Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 15:29

    ‹ Une question reste à élucider. À quelles raisons impérieuses, la Sainte Rote s'est-elle rendue pour reconnaître la nullité de l'union contractée le 5 juillet 1957 par le prince Henri (alors connu comme comte de Clermont et fils aîné du comte de Paris), avec la duchesse Marie-Thérèse de Wurtemberg ? Une union qui, il est utile de le rappeler, sera couronnée par la naissance de cinq enfants - dont deux lourdement handicapés - et déjà sept petits-enfants, en attendant le huitième chez l'héritier, le prince Jean, duc de Vendôme. En vérité, dans le cas d'une demande de nullité, l'Église ne statue pas sur l'échec d'une relation conjugale - durée de l'union, nombre d'enfants -, mais sur l'invalidité des conditions dans lesquelles le sacrement a été donné. Les conclusions du Vatican étant confidentielles, un doute plane sur les motifs objectifs de l'annulation.

   Peut-on accréditer l'idée d'un mariage contracté sans préparation suffisante, sans maturité, comme il l'expliqua lui-même dans son livre, À mes fils, en 1990 ? Tout laisse plutôt penser que le dossier repose sur «les pressions politiques et familiales» exercées sur lui pour épouser, au sortir de la guerre, une princesse allemande. Pour preuve, le prince présenta aux juges ecclésiastiques les lettres de De Gaulle qui «salue l'union que Dieu va bénir comme un grand événement national». Une thèse fermement contestée par son père, feu le comte de Paris. «De Gaulle n'est intervenu d'aucune manière. Il trouvait seulement que c'était une alliance favorable à la réconciliation européenne», confie-t-il dans L'Homme qui rêvait d'être roi. La très digne duchesse de Montpensier, malmenée par ces épreuves étalées sur la place publique, mais entourée du soutien de ses enfants, a elle aussi contesté cette vision des faits. Les frères et sœurs du comte de Paris attestent eux-mêmes de l'impatience de leur aîné à aller rejoindre sa promise à Altshausen, en Allemagne


   Le Vatican, pourtant, s'est laissé convaincre et a sans doute reconnu un cas de «crainte révérencielle» qu'un fils ou une fille éprouve pour ses parents lors de son union. À cette aune-là, la plupart des mariages royaux arrangés jusqu'à la moitié du XXe siècle méritent d'êtres déclarés nuls ! «Il y eut d'autres cas de mariage annulés dans l'histoire de France, dit le comte de Paris, celui de Louis VII le Jeune et d'Aliénor d'Aquitaine.

   Mais les enfants nés de cette union restèrent légitimes.» Les royalistes peuvent donc se rassurer. Rien ne change dans l'ordre de succession de la famille de France. Le prince Jean, duc de Vendôme, reste l'héritier et, après son mariage le 2 mai à Senlis avec Philomena de Tornos, le couple vient d'annoncer attendre un heureux événement ›.

Origine;

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain TEXIER 26/09/2009 18:35


M; tu as raison sur bien des points et particulièrement en ce qui concerne le peuple français ...
Ils sont loin nos ancêtres qui ont fait la France !

Quant au Roi ne te semble-t'il pas qu'il serait beaucoup plus sage - d'ailleurs tu le fais remarquer toi-même : il y a pléthore de prétendants - qu'il serait plus sage, disais-je, de nous en
remettre au choix de Dieu ... ne répète-t'on pas chaque matin (et peut être, pour certains, plusieurs fois par jour) : Notre Père ... que Votre Volonté soit faite sur terre comme aux Cieux !

Mais de grâce, royalistes sincères et convaincus regroupons-nous plutôt que d'afficher nos "querelles de paroisses" (même si, ailleurs, il est presque de bon ton de jouer de sensibleries
diverses)

Veuille Notre Dame nous entendre et sauver notre beau Pays qu'elle a tant de fois honoré de Sa visite.

B.M.


Xavier Couvert 26/09/2009 11:37


Bof. De toute façon l'Eglise catholique aujourd'hui annule beaucoup de mariage sans trop que l'on sache pourquoi. L'immaturité a bon dos. A ce compte, il y aurait peu de mariage vraiment valide. A
part les mariages dits de raison (et encore !). On se demande bien pourquoi l'Eglise a mis tant de temps pour annuler ce mariage-là. Probablement parce qu'il s'agissait d'un Prince français... Je
n'ai pas d'amitié particulière pour l'héritier des sinistres Orléans, mais je pense que ce n'est que justice à son égard, comparé au laxisme ecclésial dans ce domaine à l'égard du commun.


Alain TEXIER 26/09/2009 10:54


Troisième commentaire toujours issu du Figaro

Inutile !

25/09/2009 à 13:47

Vos échanges sont parfaitement inutiles. Les uns sont nourris de la haine de ce que leurs profs d'histoire et peut-être même leurs parents leur ont enseigné : la royauté est l'obscurantisme. Les
autres ont de la France une vision spirituelle incarnée dans la royauté.
Pour ma part, suivant mes propres pas, je choisi cette seconde vision. La royauté n'en déplaise à certain ne s'est pas arrêté sur un échafaud. Le roi est ! On peut l'accepter ou non, c'est une
réalité. Cela s'impose à nous.

La querelle de chapelle importe peu. Ce dont nous avons besoin c'est d'un prince de vitrail et non de magazine. Il viendra !


alain Texier 26/09/2009 10:52


Nous sommes en rép seulement depuis 1870

25/09/2009 à 15:03

Beaucoup sortent du 1789 sans bien connaitre leur Histoire de France. Ils oublient que depuis 1789 nous avons eu deux rois de France (Louis XVIII et Charles X), un roi des Français (Louis-Philippe)
et deux empereurs (Napoléon I et III), et que le premier mandat présidentiel était de sept ans pour se laisser le temps de décider entre deux prétendants au trône. En vérité l'instauration de la
république n'a été qu'un (heureux pour beaucoup) concours de circonstances.

Sinon pour continuer sur les gué-guerres dynastiques je pense que les Orléans ont prouvés depuis 150 ans qu'ils ne sont plus dignes d'être prétendants (à défaut de n'avoir jamais été légitimes).
S'il le fallait je voterai pour un retour à une monarchie parlementaire à la scandinave avec un Bourbon (Louis XX par exemple). Mais bon l'Histoire ne repasse que rarement les plats et à ne pas se
décider entre fromage ou dessert, les royalistes ont laissé passer l'occasion et les français ont appris à se passer d'un roi (quoique quand on voit la Constitution de la Vème...)


Alain TEXIER 26/09/2009 10:50


Voici un exemple des commentaires évoqués;

Prétendant?

25/09/2009 à 16:19

Le comte de Paris a derrière lui le lourd passé des Orléans: un régicide et plus récemment un père qui dilapida une des premières fortunes de France.

Dans le cas où par chance la France renouait avec la monarchie, seul le Duc d'Anjou, Louis XX, chef de la Maison de Bourbon pourrait être légitime.