Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 16:01
La France n’a plus de nonce apostolique
    Le pape Benoit XVI a nommé aujourd'hui( samedi 13 juin 2009) Mgr Fortunato Baldelli Grand Pénitencier de la sainte Église romaine. Il était nonce apostolique en France depuis 1999.
    Devenu grand pénitencier – fonction cardinalice, jusqu’ici occupée par le cardinal américain James Francis Stafford qui, à près de 77 ans, part pour raison d’âge –, Mgr Baldelli sera en charge de la Pénitencerie apostolique, instance judiciaire chargée d’instruire les cas de conscience relevant du pape et qui gère aussi les indulgences.


Source

Mgr Renato Boccardo, nonce apostolique en France ?
    Mgr Renato Boccardo a été, pendant 10 ans, responsable de l'organisation des JMJ et organisateur des voyages de Jean-Paul II.    
    On lui a confié la responsabilité de la section jeunes au Conseil pontifical des laïcs. Il était Secrétaire général de l'État du Vatican. Sa devise épiscopale est : "Je ne rougis pas de l'Évangile" !
     A Rome, il s'était lié avec l'Institut du Bon Pasteur.( NDLRB. de M. l'abbé Laguérie).Il serait bientôt nommé nonce apostolique en France.

Source

Bishop Renato Boccardo
Secretary of the Governatorate of Vatican City State
Titular Bishop of Aquipendium (actuel diocèse de Viterbe)

Date             Age    Event                      Title
21 Dec 1952  56.48 Born                 S. Ambrogio
25 Jun 1977  24.5   Ordained Priest   Priest of Susa, Italy
29 Nov 2003 50.9    Appointed        Titular Bishop of Aquipendium
29Nov 2003  50.9   Apointed    Secretary of the Pontifical Council   for Social Communications
24Jan2004    51.1  Ordained Bishop Titular Bishop of Aquipendium
22Feb 2005  52.2   Appointed     Secretary of the Governatorate of  Vatican City State

Source.
Repost 0
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 08:58

Né le 15 novembre 1316, mort le 19 novembre 1316.

Roi de France : règne 1316-131


   Fils de Louis X le Hutin et de Clémence de Hongrie, il ne vécut que 5 jours. Lorsque Louis X mourut le 5 juin 1316, la reine était enceinte de cinq mois. C'est Philippe, comte de Poitiers et frère du défunt roi, qui s'intitula alors régent du royaume jusqu'à la majorité du futur roi si la reine accouchait d'un fils.

   Jean ne vécut que cinq jours, sa mort le 19 novembre 1316 faisant de Jeanne II de Navarre, fille que Louis le Hutin avait eu d'un premier mariage avec Marguerite de Bourgogne, l'héritière légitime du trône de France.

   Mais l'habitude prise depuis plus de trois siècles de voir le fils aîné du roi succéder à son père ayant fortement marqué les esprits, il était difficile d'envisager de laisser le royaume aux mains d'une femme. La question fut tranchée par des légalistes réunis dans une assemblée des grands le 2 février 1317, présidée par Pierre d'Arablay, chancelier de France. Il fut déclaré que la loi salique interdisait aux femmes de succéder au trône de France. Philippe de Poitiers fut proclamé roi de France sous le nom de Philippe V.

   Diverses légendes circulèrent sur Jean Ier : on prétendit notamment que Philippe V l'avait fait empoisonner. Louis Ier de Hongrie, neveu de la reine Clémence, fit répandre le bruit qu'il avait été emmené secrètement à Sienne, puis élevé sous le nom de Jean de Guccio. Enfin, durant la captivité de Jean II (1356-1360), un homme prétendit être l'héritier de la couronne et essaya de faire valoir ses droits. Fait prisonnier en Provence, cet homme mourut en captivité en 1363.

Origine.
http://www.france-pittoresque.com/rois-france/jean-Ier.htm

 
Repost 0
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 08:48



Emission proposée par : Annet Sauty de Chalon <http://www.canalacademie.com/+-Annet-Sauty-de-Chalon-+.html>
Référence : ECL570
Adresse directe du fichier MP3 :
http://www.canalacademie.com/emissions/ecl570.mp3
<http://www.canalacademie.com/emissions/ECL570.mp3>
Adresse de cet article :
http://www.canalacademie.com/La-toponymie-ou-l-importance-des.html
<http://www.canalacademie.com/La-toponymie-ou-l-importance-des.html>
Date de mise en ligne : 31 mai 2009



   Nommer, c’est prendre possession. A l’aune de cette définition, on mesure à quel point les dénominations géographiques ont de tous les temps représenté un enjeu politique. Au-delà du mot, c’est la langue, l’origine du locuteur, le territoire de celui-ci qui s’impose.

