Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 15:59

     Nicolas Sarkozy  au cours de son discours  a salué en la naissance des lycées en 1802 "le geste fondateur de notre éducation nationale", qui signifiait "la fin des privilèges de la naissance". "C’est un geste qui signifiait très concrètement la fin des privilèges de la naissance. Cela voulait dire : désormais, en France, c’est de l’école que sortiront les élites", a-t-il insisté.

  "Cela voulait dire : désormais, ce qui compte en France pour réussir, ce n’est plus d’être bien né, c’est d’avoir travaillé dur et d’avoir fait la preuve par ses études de sa valeur"rajoute t-il plus loin.

Origine

  http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?article6443

 

 Deux question toutes  simples au président de la république

         1802 "le geste fondateur de notre éducation nationale"- institution  des lycées- , qui signifiait "la fin des privilèges de la naissance".

 

Q. Qu’est ce qui s’est passé en 1804, soit  2 ans seulement  après  « le geste  fondateur » ?

R. la proclamation de L’Empire avec en particulier la naissance des titrés impériaux, côté  fin des privilèges,  il est possible de trouver mieux.

 

Q/R . Si la fin des privlièges de la naissance  date de  1802, peut -on savoir ce qui s’est passé depuis la prise de la Bastille (14 juillet 1789), l’abolition des privilèges, tiens justement ! (4 août 1789) , la proclamation de la république … la république tiens vraiment ? ( 22  septembre 1789).

 

   Vraiment , il serait tant  que les républicains , et même les plus  haut placés d’entre  eux,  apprennent l’histoire de leur pays . Cela éviterait  à ceux de leurs auditeurs qui ont  échappé à la malediction de l’inculture généralisée  et  ce , malgré un budget  de l’éducation nationale pharaonique,  de sursauter  quant ils les écoutent .


LA BOUTIERE

Partager cet article

Repost 0

commentaires