Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 09:55
    Une manifestation «festive» organisée à l’occasion du transfert de la prison de Poitiers s’est rapidement transformée en émeute. Près de 300 militants de l’«ultra-gauche» se réclamant d’un collectif anti-carcéral ont investi samedi le centre, masqués et cagoulés, et ont brisé une vingtaine de vitrines, des abribus, des cabines téléphoniques. Sept militants ont été interpellés.
      «Nous avons eu une opération commando de la mouvance ultra-gauche», a indiqué la directrice de cabinet du préfet, Anne Frackowiack. «Plus importante» que prévue, avec des militants venus d’autres départements, «nous avons été surpris par la violence et l’organisation», a-t-elle ajouté.

     «ll y avait énormément de monde en ville, tout d’un coup ils ont sorti leurs masques au milieu de la foule et sont partis en direction de la prison», jetant des projectiles sur les policiers et brisant du mobilier urbain, mais «sans faire de blessés», a-t-elle précisé.
Outre les bris de vitrine, plusieurs monuments ont été tagués, comme le Baptistère Saint-Jean, l’un des plus anciens monuments chrétiens de France.

Origine
http://www.fdesouche.com/articles/72431

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain TEXIER 11/10/2009 20:33


Violences à Poitiers: 18 interpellations
AFP
11/10/2009 | Mise à jour : 07:58 | Commentaires

Dix huit personnes, dont des militants "ultra-gauche" ont été interpellés hier à Poitiers après des violences qui n'ont pas fait de blessés dans le centre ville alors que se déroulait un festival
de spectacles de rue, a-t-on appris de source policière.

Dix-huit interpellations, dont certaines "en marge de la manifestation" de militants "ultra gauche", ont été faites, a-t-on indiqué au commissariat de police de Poitiers. Un peu plus tôt dans la
soirée, la préfecture de la Vienne avait fait état de sept arrestations. Selon une correspondante de l'AFP, près de 300 militants se réclamant d'un collectif anti-carcéral ont investi samedi le
centre ville, masqués et cagoulés, et ont brisé une vingtaine de vitrines, des abribus, des cabines téléphoniques.

"Nous avons eu une opération commando de la mouvance ultra-gauche", a indiqué à l'AFP, la directrice de cabinet du préfet, Anne Frackowiack. "Plus importante" que prévue, avec des militants venus
d'autres départements, "nous avons été surpris par la violence et l'organisation", a-t-elle ajouté. "Il y avait énormément de monde en ville, tout d'un coup ils ont sorti leurs masques au milieu de
la foule et sont partis en direction de la prison", jetant des projectiles sur les policiers et brisant du mobilier urbain, mais "sans faire de blessés", a-t-elle précisé.

Plusieurs monuments ont été tagués

Outre les bris de vitrine, plusieurs monuments ont été tagués, comme le Baptistère Saint-Jean, l’un des plus anciens monuments chrétiens de France, a constaté une correspondante de l'AFP.

Le rassemblement était prévu initialement pour protester contre un transfèrement de détenus, prévu dimanche, entre l'ancienne et la nouvelle prison de la ville, selon plusieurs blogs de la mouvance
anarchiste. Les concerts du festival "Les Expressifs" prévus samedi soir ont été annulés, a ajouté Anne Frackowiack, de craintes de nouveaux débordements.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/10/11/01011-20091011FILWWW00008-violences-a-poitiers-18-interpellations.php


Gaudin 11/10/2009 10:56


L'impunité ou les peines ridicules encourues par les émeutiers dans le saccage des biens justifient tous les dérapages aux yeux des manifestants qui se croient et sont protégés depuis des
lustres.

Quand les forces de l'ordre protègront-elles les personnes et les biens des honnêtes gens contre les casseurs ? G.