Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 15:06
http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-33924496.html

Avant-propos.

  La charte de Fontevrault rappelle  que la publication de l’article  dont les  cordonnées sont rappelées  ci-dessus- et  qui a été trouvé  sur le Web -  a été effectuée à la seule initiative de la Charte  de Fontevrault sans aucune demande  du  webmestre du site.

http://louisxviiroimartyr.free.fr/

   Il en a été pour  cet article comme pour les  682 analyses en rapport avec la Monarchie, le royalisme,  l'Ancien régime  ou des sujets connexes  que le  blog  de la Charte de Fontevrault  a publiées depuis le 3 décembre 2008  jusqu'à ce jour et  dont nous avons pensé qu'elles pourraient interesser nos lecteurs tant  ce  genre d'analyses est mise sous le  boisseau par les tenants du "politiquement  correct".

    S'il se trouve  que ces analyses suscitent  quelques commentaires  nous les publions au nom du principe de la libre expression.

     Voir  pour plus de détails sur ce point au mot "Objectivité" in :

http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/pages/34DICTIONNAIRE_DE_LA_CHARTE_DE_FONTEVRAULT-998835.html

 -------------------

              Evidemment, il n'est pas, ici, dans mon intention de retracer l'histoire de Louis XVII - Naundorff, ma ferme conviction sur ce sujet résultant d'une étude remontant, pour moi, à 20 ans et dans laquelle je démarrais "ex nihilo", cette conviction ne s'étant donc étayée que sur des faits  .

     Les survivantistes  prient  donc les lecteurs du blog de la Charte de Fontevrault  de trouver  ci-après  ces précisions , compléments et  rectificatifs. Ainsi  la Charte de Fontevrault aura t'elle permis  la  cause de Louis XVII aura t'elle fait l'objet d'un présentation plus équilibrée. 

 

              Mais, tout d'abord, une question toute simple : 

      Comment un coeur (dont il n'est, ici, curieusement pas question) ôté (?) par le docteur Pelletan, lors de l'autopsie d'un enfant qui ne pouvait être Louis XVII (description d'Harmand de la Meuse, examens ostéologiques, etc ...) peut-il présenter un A.D.N. Habsbourg ??? (On attend la réponse ...!!!).

 

         Pages 1 et 2 du texte de la contribution imprimée

         Le juge Albouys n'a jamais demandé à Naundorff de venir à Paris, c'est celui-ci qui s'y est décidé. Il a logé, étant sans le sou, dans une auberge à Ménilmontant, à l'hôtel d'Orléans et, enfin, chez le frère de Mr. Albouys. Son arrivée date 28 Mai 1833 et non du 1er Août.

          Mme Albouys, belle-soeur du magistrat n'a rien ramené de Crossen, et surtout pas le récit de Brandebourg, en fait, lors d'un étrange détour par la Suisse, elle s'est fait piéger par un certain O'Mahoni, à qui, lors de son retour, elle adressa une virulente lettre de protestation.

           En fait, Louis XVII a celé beaucoup de faits très importants qu'il se réservait de dévoiler lors du procès qu'il attendit toute sa vie et qu'on se garda bien de lui faire !

          Les protecteurs de Naundorff étaient "des courtisans et des valets", sic !!! ( quel mépris se cache derrière ces termes !) : ils n'étaient ni l'un ni l'autre, ce personnel, souvent de noble origine, était entièrement dévoué à la famille royale, d'une honnêteté scrupuleuse et donc bien le contraire des courtisans enfuis dès le début de la révolution ("les rats quittaient le navire"), eux, par contre, sont restés fidèlement !

        Naundorff portait tous les signes particuliers de Louis XVII : témoignages de Mme de Rambaud, de l'abbé Laprade, du docteur de Carro, etc...

         La duchesse d'Angoulème a dit qu'"elle ne faisait jamais rien sans en parler à son mari et à ses oncles" !!! Point-Barre ! Tout est dit ! et cela explique tout !

Mais en privé, elle l'a avoué plusieurs fois : témoignages de Mmes de Girardin et Lechauff de la Blanchetière, d'Auguste de La Rochejaquelin, de l'abbé Bossuet, de Mr. Maistre, etc...

       A sa naissance, il fut baptisé Charles-Louis puisque cadet, mais, à la mort de son frère, Louis XVI intervertit l'ordre des prénoms pour que son successeur continue la dynastie des "Louis". Il avait donc, tout jeune, enregistré le prénom de Charles et Mme Simon elle-même ne parlait toujours que de son "petit Charles".

 

       P. 3 et 4

       Récit de Brandebourg : Louis XVII a été sorti du Temple par des républicains. Il fut toute sa vie un OTAGE : un ouvrage fut très justement intitulé "Tuer le Roi Louis XVII, sauver l'homme" (M.M de Rasky) : ce titre résume, à lui seul, toute l'affaire : le véritable but était d'obscurcir définitivement la légitimité ! Il fut donc confié à des inconnus sous influence qui ne lui ont jamais dit où il se trouvait. Il y eut, au Temple même, un chassé-croisé de substitués (quid du squelette retrouvé au pied de la tour en 1801 par le général d'Andigné ?) - il y eut, en fait, deux enterrements (voir travaux de Jean-Pascal Romain) : un en mars 95 qui permit l'évasion, l'autre en Juin. 

        Les souvenirs personnels de Naundorff étaient exacts, mais ses amis ont voulu les faire "coller" à ce qu'on supposait alors (évasion dans le cercueil du décédé du 8 Juin), d'où des imbroglios invraisemblables causés par ces maladresses.