   Pierre Jaillard, en sa qualité de Président de la Commission nationale de toponymie (CNT), organisme rattaché au ministère de l’Equipement, Pierre Jaillard et son équipe sont amenés à faire des recommandations aux pouvoirs publics. Dans cet entretien, il n’est pas question de toponymes français mais d’appellations délicates que l’actualité internationale met parfois en lumière. Par exemple, lorsque les agissements des pirates au large de la Somalie conduisent les media à reprendre sans discernement la dénomination anglaise de Puntland, la CNT s’avise de suggérer un autre toponyme, celui de Pount.

   Pierre Jaillard, passionné par son sujet, passe ainsi en revue quantité de noms de lieux. A travers cette évocation, c’est l’histoire et l’étymologie qu’il convoque, l’usage restant, au bout du compte, le seul juge.

   Comme nous l’explique notre invité : les noms représentent des enjeux. Ils sont en cela des outils techniques.

   Exemple : doit-on dire « territoires palestiniens » ou « territoires occupés » ?

   Dans cette émission, vous apprendrez que Pierre Jaillard choisit pour terminologie officielle « territoires palestiniens » car ce terme désigne les zones de la Terre Sainte qui n’appartiennent pas à Israël en vertu du droit international reconnu.Cela crée-t-il un malentendu ? Pour notre toponymiste : « non, car la frontière ne se place pas à cet endroit. Le peuple palestinien se définit par l’ensemble des habitants de ce territoire, ceux-là mêmes qui y étaient avant la création de l’Etat d’Israël en 1947. Elle recouvre les musulmans mais aussi les chrétiens et même certains juifs qui étaient revenus en Terre Sainte depuis 1947. »

   Découvrez d’autres exemples (tels que : Proche-orient ou Moyen-orient ?) et admettez que la toponymie est la science de la précision !

En savoir plus :

 

   La toponymie (du grec topos, lieu, et onoma, nom) est une science qui a pour objet l’étude de la formation et de l’évolution des noms de lieux, ou toponymes. C’est également l’ensemble des noms de lieux d’un pays ou d’une région, d’une carte ou d’une nomenclature.

Origine :

http://www.canalacademie.com/La-toponymie-ou-l-importance-des.html

 

Repost 0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 08:24
La Nouvelle Athènes
   Le nom de "Nouvelle Athènes" a été donné par Dureau de la Malle (le 18 octobre 1823) journaliste au Journal des Débats, à un lotissement entrepris au début du XIX ème siècle sur les pentes du quartier Saint-Georges, dans l'ancien quartier des Porcherons, quartier des guinguettes et de cabarets au milieu des champs et des vergers. Ce nom fait référence à la grécomanie ambiante.

    Le déclenchement de la guerre d'Indépendance grecque en 1821 a certainement mis la Grèce à la mode en France et contribué à l'adoption du nom de la Nouvelle Athènes. La formation et la culture des architectes qui ont construit les hôtels de la rue de la Tour-des-Dames justifie aussi l'appellation Nouvelle Athènes.
C'est dans cet ensemble homogène d'immeubles bâtis entre 1820 et 1850 que choisit de vivre un grand nombre d'écrivains, d'acteurs, de musiciens et de peintres qui formèrent l'élite du mouvement romantique parisien.

