Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 10:18

     Monsieur l'Abbé Pohu est né le 4 mars 1912. il fut sans doute ordonné prêtre vers 25 ans.

Arrivée à Fontevraud-l’Abbaye.
    Son arrivée  comme curé de Fontevraud- l’Abbaye vers 1951, après des affectations en Choletais, où il succédait à un prêtre tellement  apprécié de  ses fidèles qu’une  pétition fut organisée  pour  s’opposer à son départ, ne  fut pas  aisée.
   Dans les  années 1954-1955 pourtant, il réussit  à organiser à deux reprises avec les enfants costumés  du  catéchisme  une pastorale évoquant la  naissance  du Christ. Une kermesse  prit aussi place  sous les ombrages de l’allée Sainte Catherine  reliant la place du 8 mai 1945 à celle des Plantagenêt  devant l’église paroissiale Saint-Michel.
   La mission prêchée en 1955 lui permit aussi de faire édifier une statue de la Vierge  dédiée à «  Notre-Dame du Bon accueil » à l’entrée nord du Bourg, en venant de Montsoreau, donc.
  Un grand  calvaire  dominant la route de Montsoreau, à droite dans  la forêt  en quittant  le bourg, fut  également l’objet de ses soins.  Brûlé deux  fois dans des incendies accidentels, il fut  reconstruit deux  fois  par la mairie, Monsieur l’Abbé Pohu y organisa jusqu’en 1962 un chemin de croix  le jour du Vendredi Saint.
* La  grande tempête de 1999 mit à bas le  calvaire une  fois de plus et, ponctuellement la Mairie le reconstruisit, mais cette fois  sous la  forme d’une croix en métal plus résistante aux intempéries.
 
Un prêtre aimant Dieu et les hommes.
   Familier des pèlerinages du Rosaire à Lourdes au début d’octobre, ou il dut  bien aller prés de 40 fois, M. l’Abbé Pohu, accompagné de sa fidèle gouvernante,  les prolongeaient traditionnellement par une semaine passé au Portugal dans la famille de  sa filleule, une jeune fille à l’éducation de laquelle  il avait matériellement  contribué.
   Bénéficièrent aussi de ses bontés les enfants de  chœur de  son église  - en principe au nombre de trois- à qui il offrait  chaque année  une  journée  de vacances, la plupart  du temps en les emmenant  dans  sa  voiture en  bordure de mer.

L’accueil de la Charte de Fontevrault.
    En 1988, Monsieur l’Abbé Pohu reçut la  visite  dans la jolie petite salle à manger aux meubles cirés de  son presbytère  d’Alain Texier  et  de  ses deux cousines  Marie et Agnès Blanchard. De cette rencontre, dont il est rendu compte par ailleurs, la Charte de Fontevrault devait naître. Ce  fût là le premier  cadeau- et assurèment pas le dernier- de la Providence.   En effet, à partir du moment ou la paroisse de Fontevraud  disposait d’un prêtre résident, il nous paraissait nécessaire que  son curé  soit en même temps  l’aumônier  général de la Charte.
      Depuis, ponctuellement, à chaque « Rencontres » de la   Charte de Fontevrault, au  mois d’Août, monsieur l’Abbé Pohu accueillait  les Fontevristes qui le souhaitaient  dans son confessionnal.
       
La messe des Rencontres de la Charte de Fontevrault
      Le   lendemain, il ouvrait  les portes du sanctuaire aux membres d ’un cortège  aux drapeaux fleurdelisés qui allaient  s’installer dans le  chœur de l’église  à l’issue d’une procession  qui les avait conduits dans l’allée Sainte-Catherine du monument aux morts, où ils s’étaient recueillis en mémoire  de tous  ceux  qui  s’étaient  sacrifiés pour que la France  vive,  jusqu’à  l’ église  paroissiale Saint Michel. Là , revêtu d’une chasuble à la  croix  aux  extrémités  fleurdelysés donnée par Mesdames, flles de France, élévées à Fontevraud,   il célébrait le  Saint Sacrifice de la messe, tourné  vers Dieu, sur l’antique autel  de l’ancienne abbatiale Sainte Marie de Fontevraud.
     Ajoutons  que si  notre Aumônier général fondateur  n’avait jamais  implanté   dans le  chœur un autel supplémentaire  conformément  au rite  consécutif au concile Vatican II, il n’avait  , en revanche, jamais  compris notre insistance  à vouloir  recevoir  la sainte communion agenouillés à la sainte Table , là réside d’ailleurs le seul point de désaccord  que nous ayons jamais eu avec notre  aumônier.

