Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 09:50
Fil d'Info n°223 du Mercredi 13 Juillet 2005

Notre fête nationale

    S'il y a bien une date dont vous pensiez connaître la signification historique, c'est celle du 14 juillet. Pour vous, le jour de notre fête nationale commémore la prise de la Bastille. En effet, en 1789, la France en est aux prémices de la Révolution.

   Les premiers soulèvements ont déjà eu lieu. Paris est encerclée par les troupes étrangères et les révolutionnaires craignent que le roi ne fasse appel à eux pour écraser toute tentative de rébellion. Ils lèvent donc une milice de près de 80 000 hommes pour résister. Mais ces derniers ne possèdent aucune arme pour se défendre. Ils se mettent donc en quête de poudre et attaquent le 13 juillet l'hôtel des Invalides.

   Ils en ressortent les mains vides et décident donc d'investir le lendemain la Bastille. Forteresse construite sous le règne de Charles V, à la fin du XIVème siècle, la Bastille a pour vocation initiale d'empêcher toute intrusion dans la capitale par la Porte Saint Antoine. A la base, elle comporte 4 tours, en 1789, elle en possède 8 !

   Rapidement, une enceinte est construite à cet emplacement et la Bastille perd son utilité première. François Ier la transforme donc en coffre-fort géant et salle de réception pour ses invités de marque. C'est Richelieu qui fera d'elle une prison d'Etat. Deux quartiers y sont aménagés, l'un réservé aux aristocrates, où ils pouvaient amener leurs domestiques, l'autre aux prisonniers communs, plus vétuste et agrémenté de ci de là de quelques oubliettes...

    On associe souvent la Bastille, à la lettre de cachet* ,lettre émanant du roi en personne et qui permettait d'emprisonner un personne sans jugement préalable.
* Les lettres de cachet sont des lettres du roi qui sont closes par le sceau parce qu'elles ne doivent être lues que par le destinataire, contrairement aux lettres patentes qui sont des lettres publiques et opposables à tous...La lettre de cachet n'a pas a priori de caractère disciplinaire : les ordres adressés directement par le roi à l'un de ses officiers affectent tous la forme de la lettre de cachet. C'est aussi le moyen utilisé par le roi pour rappeler un officier à ses devoirs : ainsi les lettres adressées aux membres du parlement de Paris pour leur mander d’enregistrer un édit.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lettre_de_cachet
C'est ainsi que de nombreuses personnalités, comme par exemple le Masque de Fer, y furent emprisonnées. Dès 1784, le roi commence à envisager de détruire la Bastille, véritable gouffre financier.


     Mais les révolutionnaires vont prendre de cours ce projet. Ils entrent dans la Bastille le 14 juillet. Les gardes, peu nombreux, ne résistent pas longtemps. 80 parisiens sont tués dans les affrontements et le gouverneur de la Bastille Bernard Jordan de Launay est assassiné en représailles. Les émeutiers ne trouvent que 7 détenus dans les locaux de la célèbre prison. Le 16 juillet un entrepreneur privé commence à détruire l'édifice. Il vend quelques pierres aux habitants en souvenir de ce jour, le reste est utilisé pour ériger le pont de la Concorde.

      Un an plus tard, La Fayette, alors commandant de la Garde Nationale de Paris, organise en mémoire de la prise de la Bastille, la fête de la Fédération, véritable fête de la nation. Le champ de Mars est envahi par une foule en liesse et Louis XVI prête serment à la nation et à la loi, sous les acclamations des parisiens.

    Le 31 janvier 1879, le 14 juillet devient fête nationale mais non comme on le croit souvent en mémoire de la prise de la Bastille mais au contraire en souvenir de la fête de la fédération, second 14 juillet, qui lui n'a coûté " ni une goutte de sang ni une larme " comme le souligne alors Henri Martin, sénateur. Il ajoute même " c'est en ce jour qu'a été enfin accomplie l'unité nationale ".

Origine.
Virginie et la rédaction du Fil d'Info
http://www1.nordnet.fr/fdi/consult.php?art_id=1&letter_id=223

Partager cet article

Repost 0

commentaires