Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 22:49

   La météo qui annonçait  du beau temps sur Paris ce samedi  ne s’était pas trompée. Le train était à l’heure. Bien sûr le  wagon dans lequel j’avais réservé ma place ne  circulait pas, une  vitre  brisée  hier soir… mais ce n’était pas – encore - trop grave, puisqu’il n’y avait pas eu de blessé  et que  la contrôleur de la  SNCF, royale, ce qui était  bien le moins en un pareil jour,  m’a  dit  de m’installer en 1 ère classe. 

     Ceci fait, je me suis enquis  du n° du fauteuil qui m’avait accueilli ; c’était le N° 86, qui est  aussi le numéro minéralogique  de mon pays  natal, la Vienne… délicat clin d’œil  de la Providence. Premiers tours de roue, premiers souvenirs de cette biennale ; hier soir, alors que j’allais éteindre mon ordinateur, un message «  Nous prions pour la France, pour  le prince et  pour le succès de cette  Biennale Blanche ».

       Issoudun ; le jour se lève, de dessus  les prairies  et les étangs  monte  une  brume légère, diaphane et  blanche… tout  sera-t-il donc blanc aujourd’hui ?

 

*     *    *

 

     Paris, gare d’Austerlitz, chargé comme un âne des productions de la Charte de Fontevrault que j’espère vendre  , je prends  la  ligne 5 de métro en direction de la place d’Italie  .

      À la hauteur de l’hôpital de  la Salpetrière  comment  ne pas penser  aux massacres de  septembre de 1792 et à la recherche  effrénée de l’homme régénéré que la révolution  dite française  rêvait de créer ? Payèrent donc de leur vie d’être des prostituées, des femmes de mauvaise vie, au nombre  d’une  centaine, qui   y furent massacrées à coup de bûches, de  sabres, de  haches... Les images de l’époque en témoignent.

      Mon martyrologue n’était pas fini. Quelques escaliers plus loin, me  voici arrivé  sinon à destination, du moins à Picpus avec d’autres images sanglantes ; ses trois  fosses communes recouvertes de gravillons  blancs   pour  cadavres tronqués  dévêtus au préalable derrière  une  cloison de  bois encore subsistante,  trois fosses   donc dont une  creusée d’avance par ... précaution et qui resta  inutilisée grâce à la bienheureuse chute du tyran  Robespierre le 9 thermidor an II (27 juillet 1794, vieux style)  .

 

*   *    *

 

       J’attendrais  finalement  d’être arrivé  au Centre  International de Séjour de Paris, 6 rue Maurice Ravel, dont  j’avais  vu la photo hier  sur  Gogles’smap  pour commencer à respirer plus librement. La salle, intelligemment  située au rez-de-chaussée du CISP, que nous avons louée par l’entremise de notre gouverneur Pierre Vallino  est juste adaptée à la  fonction  du nouveau défi que la  Charte de Fontevrault  s’est  donnée à elle même.

     Il convenait  d’établir des liens de quasi-amitié entre des personnes  qui jusque-là ne se parlaient  que  fort peu, non pas qu’elles n’aient  rien eu à se dire, tout  compte fait,  mais parce qu’il n’y avait pas de  véritables raisons pour qu’ un  militant  servant un prince donné   se rende à une réunion organisée par les tenants  d’un prince différent.

   Là était en effet l’enjeu d’aujourd’hui , plus sans doute  que par le nombre de participants, resté modeste, à ce forum royaliste.  Ce qui, en revanche , permet de se réjouir, c’est que toutes les familles royalistes étaient présentes pour  cette  fois :

 - Charitabilistes (Soupe du Roi)

 - Légitimistes (Institut Henri IV),

 - Naûndorfistes (Institut Louis XVII) , 

 - Orléaniste (Centre royaliste d’Action Française, Manants du roi) 

 - Providentialistes (Charte de  Fontevrault)

 - Utilitaristes Alliance royale).

    Pour ne rien dire, ici, des individualités  brillantes qui nous ont fait l’honneur de nous rejoindre.

 

     Après il sera  toujours possible, et plutôt amusant, somme toute,  non pas de parler de ceux  qui étaient  là, mais de ceux qui n’étaient pas  venus, fort nombreux en effet, en comparant les résultats obtenus  ce 19 septembre à une illusoire rencontre de tous les mouvements royalistes existants  sur notre belle terre de France. Nous disons « illusoire »  car il en restera  toujours assez pour  se tenir  vertueusement éloignés  de tout  risque  de contagion généré par un dialogue fraternel et  chrétien.

     Il sera toujours  également  possible de dire, et on nous l’a  déjà dit, que certes, nous avions eu  des participants  mais  que  certains ne représentaient  qu’eux mêmes  et encore  bien imparfaitement, si  l’on ose ainsi s’exprimer.

 

   S’il était  aussi simple de réunir au moins  un échantillon des mouvements  royalistes existant à ce jour et en ce jour  , il n’aurait sans doute pas été  nécessaire  d’attendre 220 ans (1789-2009) pour ce faire. 

   Que l’on nous permette d’ajouter que nous mêmes- Charte de Fontevrault - avons  été  contraints de patienter  vingt et un ans pour  le concrétiser , vingt et un ans (1988 –2009) le temps que les esprits s’apaisent, le temps de la réflexion, le temps apparemment ,pour  un mouvement  royaliste, de la majorité.

 

     Bien entendu, il a déjà existé des réunions  organisées par un mouvement  donné  et ouvertes  sans aucune restriction  à  des ressortissants d’autres  mouvements . L’originalité de  cette première Biennale  Blanche  est  que ce n’était pas la réunion d’un  mouvement  royaliste donné, même pas la Charte de Fontevrault,   réunion  ouverte aux autres mais d’une réunion co-parrainée par tous les intervenants d’aujourd’hui.

    Il existe d’ailleurs toujours  des mouvements – cas de  l’Alliance  royale- dont la finalité , proche de celle de la Charte, en ce  que  l’Alliance  ne sert pas un prince donné ,en effet,  est  de présenter la solution royale à tous les français mais  ce dans le cadre d’un scrutin  présentant des candidats qu’elle parraine, évidemment.

   Nous avons veillé  en ce jour à ce  que tous les mouvements et  individualités  présents  soient traités  sur un strict pied d’égalité  et,  ce  qui nous  conduit à  penser  que nous avons  dû nous approcher de la réussite, c’est  qu’on nous  a fait savoir que  l’organisation de la Biennale pourrait encore compter sur eux dans deux ans en 2001.

   

  C’est en ce sens  qu’il était possible de parler  de première pierre, une pierre de moins jetée dans le jardin du voisin, appartiendrait-il  à la même mouvance que la sienne, ne sont-ils pas terribles les frères ennemis ? une pierre  de plus pour  commencer à construire le pont qui reliera les  rives  séparées par les  courants royalistes, courants souvent torrentueux.

 

     Rien qu’une première pierre sur laquelle  un sculpteur  habile de nos  amis  a gravé l’inscription:

 

« A tous les morts victimes des  divisions royalistes

et à la république  qui a  si bien su en profiter »

 

     Rien qu’une première pierre ,certes, mais on en on en a connu  , des pierres  rejetées par les bâtisseurs, qui, convenablement  retaillées, sont  devenues des pierres d’angles ou des clefs de voûte, au choix.

 

                                   Pour Pierre Vallino , Alain Texier .

               

Partager cet article

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans L'ETENDARD BLANC
commenter cet article

commentaires

Gaudin 20/09/2009 09:34

Une graine, rien qu'une toute petite graine peut donner naissance à un séquoia...G.