Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 17:10
     Vous trouverez  ci-dessous un éloge  du président Monory parmi beaucoup d'autres, mais  ce  que je  voudrais  dire est plus personnel.
     J'ai souhaité l’illustrer  par une  photo de  la porte  du Matray à Loudun, sa ville et ma ville,  à très peu de  distance des endroits ou je suis né et où j’ai commencé ma  vie terrestre.

Site officiel de la ville : http://www.ville-loudun.fr/
                        Alain TEXIER

Deux souvenirs, deux mercis parmi beaucoup d’autres, en particulier pour avoir protéger ma  ville .
     - A cette époque, mon  épouse et moi étions étudiants en DEA de Systèmes et  Structures politiques à l’université  de  Paris X Nanterre . Parmi nos  cours , nous   avions un enseignement  de  Droit parlementaire . Il nous fallait un règlement  du Sénat  et un de l’Assemblée nationale. Je les avais  demandés  au sénateur Monory arguant  de ma naissance–déjà assez  lointaine, pourtant , à Loudun et il nous les avait  fait parvenir.
      La ferme de mes grands parents maternels  est située en Poitou à une   petite trentaine de km de Loudun et Dieu sait  si mes frères  et moi avons écumé  la région en vélo pour les destinations les plus proches et puis aussi en voiture, celle de mes parents et  celle de ma tante Colette, pour les  destinations les plus lointaines.
      Parmi nos excursions favorites , Monts-sur- Guesnes avec  son château en ruines  sur la place  du bourg. Enfin "en ruines "jusqu’ à ce que René Monory , là comme dans les autres  communes membres du SISSEL Loudunais "Syndicat Intercommunal de solidarité du Loudunais ", mette la main à la pâte et le fasse restaurer  .
      Pour cela aussi , merci
.


Photo du château :
http://www.notrefamille.com/v2/services_cartes_postales/cartes-postales
cartepostale=249257&ville=73723&partner=patagos&emplacement=flux
        Figure de la Ve République, René Monory, ancien président du Sénat (1992-98) et "père" du Futuroscope, a succombé à la maladie dans la nuit de vendredi à samedi, à Loudun (Vienne), dans sa maison familiale, à l'âge de 85 ans. René Monory, qui fut longtemps maire de Loudun, est mort peu avant 1 heure dans sa propriété de Beaurepaire, entouré de son épouse et de sa fille. Ses obsèques et son inhumation devraient avoir lieu mardi ou mercredi à Loudun, sa ville natale, comme il l'avait demandé, a-t-on appris de sources concordantes.
    L'ancien ministre centriste a été plusieurs fois hospitalisé ces derniers mois. En février 2008, il a été opéré d'une occlusion intestinale, puis a eu, après l'opération, des problèmes respiratoires qui ont nécessité son admission en soins intensifs. Il a ensuite pu regagner son domicile. Réhospitalisé en août 2008 pour de nouveaux problèmes respiratoires, cet homme, "très costaud" selon l'un de ses proches, a, cette fois encore, insisté pour revenir à Loudun auprès des siens.
      Personnalité atypique, ce passionné de nouvelles technologies à la forte carrure, qui ironisait sur les intellectuels, a construit sa carrière avec obstination à partir de sa ville de Loudun (nord-ouest de la Vienne), où il est né, le 6 juin 1923. Fils unique d'un mécanicien compagnon du Tour de France et d'une employée de ferme qui a commencé à travailler à 9 ans, René Monory a débuté en 1939 comme apprenti dans le petit garage paternel de Loudun. Il l'a rapidement transformé en une prospère concession d'automobiles et de machines agricoles qu'il a dirigée à partir de 1949 et qui est devenue la SA Monory, en 1955. Mais la réussite dans les affaires n'a pas épuisé la volonté de puissance et, sans doute, de revanche sociale du jeune entrepreneur qui est resté, aux yeux des notables, "le garagiste de Loudun", un surnom qui ne l'a plus quitté. En 1959, il fut élu maire de la ville. Réaliste, il expliquait : "Pour les bourgeois, j'étais encore un ouvrier. Pour les ouvriers, j'étais devenu un bourgeois."
          Technicien des finances et ardent défenseur du libéralisme économique; Une fois élu, René Monory a rapidement modernisé sa ville et a poursuivi son ascension, devenant l'homme fort du département de la Vienne : conseiller général en 1961, réélu maire en 1965, sénateur en 1968, président du conseil général en 1977. Sa haute taille et son tempérament bourru lui ont valu un autre surnom : le "Sheriff". Nommé en mars 1977 ministre de l'Industrie de Raymond Barre, il s'est imposé dans un ministère traditionnellement austère, gérant notamment avec diplomatie une grève d'employés d'EDF. Il est entré au conseil national de l'UDF dès sa création, en 1978. La même année, il est devenu le dernier ministre de l'Économie de la présidence de Valéry Giscard d'Estaing (1978-81). À ce poste, cet autodidacte (il avait pour unique diplôme son certificat d'études primaires), devenu gestionnaire sans "avoir jamais lu un livre d'économie", s'est créé une solide réputation de technicien des finances et d'ardent défenseur du libéralisme économique. Il a imaginé les Sicav, système de drainage de l'épargne populaire auquel son nom reste attaché. René Monory est revenu au gouvernement comme ministre de l'Éducation de Jacques Chirac pendant la première cohabitation (1986-1988), après avoir été brièvement, en 1985, président du conseil régional de Poitou-Charentes. Ce solitaire, marié et père d'une fille, qui se targuait de ne pas fréquenter les dîners en ville, a succédé, en 1992, à Alain Poher à la présidence du Sénat. Mais lorsqu'il a sollicité un troisième mandat, en 1998, c'est le RPR Christian Poncelet qui lui fut préféré.
       Le président Nicolas Sarkozy a salué son "humanisme" qui "s'exprima non seulement dans sa conception de l'homme qu'il plaçait au coeur de l'action publique, mais également dans sa conviction de la nécessité d'offrir à ses contemporains la possibilité d'accéder au plus vaste savoir". Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste, a, pour sa part, salué la mémoire d'"un grand humaniste, un homme énergique, tourné vers l'avenir". "Je salue ce matin la mémoire de René Monory (...) infatigable créateur de modernité politique. Il restera dans l'Histoire de la Chambre haute comme un président ouvert au dialogue", a-t-elle dit, ajoutant : "Son parcours, de garagiste autodidacte à ministre de la République, fut pour les jeunes de France le symbole d'une promesse républicaine fondamentale, celle de la promotion sociale."

Source.
http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-04-11/disparition-de-l-ancien-president-du-senat-rene-monory-du-certif-a-la-presidence-du-senat/917/0/334204

http://www.tourisme-vienne.com/chateau/monts-sur-guesnes/220/chateau-de-monts-monts-sur-guesnes

http://www.paruvendu.fr/immobilier/vente/propriete-chateau/monts-sur-guesnes-86420/1143715403A1KIVHPR000CX1CI1RG3

                                                           ----------------------------

Partager cet article

Repost 0

commentaires