Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 09:27
     Bien entendu qu’il faut se mobiliser contre la  proposition  de loi  commençant à généraliser le travail  du dimanche et  ce  dans des  conditions de  constitutionnalité  qui laissent  probablement à désirer(  respect de l'églité devant la loi, enrichissement  sans  cause des employeurs... ) .


Accédez  aux protestations tous supports  grâce au lien ci-dessous.
 

    Mais il est tout autant nécessaire de se  demander  comment on en est arrivé là... Probablement  maintenant très rares parmi  vous sont ceux qui  ont  connu l’époque où il n’y avait des messes  que le  dimanche matin … J’ai même connu des  vêpres le dimanche après-midi. A cette époque-là, le dimanche était  vraiment le jour du Seigneur, le jour  qui  Lui était  consacré
   Oui, j’ai bien écrit  consacré. L’époque de  la messe du dimanche matin et du dimanche  en fin d’après-midi (19h, en principe) pour  ceux  qui rentraient  de leur  week-end  à ce moment  seulement était aussi, marquée par des messes en rite  dit  aujourd’hui extraordinaire.
    Le respect  de ce rite alors le seul  pratiqué  , dans la même langue partout dans le monde , quel beau symbole d’universalité  que le latin, évitait  d’avoir autant - je généralise, j'en suis  conscient- de  cérémonies  dominicales que de prêtres et presque autant de paroles de  Consécration que de  célébrants … Les temps changent.
    Dès lors  que le sens du dimanche –jour  sacré  consacré au renouvellement du sacrifice du Seigneur- s’affadissait  à ce point, il peut  être  compris que l’assistance  à ce qui se nommait toujours la «  messe »  sur le panneau d’affichage des annonces liturgiques s’affadisse aussi.
    Autre  réforme emblématique le remplacement dans le calendrier liturgique des dimanches  après la Pentecôte  par l’intelligente institution des dimanches ordinaires. Oh surprise ! le Saint Esprit chassé par la porte, respectant  notre décision, n’est pas rentré par la fenêtre.

    C’est alors  que l’affluence  dans les super marchés  -temples de la consommation –a commencé à remplacer  la participation au sacrifice  célébré dans les «  Temples du Seigneur »…. Et ce jusqu’à aujourd’hui avec les  conséquences  que nous  voyons et  que nous déplorons mais dont  venons de rappeler les causes.

                                                                      LA BOUTIERE

Partager cet article

Repost 0

commentaires