Parution de l’ouvrage « Jardins de Curé».
     La publication  de "Jardins de curé",  ouvrage collectif  de Claire de Virieu, Jean-Paul Collaert, Nadine Gastaldi, Geneviève Lacambre, Michel Tournier aux éditions  Actes  Sud en janvier 1987  où pas moins de quatre pages (p. 118 à 121) plus la page  de  couverture  sont  consacrées  à ce «  jardin…traversée par deux allées en  croix, dont l’une  est  bordée de fusains » fut également   un grand  bonheur  pour l’Abbé Pohu  qui  y est   par ailleurs représenté  deux fois, dont une av
ec  sa  gouvernante, Mlle Onillon.
NDLRB .
 Retrouvez la photo de la  couverture de ce bel ouvrage  in : http://www.amazon.fr/Jardins-cur%C3%A9-Michel-Tournier/dp/2742705562

Quelques heureux retours  de Monsieur l’Abbé Pohu sur ses terres.
   Alors  que notre   Aumônier  général fondateur  avait  déjà pris sa retraite, un des anciens Secrétaires Généraux  de la Charte de Fontevrault , accompagné de ses deux enfants , alla le  chercher à La Renaudière (cf.infra) pour le conduire à nos « Rencont-res ». C’est alors qu’il était allé leur monter l’endroit au cimetière de Fontevraud-l'Abbaye  où il avait  fait construire le  caveau qui devait accueillir son corps dans l’attente de la résurrection que se produisit l’événement  que nous allons relater.
    Le  fils de notre  Secrétaire  Général honoraire, à l’époque  âgé de six ans, donna  un coup de pied dans un vieux pot  apparemment  abandonné sur le sol. Mal lui en prit puisqu’un essaim d’abeilles en sortit… . « N’ayez pas peur » dit alors l’Abbé Pohu, « elles ne nous  toucheront pas » … avant d’ajouter «  ne parlez  de ceci à personne » , ce  qui fut scrupuleusement  observé  aussi longtemps que notre aumônier général fondateur  fut de ce monde.
  Ajoutons que sa filleule « portugaise »  permit à M. l’Abbé Pohu de venir à une autre de nos « Rencontres ». Vous imaginez  la joie avec laquelle il fut alors accueilli par  son successeur  direct, M. l’Abbé de Durat  et par  tous les participants.  

La retraite au pays natal.    
   Ayant pris sa retraite en 1997, il se retira dans la maison de ses parents, rue du Paradis (!), à la Renaudière, à 20 Km de Cholet maison où il était né. Lorsqu’il lui parut plus simple pour  sa  fidèle gouvernante Melle Andrée Onillon, qui l’avait servi si longtemps à Fontevraud,  avant  de le rejoindre rue du Paradis, de gagner une maison de retraite, il fit  choix de la Maison de Retraite Saint Martin à Beaupréau, à 18 Km à vol d’oiseau au Nord de Cholet  c’est là  que prit  fin sa  vie terrestre dans la nuit du vendredi 5 décembre 2008.
     Monsieur l’Abbé Pohu  a été inhumé le 8 décembre 2008 - en la fête de l'Immaculée  Conception, pour le règne  de laquelle il avait  tant  fait, (j’aime à me  rappeler  que dans les cartes postales  qu’il m’envoyait de Lourdes , il me « plaçait  sous les plis de l’ample manteau de Marie » . A.T.) au cimetière de Fontevraud l'Abbaye dans une tombe  dominant l’ancienne  abbaye royale , plus vaste ensemble  monastique d’occident.

NDLRB.
  La rédaction de ce texte, pour laquelle nous souhaitons encore  plus de  contributions, a été rendue possible  par  plusieurs témoignages  dont nous remercions ici bien sincérement  les auteurs.

                                                    CHARTE DE FONTEVRAULT

Partager cet article

Repost 0

commentaires