        Passons sur la "vieille" femme s'en occupant : non, c'était l'épouse d'un garde suisse assassiné le 10 Août. - sur la prétendue garde-malade, certes demandée, mais jamais venue (ajout de certains "amis"). Louis XVII n'a jamais été "tailladé" (un simple couteau aurait suffi), par contre, il y eut bien tentative de défiguration car il ressemblait trop à la reine : témoignage du docteur Comeau qui prit ces marques pour des traces de vérole.

          Si les Albouys l'abandonnèrent un moment, ils lui redevinrent vite fidèles.

        Jean Eckart fut récompensé pour son ouvrage, d'une pension de 2400 Frs versée par Louis XVIII ... !!!

         L'ancien personnel a acquis la certitude de son identité au récit de faits infimes qui, bien évidemment, n'avaient  jamais été écrits nulle part. Il a aussi persuadé des adversaires farouches : témoignages de Mrs de Joly, Bulot, Fougère, etc... par de tels récits connus d'eux seuls. Et que dire de Mr. J.B. Brémond, si hautement qualifié !

 

             P. 5

            Il parlait mal le français : enlevé à 10 ans de France et ayant passé plus de 20 ans en Allemagne : dans ce cas, qui n'aurait, en partie, oublié sa langue maternelle et ne l'aurait parlée qu'avec un accent allemand ?    

           Enfant, il fut inoculé aux deux bras : Mme de Rambaud a vu ces marques. A sa mort, une seule restait visible : il est mort au mois d'Août et son corps était gonflé au moment de l'examen (côtes invisibles). De plus, une nouvelle vaccination avait été obligatoire en Prusse en 1810 (travaux d'Alain Decaux), cette dernière, plus récente, était sans doute plus visible.

           En 1836, il ne s'installa pas à Londres, on l'y envoya "manu militari".

          Religion : un imposteur aurait-il eu la maladresse de s'aliéner ses partisans par une hérésie ? ç'eût été parfaitement stupide et cela est un gage de plus de sincérité. Condamnation papale : l'original de cette lettre n'a jamais été rétrouvé ni à Rome, ni à Bayeux; le mot "falso" y figurait-il vraiment ? Nous ne connaissons ce texte que par l'intermédiaire de Mr. Veuillot et de la Sicotière, anti-naundorffistes notoires.Quoiqu'il en soit, les papes suivants l'ont bel et bien reconnu et là, on a les preuves.

              Hollande : il voulait vendre ses armes à la Suisse, mais, ne pouvant traverser la France, il voulait la contourner par la Hollande qui l'arrêta et il y resta (il ne l'a nullement choisie).

 

 

         P. 6

        Imagine-t'on un chef d'Etat cautionnant une fausse déclaration d'une telle importance, simplement pour en ennuyer un autre ? - c'est enfantin et stupide ! La Hollande n'avait pas signé, en 1815, les textes ordonnant la mise entre parenthèses de Louis XVII. Quand Louis-Philippe demanda de changer l'inscription sur la tombe, les hollandais demandèrent quel nom ils devaient mettre à la place : la lettre resta, bien sûr, sans réponse ...

  En 1824, lors du procès l'accusant de faux monnayage, il se déclara "prince natif" : point - barre ! et c'est le juge Schultz qui le condamna en disant qu'il s'était prévalu d'une parenté avec "l'auguste famille des Bourbon" - nom qu'il n'avait jamais prononcé !

     Nul n'a jamais pu lui trouver une autre identité et pourtant, les tentatives n'ont pas manqué (faux Dejean, Karl Werg, etc ...)

     L'os analysé en 1998 a passé 46 ans dans un bocal non scellé : son A.D.N. mitochondrial diffère de celui de Marie-Antoinette, soit, l'ennui est que que cet A.D.N. (nucléaire cette fois) diffère aussi de celui des princes Charles-Edmond et Charles-Louis (voir travaux de Mr. Boiry), alors ...!!!

 

              P. 7

              "Cerise sur le gâteau" : Louis XVII enfant naturel !!!

              Non ! Louis XVII, comme ses frère et soeurs, était bien le fils de Louis XVI !

              Toujours les calomnies atroces du comte de Provence § co ! Dès le début de leur mariage, "on" voulut s'arranger pour que Louis XVI n'ait pas d'enfants (cf. travaux d'Otto Friedrich et de William Playrfair) - Louis XVIII attendait la place, mais bien d'autres que lui étaient aussi coupables. La tuberculose atteignit le premier Dauphin par  l'intermédiaire d'une nourrice souffrant de cette maladie et si l'on ajoute la tentative d'assassinat de Louis XVII enfant avec du verre pilé trouvé dans sa nourriture ...!!! L'intérêt de ces gens-là était de voir s'éteindre la race royale, ou, tout au moins, d'en mettre en doute la légitimité : "Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose" disait cette  personne peur   recommandable  de Voltaire ! A tout cela s'ajoute le témoignage du dernier confesseur de la reine s'apprêtant à mourir, là où on ment pas, au moment de paraître devant Dieu. Il se trouve que Louis XVII ressemblait aussi à Louis XVI (témoignage, entre bien d'autres de Mr. Marco de St. Hilaire) - et que dire de la ressemblance de sa descendance avec les Bourbon ??? (pour un imposteur, il était vraiment très fort, n'est-pas ...!!!)

 

      Voici donc  exposées les  précisions  et  compléments  que  nous paraissait  mériter le texte dont le blog dela  Charte de Fontevrault  s'est  fait l'écho et  que nous remercions d'avoir publié dans ses colonnes comme , il est  vrai, nous semblait  le  commander  son option qui consiste à donner la parole à tous .

                   I. Pincemaille     

   qui écrit ici  à titre privé et personnel sans prétendre engager personne.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires