Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 08:45
     Conformément  au  vœu du maire, Kleber Haedens est sorti de l’oubli pour donner son nom au collège en cours de construction aux Champs-Philippe. Méritait-il cet honneur ? Rappelons que cet écrivain méconnu, présenté par Philippe Juvin comme ‘un esprit libre et anticonformiste’, fut aussi ‘un écrivain d’extrême-droite’, comme l’a précisé Jean d’Ormesson lors de la cérémonie de pose de la première pierre du collège le 26 novembre dernier.

   Secrétaire particulier de Charles Maurras, journaliste et critique engagé, Kleber Haedens contribua toute sa vie à diffuser la théorie du ‘nationalisme intégral’ qui devait inspirer le régime de Vichy. Antirépublicain convaincu, il collabora avant, pendant et après-guerre à des revues ouvertement fascisantes et antisémites : l’Action Française, Je suis Partout, l’Insurgé, Aspects de la France…

   A la mi-octobre, nous avions adressé une lettre ouverte aux conseillers généraux pour les alerter sur le choix de ce nom. Sans résultat : quelques jours plus tard, la majorité UMP-NC du Conseil général l’adoptait, contre l’avis des conseillers généraux PS, PC et Verts.

   Faut-il alors se résigner à voir le nom de notre collège associé à un homme qui, aujourd’hui encore, fait figure de caution intellectuelle pour les mouvements d’extrême-droite ? Certainement pas ! La situation est d’autant plus insupportable que Philippe Juvin a prévu de distribuer à nos enfants Une Histoire de La Littérature Française de Kleber Haedens, pour les aider, dit-il, ‘à acquérir une certaine indépendance d’esprit’. Or, cet ouvrage, publié en 1943, fut écrit dans un objectif de propagande, sur la commande d’un éditeur pétainiste. On comprend alors mieux son contenu, très critique envers les philosophes des lumières, et très favorable aux auteurs nationalistes !

   Enseignants, parents d’élèves ou ‘simples’ habitants, nombreux sont aujourd’hui ceux qui appellent au retrait du nom choisi pour le futur collège au profit d’une appellation plus consensuelle. La chose est possible et relativement simple, puisque ce nom n’a pas encore été validé par le conseil d’administration de l’établissement.

   Un Front Républicain, soutenu par le MoDem, le PS et le PC, s’est constitué le 20 novembre dernier dans cet objectif. Il a lancé une pétition qui, en se joignant à celle initialement lancée par le MoDem, a recueilli plus de 800 signatures. A son appel, une cinquantaine de personnes ont manifesté leur indignation lors de la pose de la première pierre. Cette manifestation, relayée par les médias, n’était pas un baroud d’honneur. Elle marque au contraire le début d’une prise de conscience et d’une contestation citoyenne.

   Si, comme nous, vous refusez que l’on donne pour modèle à nos enfants un homme qui rejetait les valeurs républicaines et leur préférait celles du régime de Vichy, rejoignez le Front Républicain garennois et signez sa pétition.

NDLRB . Le maire UMP  de  La Garenne-Colombes, Philippe Juvin,    a  finalement  renoncé à  sa décision . Le collège sera  en définitive baptisé  «Champs-Philippe», du nom du quartier dans lequel il est situé. «Le premier collège de la ville s'appelle "Vallées", du nom du quartier»,
Origine :


BIBLIOGRAPHIE -ORIENTEE- DE KLEBER HAEDENS

   "Kléber Haedens, ce vieux briscard de l'Action française, figure emblématique de la Réaction entretenu dans une bulle d'alcool", disait de lui Jacques Lecarme (Les Hussards, Presses Sorbonne Nouvelle, 2000).

     Le parcours du journaliste Kleber Haedens est en effet celui d’un homme engagé, proche de Charles Maurras.

     Avant guerre, il écrit dans l’Action Française, Combat, Idées, l’Insurgé, qui défendent tous des positions nationalistes et maurrassiennes.
     Pendant la guerre, il collabore à une publication Vichyste, Compagnons, chargée de diffuser (en particulier auprès des jeunes) l’esprit et la morale de la Révolution Nationale de Philippe Pétain.

    Après-guerre, alors que la parution de l’Action Française est interdite et Charles Maurras emprisonné, il rejoint l’équipe de rédaction d’Aspects de La France.
    Aspects de La France est une revue qui avait pour objectif de relancer la doctrine du "nationalisme intégral" en même temps que le projet monarchiste de l’Action Française. Aspects de La France est alors dirigé par l’ancien Commissaire aux questions juives de Vichy, Xavier Vallat, instigateur de la politique antisémite de Vichy.

     Xavier Vallat avait notamment pris en charge le second statut des juifs et leur recensement (2 juin 1941), ainsi que la loi du 22 juillet 1941 qui organisait l’appropriation des biens juifs par le régime de Vichy. Condamné en 1947 à dix ans d’emprisonnement et à l’indignité nationale à vie, il fut libéré en décembre 1949 et amnistié en 1954.
    Durant les années 1950, le périodique Aspects de La France est associé aux activités du mouvement royaliste Restauration nationale.

     Plus tard, en 1962, Kleber Haedens collabore au Nouveau Candide, un hebdomadaire destiné à promouvoir l’Algérie Française et dont un des autres chroniqueurs, Jean-François Steiner deviendra l'animateur du comité de défense de Maurice Papon.

    Ce n'est qu'au terme de sa vie qu'il se consacrera exclusivement à la critique littéraire et aux reportages sportifs, mettant sa plume au service du rugby et du Tour de France.

     Quant à Une Histoire de La Littérature Française, le seul ouvrage connu de Kleber Haedens, il faut aussi savoir que c'est un ouvrage extrêmement engagé et imprégné de la doctrine maurrassienne. L’auteur s’y évertue à minimiser le talent et l’influence des philosophes des Lumières qui ont inspiré la Révolution Française. A l’opposé, son auteur y montre une grande complaisance et de l'empathie envers les écrivains traditionalistes et nationalistes. L'ouvrage est préfacé par Michel Déon qui sous l'occupation, était en zone sud secrétaire de rédaction à L'Action française auprès de Charles Maurras.

      En 1998, l’Académicien Jean d’Ormesson, disait : «Il y a eu des histoires de la littérature française qui étaient des pamphlets. Je pense par exemple à celle de Kleber Haedens qui était amusante mais très à droite. C’était un ouvrage de combat».
Jean d'Ormesson devrait d'ailleurs, c'est étonnant, poser la première pierre de ce nouveau collège, le 26 novembre prochain.

    En 1968, à l’occasion du centenaire de la naissance de Maurras, un Comité Charles Maurras avait été créé à Paris. Présidé par le duc Antoine de Lévis-Mirepoix, il comptait dans ses rangs Kléber Haedens.

    Aujourd'hui encore, sur le blog de l'Action française étudiante (http://afe-blog.com) Une Histoire de La Littérature Française figure en bonne place dans la liste des lectures recommandées pour bien préparer "le camp" (l'université d'été des jeunes royalistes).

Origine .

LE POINT DE VUE DE LA CHARTE  DE FONTEVRAULT

Et un collége Robespierre, ça vous irait?
21/06/2009 à 13:02

   Il est vrai que les héros de la Terreur sont déjà bien pourvus . Pensons aux innombrables lieux d'enseignement Robespierre, Danton, Marat aussi probablement... Plus tard , il y a eu les collèges Louise Michel.
    Alors évitons de donner aux élèves la possibilité de penser par eux mêmes et surtout pas de patronage politiquement incorrect.

Origine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain TEXIER 14/07/2009 16:13

Le blog auquel le lien suivant conduit a reproduit notre analyse . Qu'il veuille bien trouver ici nos remerciements.

http://lagarenne-colombeslebuzz.blogs.courrierinternational.com/archive/2009/06/23/encore-un-blog-au-service-de-dieu-et-du-roi-qui-deplore-le-r.html