Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 10:31
  A défaut de blogue dédié au "ON" , voir l'analyse infra, voilà déja un petit  quelque  chose  que NOUS  vous offrons.
 

    La radio, la télévision, les journaux mais aussi nos conversations courantes, sont remplis d'un barbarisme envahissant avec l'emploi abusif du pronom singulier "on" à la place du pluriel "nous".  Ce qui peut s'admettre sur les  bancs des supporteurs au cours d'un match de football, se comprend moins sous la plume d'un journaliste, ou dans le discours d'un homme politique, fut-il président de la république. Le Général nous avait habitué à un respect marqué de la langue française et si des reproches peuvent être faits à sa mémoire ce n'est pas celui d'avoir martyrisé sa langue qui viendrait au premier rang. Ses successeurs ont suivit cette ligne jusqu'à nos jours où un net relâchement est perceptible
   Mais revenons au "on". Il est très facile d'utiliser le "nous" là où il doit l'être et de rejeter la facilité du "on",  l'allure générale des phrases s'en trouve très améliorée. "Nous avons gagné " est aussi clair que le "on a gagné! " et marque aussi bien l'action collective des joueurs qui agissent et des supporteurs qui soutiennent. Je ne parle pas de l'apposition horrible du "on " est du  nous" dans le genre de : " nous, on est pas d'accord ! " entendu fréquemment dans le discours syndical.
   L'un des attraits de nos forums est justement d'y lire des billets dont la rédaction est la plupart du temps de bonne qualité, voire même excellente. Cette caractéristique devrait  nous autoriser à relever dans nos journaux les négligences qui y foisonnent. Est-ce que ce simple militantisme linguistique peut faire partie des préoccupations  des lecteurs et auditeurs que nous sommes.  Je me pose la question de  savoir si un  blogue dédié  au "on" ne pourrait pas voir le jour. La matière première pour  garnir ses colonnes ne manquerait  certainement pas.

Paul T.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gaudin 12/10/2009 11:28


On ne me l'a pas dit...(:-)))G.