Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 15:35
Bien cher Monsieur,

    Vous me demandiez , il y a peu , d’essayer de commettre un article où je tenterais d’exprimer mon sentiment d’une France royale.


    De prime abord, il convient d’affirmer que notre Pays ne retrouvera un Roi que lorsqu’elle aura retrouver sa Foi chrétienne.
    Pourtant vous avez raison … Talleyrand l’exprimait avant vous :
“A force de murmurer le nom du Roi […] enfin la Royauté renaîtra ” !
    Mais il convient d’être lucide , en deux siècles , le peuple de France a renié son Dieu et son Roi pour des miroirs à alouettes … il se sent grugé , manifeste dans les rues , séquestre , saccage et n’est jamais heureux encore moins comblé … y compris par ceux qui le brossent dans le sens du poil.
    Nos bons Pères Jésuites avaient en un temps pris l’habitude d’inscrire en marge de leur cahier d’appel des élèves S.Nob. : sine nobilitate … cela est resté … pour un usage autre : snobisme ; mais cependant , dûment nommés , les snobs n’ont-ils pas toujours peu ou prou convoité l’onction d’un titre  … rappelez vous , même Robert de Montesquiou prétendait qu’“ il
faudrait manquer d’esprit pour ne pas être snob  ” 
  … La Grande Guerre est passée par là ,la séduction du grand monde a fini par se tarir et  “ le manteau de la liberté a servi à couvrir nombre de petites chaînes ” autres , comme l’affirmait Charles de Brosses qui , visionnaire , disait également : “ à Paris, la décence est aussi grande dans les usages que l ‘ indécence l’est dans les mœurs ” … c’était hier ; le mal a empiré .
    Il faut être dans le vent ou mourir !  Tout ou presque serait dit dans la prétention que nous avons à vouloir à la place de Dieu.

    Le Professeur Maurice Duverger, spécialiste des partis politiques affirmait que “ Nous vivons avec une notion totalement irréelle de la démocratie ” …  il est vrai qu’avant lui , François Guizot avait décrété que “ ce qui a perdu la démocratie , c’est qu’elle n’a su admettre aucune organisation hiérarchique de la société ; c’est que la liberté ne lui a pas suffi ; elle a voulu le nivellement. Voilà pourquoi la démocratie a péri ”
    La démocratie, de plus, est antireligieuse ; elle fait dépendre toute vérité, toute autorité, toute liberté, non plus de Dieu , non plus d’autorités politiques et sociales , mais de l’homme  … ne lisait-on pas chez Ulysse : “ Le commandement de plusieurs n’est pas bon ; qu’il n’y ait qu’un seul chef , un Roi ! ”
    Monarchistes , nous prônons donc cette forme de gouvernement dans laquelle l Etat est dirigé par une seule personne  … que nous soyons légitimistes , orléanistes, voire bonapartistes !
    Car on entend parler de querelles dynastiques , de différends … est-ce bien raisonnable ?
    “ Tout royaume divisé contre lui-même, périra ” (Ev. selon st Matthieu , XII, 25);  Faudra-t-il encore tomber plus bas pour que nous arrêtions de courir après un titre plutôt que d’œuvrer pour la Restauration (j’allais dire la Reconquête) du Règne de Notre Seigneur et par là de notre Roy ?
J’ai pitié de ceux qui ferment les yeux , j’ai pitié de ceux qui se bouchent les oreilles , j’ai pitié de ceux qui censurent ou occultent le réel , afin de se croire vivre dans un univers parfait .
    Celui qui accepte le mal sans lutter contre lui coopère avec lui …
une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier.

    Permettez moi d’utiliser, en guise de conclusion cette définition de Jean Raspail que j’aime bien :
    “ Le royalisme tel que je le conçois n’est pas une position politique. C’est , au contraire , une attitude éthique , philosophique et religieuse . Le Royalisme est une idée belle et noble qui satisfait ce que l’on a de meilleur en nous-mêmes : l’héroïsme, le sens du sacré et l’idéal  ”
    “ On finira bien par restaurer la Monarchie un jour contre la dictature et contre l’anarchie ” comme le pensait Eugène Ionesco.
    “ Nul n’a l’apanage de la meilleure stratégie. Cependant l’histoire nous a enseigné que la conviction et la persévérance étaient les piliers fondamentaux d’une stratégie fructueuse ” tel que l’écrivait il y a peu le Capitaine de Vaisseau Eric Chaplet.
    L ‘important pour nous , au delà de toutes divisions ou clivages , étant comme Jeanne d’être soumis à Notre Seigneur et à son Père dans l’humilité de cette si belle Prière qu’Il nous a Lui-même enseignée : Notre Père … que Votre Volonté soit faîte sur terre comme au ciel …
    Retournons en Eglise , trouvons un directeur spirituel, confions nos prières et nous-mêmes à Notre Dame  …
    Le Père Emilio Bettini ne vient-il pas de souligner que “ Le temps de la redécouverte du rôle historique de l’Eglise dans la société contemporaine , capable , par vocation , de dialoguer avec les cultures et de les assumer en puisant dans la force du Mystère de l’Incarnation , est essentiel   ” … d’autant que pour Benoît  XVI “ Les universités européennes vivent et œuvrent dans un contexte de crise culturelle, qui est la crise de la modernité , due à l’adhésion diffuse à un faux modèle d’humanisme qui prétend édifier un regnum hominis contraire à son fondement ontologique nécessaire ”.

        Pour Dieu , pour le Roy ,

    Respectueusement  votre , dévoué à une cause commune , in Xsto Rege per Mariam

Benoît Bolon de Treignac

Consultant en sociologie politique

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Françoise 30/04/2009 17:29

Platon disait qu'aucune société ne peut survivre lorsqu'elle a perdu tout idéal. Qu'adviendra-t-il de celle qui nous fait croire aujourd'hui que nous ne sommes que des consommateurs en perte d'âme et de culture? Peut-être le temps est-il venu d'admettre qu'au-delà des clivages politiques, religieux et sociaux, nous sommes tout simplement et humblement en quête de transcendance.