Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 20:09
       On aurait dit une petite province  du Royaume de France, ce  salon Trichaud 1 du Centre international Maurice Ravel, dans la rue homonyme du XII éme arrondissement à Paris. Qu’y avait-il à y voir ? le gouverneur  de la Charte, Pierre Vallino, tout sourire,  accueillant  des royalistes, qui auraient pu être plus  nombreux, venus ensemble parler du roi sans  chichis, sans  exclamations, sans  imprécations, sans  condamnations, juste des royalistes venus  parler ensemble afin de pouvoir  présenter ensuite plus aisément le roi aux Français.

 

    Notre reconnaissance est naturellement  acquise aux participants   de cette Biennale Blanche 2009  qu’ils aient  relayé  nos messages d’invitation, exposé leurs idées  dans le  cadre du forum à moins qu’ils n’aient fait savoir   qu’ils seraient  bien venus  s’ils avaient pu ou qu’ils soient  venus tester de  visu combien le  royalisme est  fort lorsque ceux qui l’incarnent  ne passent pas leur  temps à s’attaquer les uns les autres.

 

   C’est  vrai qu’il y avait  du «  beau linge » pour  s’exprimer  de façon sûrement trop triviale.

 

      L’Alliance royale, qualifiée  d’utilitariste dans un billet précédent en ce qu’elle  considère qu’il est plus utile de présenter aux Français    lors d’élections  la solution monarchique plutôt  que d’incarner le devenir de la France dans un prince donné, qui ne pensait pas pouvoir se reposer des fatigues de son université d’été en ce jour ne s’était pas trompée, très entourée  qu’elle était.

  Pour faire face, Robert de Prévoisin , son Secrétaire général, ; Dominique Hamel, vice-président de la  Conférence Monarchiste internationale ;Georges Valcovef,  directeur des études  politiques françaises de l’Alliance royale ; Michel Gamble, secrétaire de l’Alliance royalle.

     L’Association  pour la béatification de Madame Elizabeth  , la sœur du roi Louis XVI guillotinée en mai 1794 alors qu’elle n’avait pas trente ans et  dont la secrétaire est Madame Marie-Josée Renardet  rappelait par sa présence  que la famille royale de France  est aussi une famille de saints qu’ils soient reconnus ou en devenir.

     Denis Bataille, connu, entre autres, pour  son colloque :«Faut-il béatifier Louis XVI ? » et  qui  donnera une conférence au Centre Saint- Paul (12 rue Saint Joseph ; 75002 Paris)  le samedi 17 octobre 2009 à partir de 14 heures  sur le thème : « Existe t’il encore un cinéma catholique en France , en  Europe et dans le monde ? » s’était  fait représenter  par une de ses amies. Le choix était judicieux et la messagère avisée. N’avait-elle pas apportée  avec elle, un vase  et  … trois lys  immaculés!

    Francis Bergeron était là. Le sympathique  et talentueux auteur du Clan des Bordessoule – Editions Le Triomphe -  entre autres, n’a pas dû regretter sa journée, ni lui, ni les lecteurs qui ont  - intelligemment – profité de l’occasion pour obtenir  de notre berrichon  une dédicace pour leurs enfants.

       Attachante Marie-Laure Cardon, aussi, qui donne toujours  l’impression de transporter avec elle, son Dieu et son roi ;jugez en :

- Un rosaire en tableau édité sur les conseils du  feu prince Alphonse de  Bourbon.

-Ouvrages de Mr Guibal . « Notre France  sentimentale a cent  à l’heure ».« Pour  servir  à un guide  anthropologique et hagiographique  des Régions de France ».

    Les jeunes  du  Centre Royaliste d’Action Française (Orléaniste) qui étaient  venus en nombre  sous la  conduite de Jean-Baptiste de l’Aviath, leur responsable militant  n’étaient pas les derniers à présenter leur prince, Henri. C’était de plus une occasion rêvée de renouveler  sa collection de cravates  fleur de lysées.

     Derrière  une impressionnante  collection d’emblèmes de  camelots de rois et autres ligueurs, par roulement, Clotilde, Jeanne, Maurice, Adrien, Néné, Giovanni, Philippe, Hervé, Pierre. Ouf ! j’espère  que  nous n’avons oublié personne. .

   L’Echoppe de Marie, discrète  mais  convaincue  comme l’illustre  devancière  dont elle porte le nom, offrait à la vente, par l’intermédiaire  de Frédéric Bouju qui lui avait offert et le coffre  de sa voiture  et ses bras, des moulages de statues historiques et religieux, Louis XVI et Marie-Antoinette, en ce  jour.

