Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 10:27
      Le samedi 2 mai, S.A.R. le Prince Jean d’Orléans, Duc de Vendôme, épousera en la cathédrale de Senlis, dans l’Oise, Mlle Philomena de Tornos.

   Ses partisans, comme ses amis, s’en désolaient. A 44 ans, le Prince héritier du Trône de France était encore célibataire et en dépit de sa gentillesse et de son humeur égale, on ne pouvait s’empêcher d’apercevoir sa haute stature surmontée d’un sourire triste. Mais aujourd’hui, c’est un sourire éclatant qui illumine son visage depuis sa rencontre avec Philomena de Tornos, qu’il a épousé civilement le 19 mars dernier à Paris et avec laquelle il s’unira religieusement samedi 2 mai à Senlis.
       Le choix du site n’est pas anodin car, en dépit de son accès facile pour les nombreux invités qui vont venir des quatre coins de l’Europe, Senlis fut le lieu où, en 987, les grands du Royaume choisirent Hugues Capet comme Roi de France et le fondateur de la dynastie dont le Prince Jean d’Orléans peut légitimement aujourd’hui se proclamer l’héritier. Cela signifie aussi que le Prince accepte pleinement cet héritage dont il est prêt à assumer les responsabilités si les circonstances l’y conduisaient. Nulle nostalgie ni encore moins rêverie dans l’esprit du Prince qui se veut moderne dans ces temps qu’il qualifie lui-même de difficiles. En cela, il s’inscrit dans les pas de ses prédécesseurs immédiats.
      Né le 19 mai 1965 à Boulogne-Billancourt, le Prince Jean d’Orléans est le fils d’Henri d’Orléans, Chef de la Maison de France, et de la Princesse Marie-Thérèse de Wurtemberg et le petit-fils du Comte de Paris qui, en 1987, à l’occasion de la célébration du Millénaire capétien, l’avait titré Duc de Vendôme. On sait que le Comte de Paris s’était très impliqué dans la politique française et qu’il avait entretenu des relations suivies tant avec le Général de Gaulle qu’avec François Mitterrand. Très affecté par la séparation de ses parents, le Prince Jean d’Orléans a poursuivi ses études à Paris puis aux États-Unis dont il sort diplômé en philosophie et en droit puis a effectué son service militaire comme officier à Arras. Loin d’envisager de vivre en rentier comme pouvaient encore l’imaginer ses ancêtres, il occupe successivement plusieurs fonctions dans le domaine bancaire et celui du conseil, avant de créer en 2007 sa propre entreprise, la « Société pour le développement du patrimoine historique et culturel français ». C’est dix ans plus tôt, en 1997, qu’il a décidé d’entamer par Bordeaux une série de voyages qui vont le conduire à travers la France mais aussi en Europe, en Amérique, en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Partout il est reçu par les autorités politiques, publiques et religieuses. Si la curiosité est présente parfois, la chaleur et la sympathie qu’inspirent sa simplicité et sa spontanéité l’emportent toujours. A l’étranger, comme au Liban, en Pologne et tout récemment à Québec pour le 400ème anniversaire de la fondation de la ville, il est accueilli avec le respect dû à la part de l’Histoire de France qu’il incarne. Le Prince accorde un intérêt tout particulier au développement économique, au bien-être social et à la promotion du patrimoine. C’est la multiplication de ces rencontres avec ceux qui font vivre et avancer ce que d’aucuns appellent le « pays réel » qu’il fonde en 2003 l’Association « Gens de France » destinée à favoriser les relations entre les personnes, contribuer au bien de la France et à son rayonnement à l’étranger. Il y présente sa démarche comme celle d’un prince, prince français et prince chrétien, car il ne cache pas sa foi catholique profonde qui l’a aidé à surmonter les vicissitudes de son existence. Il ne lui manquait donc plus que celle qui pouvait donner sens à son action et l’aider dans sa démarche. Petite-fille du secrétaire particulier du Comte de Barcelone, père de l’actuel Roi Juan-Carlos d’Espagne, concentrée d’Europe par ses origines à la fois espagnole et autrichienne et son éducation française, Philomena de Tornos y Steinhart semble réunir toutes les qualités requises pour réussir cette délicate mission.
      Quand les cloches de la cathédrale de Senlis sonneront, quelles que soient les opinions de chacun sur sa destinée, tous auront néanmoins à coeur de penser ou de dire « Soyez heureux Monseigneur ! ».
Fabrice de CHANCEUIL
© Bulletin de l’Acip – 27 avril 2009


      800 invités sont attendus dés 9h du matin, ce samedi 2 mai, à la cathédrale de Senlis pour entourer les mariés. Des familles royales, cousins du marié, des personnalités politiques et de nombreux amis. Un important dispositif des forces de l’ordre accompagné de 130 bénévoles, sera mobilisé par la Préfecture.
       Les familles royales européennes : La Belgique représentée par le prince Philippe et la princesse Mathilde, le prince Laurent et son épouse, l’archiduc et l’archiduchesse Lorenz d’Autriche. L’Espagne par l’infante Pilar, sœur du roi Juan Carlos 1er. L’Italie par les Bourbons des Deux Sicile et le prince Emmanuel de Savoie. L’Autriche par l’archiduc et l’archiduchesse Rudolf d’Autriche, les nombreux cousins Habsbourg du Duc de Vendôme. Le prince Guillaume du Luxembourg. Les princes du Lichtenstein, les Wurtemberg et la famille d’Orléans au grand complet.
      Des personnalités politiques et du monde culturel : Bernadette Chirac, l’Aga Khan, Rachida Dati, Eric Woerth, Frédéric Mitterand (directeur de la Villa Médicis à Rome), Jean-Jacques Aillagon (ancien ministre de la culture et président du château de Versailles), Jean Raspail (écrivain), le prince Gabriel de Broglie (chancelier de l’Institut de France), Alain Decaux (ancien ministre et membre de l’Académie Française). Le monde diplomatique est représenté par les ambassadeurs du Liban, de Pologne, le délégué général du Québec.

Source.
http://www.france-catholique.fr/Mariage-principer-en-France.html
     Senlis est une commune française, sous-préfecture du département de l'Oise, en région Picardie. Elle se situe sur la Nonette, entre les forêts de Chantilly et d'Ermenonville au sud, et d'Halatte au nord, à quarante kilomètres au nord de Paris.
      De fondation antique, séjour royal durant le Moyen Age, la cité conserve de sa longue histoire un riche patrimoine et possède plusieurs musées. La vieille ville est constituée d'un ensemble de maisons et ruelles anciennes ceintes de remparts gallo-romains et du Moyen Age, autour d'une cathédrale gothique. L'ensemble a été préservé par la création en 1962 d'un secteur sauvegardé de quarante-deux hectares au titre de la loi Malraux. Depuis, la municipalité et les habitants mettent en valeur le patrimoine par la restauration des monuments et de l'habitat ancien et l'organisation de manifestations culturelles à l'image des Rendez-vous de septembre, tout en développant une activité économique tertiaire à proximité de l'autoroute du Nord.

    ( Glanes héraldiques); Les armes de Senlis se blasonnent ainsi : De gueules au pal d'or
.
source
http://fr.wikipedia.org/wiki/Senlis_(Oise)

Partager cet article

Repost 0

commentaires