Charlotte pas à pas; jour après  jour...

Retrouvez les  épisodes précédents  sur ce  blog même :
23.http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-28140298.html
22-http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-28100595.html
21-http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-28061538.html
20-http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-28016957.html
19-http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27980981.html
18-http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27907872.html
17-http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27869880.html
16-http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27826369.html
Liens permettant de lire.. et relire sur ce  blog, les épisodes 1 à 15.
http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-27942688.html



Acte III. Que faire de  sa mort ?


     Pendant  ce temps-là, Charlotte Corday, conduite  à la prison de l’abbaye – proche  de   l’actuelle église Saint-germain –des-Prés- qui ne se  faisait pas d’illusion sur le sort qui allait lui être reservé écrivait à son père :
    Pardonnez-moi, mon cher papa, d’avoir disposé de mon existence sans votre permission, j’ai vengé bien d’innocentes  victimes, j’ai prévenu bien d’autres désastres : le peuple, un jour  désabusé, se réjouira d’être délivré d’un tyran. Si j’ai cherché  à vous persuader que je passais en Angleterre c’est  que j’espérais  garder l’incognito, mais j’en ai vu  l’impossibilité. J’espère que  vous ne serez pas tourmenté ; en tout  cas, vous trouverez des défenseurs  à Caen.     Adieu, mon cher papa, je  vous prie de m’oublier ou plutôt de  vous réjouir de mon sort, la cause en est belle. Vous connaissez  votre fille, un motif  blâmable  n’aurait pu la conduire. J’embrase ma sœur que j’aime de tout mon cœur, ainsi que tous mes parents. N’oubliez  pas  ce vers de Corneille…

              ( A suivre) 
                          A.T.


Partager cet article

Repost 0

commentaires