L’  étendard  des Légitimistes de l’Institut Henri IV  flottait  dans les mains du professeur Jean-Yves Pons  qui fut très  content  de pouvoir parler aussi armoiries  avec  Alain Texier, le représentant  de l’association Blason, dans la droite ligne de sa  collaboration avec  Alexandre  de Gassowski (« Banque du Blason »).

Portemont et Cornette, qui n’ont pas arrêté de serrer des mains, étaient très entourés  tant  les Manants du Roi (Orléanistes) jouent un rôle spécifique et reconnu  aux  carrefours  des actions de  tous ceux qui font quelque  chose pour le roi  quand  bien même  ils n’appartiendraient pas  à leur  famille de militants royalistes d’origine.

     Les Naûndorfistes (ou survivantistes) de l’Institut Louis XVII exposaient notamment , grâce à Frédéric Bouju,  le souvenir de leur  prince, SAR Charles-Louis  Edmond de Bourbon (1929-2008). Charles XII de  droit , et offraient  aux  regards une importante collection  de leur  bulletin de liaison  tous consacrés à rappeler  que, décidemment non , Louis XVII n’était pas mort au temple et  le Prince Hugues incarnait leur actuelle espérance.

   Les  Providentialistes de  la Charte de  Fontevrault ont  dù s’employer :

-  pour  convaincre d ‘abord  qu’ils n’étaient pas  un mouvement  «  seulement »  contemplatif, même s’ils ne  voient  que la Providence, pour résoudre la  question de la vacance  du trône  alors qu’ils pensaient  que la tenue  de la réunion de ce jour montraient assez  que leur  contemplation nourissait leur action

- pour accueillir ensuite  leurs amis,  venus pour   certains de fort loin (Côte d'Azur) ou d'il ya longtemps (10/15 ans).

 

     La Soupe du Roi , que nous avons hardiment  qualifiés de    royaliste charitabilistes , tant la  Charité est un de leurs maîtres mots, avait  confié  les intérêts de  « nos seigneurs les pauvres et les malades » à Marie-Laure Cardon, Paul Turbier  et Frédéric Bouju.Bien en évidence , devant  eux  , un chapeau de  dame à ruban, renversé, attendait les dons.

     Alain Texier, Président  fondateur dela Charte de Fontevrault,  à la lourde  valise , dont il a  extrait  un « Qu’est-ce que la noblesse ? » (601 pages) qu’il a d’aileurs vendu ! des ouvrages sur les ostensions Limousines et Marchoises, un « Kit procidentialiste (Tract présentant la Charte, AROM (soldé), Bonnes feuiiles extraites de la Bibliothêque des  études providentialistes (le tout pour 5 €… seulement ) , prix  d’appel qui s’est  révélé  convaincant . Il a y avait aussi de posé  sur la table, des  testaments du Roi (Edition du Cercle d’Aguesseau) et de la  documentation sur la Confédération Française des Juristes royalistes  et VOIR , asso. établisant la liste des  Victimes Officielles  et Inconnues  de la Révolution.

    Paul Turbier, auteur de la plaquette (5 €) « un  roi pour la France »  …Sinon, elle mourra » faisait  bénéficier de son énergie et la « Soupe du Roi »  dont il est un des permanents et  la promotion-explication de son Vade mecum au titre malheureusement  quasi prophétique . 

   Pierre Vallino, Gouverneur 2009-2011 de la Charte  de Fontevrault  prenant  son rôle de maître de maison très au sérieux, accueillait, guidait, conversait  faisant en sorte d’être « tout à tous » selon une devise  chère aux  ecclésiastiques mais pas qu’à eux, on le voyait bien en l’occurrence

   Gérard de Villéle, retenu par une réunion de famille, à laquelle il ne pouvait se soustraire brillait néanmoins pas ses talents de graphiste. Le dessin du sigle de la Biennale Blanche  qui figure en haut  de cet article, comme  en haut d’un certain nombre d’autres que nous avons mis en ligne, lui valut , par personnes interposées, compliments et  demandes de coordonnées.


                            Pour Pierre Vallino, Alain Texier.

 

   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

raphael charles 22/09/2009 20:35


Mille bravos ! Et maintenant ?


A.T. 23/09/2009 12:33


Réponse dans  peu de temps  sur ce  blog même.