Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 09:42

    Nos amis du Forum Louis XVII , dont  on  ne s’étonnera pas  de l’intérêt  - de la dévotion, peut-être -  qu’ils portent au Sacré-Cœur ,nous ont  fait parvenir l’information suivante  à la  suite de l'écho  publié par le  blog de la Charte de Fontevrault sur Claire Ferchaud.

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme
Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? »

     Une rapide visite  avec nos amis, en juin dernier, dans la maison vers Morestel qu’ils sont en train de restaurer ; m’a fait toucher du doigt la justesse de ce vers si connu du poète Lamartine.
     Les héritiers de la précédente propriétaire, une dame décédée très âgée, ont laissé à l’abandon tous les souvenirs de sa vie ! Vie certainement bien remplie où la culture tenait une large place : meubles, bibelots, partitions de musique, livres, écrits, ...tout est encore là !
      Un fanion tricolore, sale et froissé sous une pile de vieilles revues des années trente, attire mon attention.
     D’objet inutile abandonné, il devient une fois nettoyé l’objet de nombreuses interrogations : de quand date-t’il, pourquoi est il ici, quel a pu être son usage... ?
        Cet article n’est qu’une partie de la réponse.


« Cœur adorable de notre Dieu, la nation française vous implore »
Le 30 octobre 1918, Louis Joseph GUIRONNET, Chasseur Alpin au 62E B.C.A, est blessé au combat, à Etreux dans l’Aisne. Evacué, il meurt pour la France le jour même. _Il n’avait que 23 ans.  Louis avait « le Petit Paroissien du Soldat » dans son portefeuille. La balle l’a transpercé …

        A l’écart dans la tranchée, avant de monter à l’assaut des lignes adverses, le Poilu GUIRONNET a-t-il invoqué Notre Dame du Bon Secours ou récité, une fois encore, la prière « Vœu national au Sacré Cœur de Jésus » ? :
     « Nous venons à vous, Cœur Sacré de Jésus, dans nos angoisses ; ouvrez pour nous les trésors de votre charité infinie. Le sang qui a coulé de votre blessure a racheté le monde ; qu’une goutte de ce sang divin, par sa toute puissance expiatrice, rachète encore une fois cette France que vous avez aimée et qui ne veut pas renier sa vocation chrétienne...Que le temple élevé par nos mains en votre honneur devienne pour nous comme une citadelle inexpugnable qui protégera Paris et notre Patrie...Ainsi soit-il »          
      Avec la guerre qui dure et la brutalité des combats, « inlassablement, les évêques appellent à prier, à communier, car la décision dépend de Dieu seul, « allié plus puissant que la Russie et l’Amérique » ...C’est alors sans doute que la dévotion au Sacré-cœur atteint son apogée ; des diocèses, comme Besançon, lui ont été consacrés dès 1914, puis c’est la France tout entière, le 11 juin 1915. _Du coup certains ultras veulent réactualiser la prophétie de Marie Alacoque à Paray-Ie-Monial, enjoignant à Louis XIV de faire graver le Sacré-cœur sur ses étendards. Des images en ce sens sont saisies par la police à Lyon en 1915. De nombreux sermons exaltent les fidèles.... Si les autorités interdisent le drapeau surchargé sur la voie publique, elles sont relativement tolérantes à ce qui se passe dans les églises, et c’est plutôt de Rome, par Benoît XV et le cardinal Billot, que vient la suspicion pour une dévotion à la fois ultra-nationaliste et souvent superstitieuse ; le Sacré-cœur, sur la poitrine d’un soldat ou sur un fanion, est une véritable amulette »

….
      Le remarquable site Internet consacré à l’histoire de la dévotion au Sacré-cœur
http://spiritualite-chretienne.com/s_coeur/chrono.html
      nous renseigne de façon plus complète :

      Dès 1915, L’Œuvre des Insignes du Sacré-cœur (19 quai de Tilsitt à Lyon) distribue pour la population et les soldats du front insignes et drapeaux. Pour la totalité du conflit, ces distributions représenteront douze millions d’insignes, plus d’un million cinq cent mille fanions, trois cent soixante quinze mille scapulaires et plus de trente deux mille drapeaux.
     Le 16 janvier (1917), une lettre de Claire Ferchaud est remise à Raymond Poincaré, président de la République. Elle lui fait part d’un message qu’elle dit avoir reçu du Christ, qui contient une double demande : sa conversion, et l’apposition du Sacré-cœur sur le drapeau national. Malgré leur rencontre du 21 mars, et un nouveau courrier envoyé le 1° mai, ses démarches resteront sans effet :
    " ... Jésus veut sauver la France et les Alliés, et c’est par vous, Monsieur le Président, que le Ciel veut agir, si vous êtes docile à la voix divine.
Il y a des siècles déjà, le Sacré-cœur avait dit à la B. Marguerite-Marie : « Je désire que mon Cœur soit peint sur le drapeau national, et je les rendrai victorieux de tous leurs ennemis ». Dieu semble avoir dit ces paroles pour nos temps actuels...
     Monsieur, voici les paroles sacrées que j’ai entendues de la bouche même de Notre Seigneur : « Va dire au chef qui gouverne la France de se rendre à la Basilique du Sacré-cœur de Montmartre avec les rois des nations alliées. Là, solennellement, les drapeaux de chaque nation seront bénis, puis le Président devra épingler l’image de mon Cœur sur chacun des étendards présents. Ensuite, M. Poincaré et tous les rois alliés à la tête de leur pays, ordonneront officiellement que le Sacré-cœur soit peint sur tous les drapeaux de chaque régiment français et allié. Tous les soldats devront être recouvert de cet insigne de salut. »
        Début mai (1917), Mlle de Béarn ouvre un Secrétariat du Sacré-cœur à Paris, destiné à recueillir les signatures de la profession de foi intitulée « La France au Sacré-cœur », diffusée dans une cinquantaine de diocèses et au plan national par l’intermédiaire du journal La Croix, appelant à l’apposition de l’emblème du Sacré-cœur sur le drapeau national. _Mgr Amette (le 9 mai) puis Mgr Odelin, son vicaire général (le 24 mai) désapprouvent l’entreprise, qui disparaît rapidement.
        Le 1° juin (1917) les préfets interdisent l’apposition de tout emblème sur le drapeau national...Les 18 et 29 juillet, au nom de la liberté de conscience et de la neutralité religieuse de l’Etat français, le gouvernement interdit la consécration des soldats au Sacré-cœur et le port, aux armées, de fanions et étendards du Sacré-Cœur.
         Le 6 août, pour couper court à la lettre envoyée par Claire Ferchaud aux généraux français, Philippe Pétain, alors Général en chef des armées, rédige une Note aux Armées et conclut :
       « Les militaires (officiers et hommes de troupes) qui recevront d’œuvres quelconques des fanions ou étendards revêtus d’emblèmes religieux les remettront immédiatement à leur chef de corps qui en assurera la réexpédition à l’Œuvre expéditrice.
    Les généraux commandants les armées rappelleront aux officiers sous leurs ordres qu’ils doivent dans le service s’abstenir de tout acte à caractère confessionnel constituant une violation flagrante de la liberté de conscience de leurs hommes et de la neutralité de l’Etat français »



Source.
lundi 1er novembre 2004, par Michel Guironnet
http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article232

Partager cet article

Repost 0

commentaires

charles bories 06/03/2009 21:48

Cher Président,

Il n'était nul besoin de me présenter des excuses pour un simple libellé qui ne pouvait pas rendre compte de le finesse de votre question parfaitement ... légitime !

Vivement la messagerie du Web 2.0 qui nous permettra peut-être d'avoir des échanges éléctroniques où même les intonations de la voix pourront être discernées par l'auditeur, à condition bien sûr qu'il ne soit pas sourd et qu'il écoute avec son coeur !

Et n'oublions pas la devise de notre défunt forum MSN Louis XVII !

LIRE C'EST RELIRE ! Sourire SVP !

Alain TEXIER 05/03/2009 22:10

Cher ami,

je comprends votre stupéfaction et votre peine à lire cette phrase que j'ai - mal- rédigé au fil de ma souris. Je ne voulais naturellement pas mettre en cause votre dévotion au Sacré-Coeur et je vous prie de bien vouloir excuser ma maladresse.
Enfin , si mon erreur , ma faute a pu , sur certains points ,constituer une felix culpa c'est qu'elle vous a permis de faire un acte de foi au Sacré Coeur et que l'on n'en fera jamais assez comme vous le pensez vous aussi.

charles bories 05/03/2009 15:22

Cher Président,
Un petit bug a supprimé la suite de mon message où j'avais écrit que j'étais surpris de lire ceci :
" Nos amis du Forum Louis XVII , dont on ne s’étonnera pas de l’intérêt - de la dévotion, peut-être - qu’ils portent au Sacré-Cœur ... "

Et j'avais ajouté pour justifier ma surprise que notre forum Louis XVII avait eu quasiment en permanence le drapeau de la France, frappé de l'emblème du Sacré-Coeur de Jésus, sur sa page d'accueil !... ***

Ce drapeau rappelle à tous les royalistes l'actualité des demandes de Notre Seigneur Jésus - Christ au Roi Louis XIV à la date ( selon toute vraisemblance ) du 17 juin 1689, qui tout comme celles de 1917 à Poincaré n'ont pas été satisfaites ...

Aussi la question qui se poserait aujourd'hui à tous les royalistes de France et de Navarre ne serait-elle pas la suivante, si je peux me permettre de vous paraphraser :

cet emblème ne serait-il pas la pièce manquante du puzzle royaliste que vous avez évoqué dans une autre discussion ?

Plus solennellement et avant qu'il ne soit trop tard, les royalistes sauront-ils se rassembler autour du drapeau de la France, frappé de l'emblème du Sacré-Coeur de Jésus ou vont-ils " abuser de la patience de Dieu et Le fatiguer " ?...

Chrono SVP ! ...
-------------------------
*** ainsi qu'on peut en retrouver la trace documentaire sur le nouveau support américain sur lequel MSN l'a fait basculer, telle une nouvelle guillotine high tech ... http://forumlouisxvii.multiply.com/ !

Alain TEXIER 05/03/2009 11:27

Et qu'êtes-vous surpris de lire , au juste, cher ami dans un texte qui , je vous le rappelle n'est pas de moi même, si j'ai relayé avec émotion cette émouvante histoire.

charles bories 05/03/2009 11:09

Cher Président,

Je suis surpris de lire :