Artistes et écrivains
   Ary Scheffer vint en 1830 s'installer rue Chaptal.
   "On y accédait par une avenue qui conduisait à une cour entourée de deux ateliers, d'une écurie et d'une remise. Au centre, la maison d'habitation ombragée d'un cèdre ; deux petits jardins égayaient l'ensemble".(M. Kolb, Ary Scheffer et son temps, 1937, p.143)
   "Ces lieux qui, grâce à la piété des descendants de l'artiste, ont été préservés jusqu'à nos jours, virent au temps des frères Scheffer passer de nombreux écrivains, hommes politiques et artistes, Ingres, Lammenais, Chopin, Guizot, par exemple. L'atelier servit aussi de refuge aux républicains poursuivis"...(Catalogue de l'exposition, E. Renan, Paris, B.N, 1974)
(NDLRB. 502 éme article de ce blog. LETTRE DU MUSEE DE LA VIE ROMANTIQUE (Maison Ary Scheffer). Paris, le 12 juin 2009.
http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-32550658.html
      Eugène Delacroix établit son atelier et son appartement, de 1844 à 1857, au n°58 rue Notre-Dame-de-Lorette. La maison n'avait alors que la largeur de la porte d'entrée et était disposée en équerre sur les deux côtés de la cour. Delacroix n'était pas installé depuis quatre ans que naissait Paul Gauguin dans la maison voisine (n°56) dont l'intéressante façade Louis-Philippe est décorée, comme beaucoup d'autres immeubles de la rue, de ces barres d'appui de fonte aux motifs recherchés, si caractéristiques de la Monarchie de Juillet.
      Le n°54 célèbre dans la pierre les amants légendaires, Héloïse et Abélard, dont la mode médiévale et le "tombeau" du Père-Lachaise avaient diffusée les portraits imaginaires. On les retrouve, en fonte, dans les médaillons de la porte du n°49, où vécut Pissaro en 1856.
      Au n°17 de la rue Pigalle, le sculpteur Jean-Baptiste Pigalle (1714 -1785) habita de 1756 à 1782.
      En 1813, Théodore Géricault (1791-1824) quitta la rue de la Michodière et vint s'installer au 21 rue des Martyrs, non loin de l'atelier d'Horace Vernet, dans une maison où habitèrent de 1824 à 1827 le chansonnier et poète Pierre-Jean de Béranger (1780-1857) et l'ancien député républicain Manuel (1775-1827).
      Le peintre de marines, Eugène Isabey (1803-1886), hanta véritablement le quartier ; il séjourna successivement rue de La Rochefoucault, rue Saint-Lazare, rue Bréda (actuellement rue Henri-Monnier) et avenue Frochot.

Hôtels particuliers
      Les hôtels de la rue de la Tour-des-Dames sont des exemples remarquables de l'architecture néo-classique parisienne. Ils furent construits par des architectes formés par l'Ecole des Beaux-Arts à l'imitation des formes antiques et des modèles de la Renaissance.
      C'est ici le véritable cœur de la Nouvelle Athènes, ainsi baptisée par Dureau, sans doute par référence, à l'architecture "antiquisante" de ses hôtels ou à la communauté d'artistes prestigieux qui s'y étaient installés.
     Dès 1820, Talma s'y fit construire par Charles Lelong l'hôtel du n°9, dont Delacroix décora la salle à manger. Adulé des foules le grand tragédien travaillait ses rôles face à des miroirs, dans une pièce du jardin.
    Tragédienne également, Melle Duchesnois vivait plus discrètement depuis 1822 dans son hôtel du n°3, dont la façade cintrée due à l'architecte Constantin, élève de Percier et Fontaine, détermine sur la rue comme une cour d'honneur miniature.
    Sa voisine et amie du n°1, la célèbre comédienne Melle Mars, était alors au sommet d'une carrière qui lui permettait, à plus de quarante-cinq ans, de briller dans des rôles de jeunes femmes. Elle avait du goût et de l'argent : l'hôtel construit par Constantin en 1820 et qu'elle fit dès 1824 modifier par Visconti fut le théâtre de fêtes fastueuses.
     Au n°27 de la place Saint Georges, le premier hôtel construit en 1824, fut celui de Mme Dosne, l'épouse du spéculateur immobilier à la tête de la Compagnie Saint-Georges qui réalisa le lotissement. Mme Dosne, qui devint pour Thiers une amie et un soutien, céda en 1833 au "au petit grand homme", déjà académicien et ministre, son hôtel et la main de sa fille.
    Propriété de l'Institut de France, l'hôtel abrite maintenant au rez-de-chaussée la collection de Frédéric Masson consacrée à Napoléon et à l'Empire et, au premier étage, celle de Thiers et sa Bibliothèque de 80 000 volumes.
      En face, les paisibles immeubles fin de siècle ne peuvent que pâlir devant l'étourdissant pastiche gothico-renaissance du n°28 qui fit déjà sensation à l'époque de sa construction, en 1840. L'architecte Renaud avait sans doute cherché à compenser l'étroitesse de la façade par la recherche architecturale et la richesse décorative.

Origine.

Repost 0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 08:11
     Le  quartier  de la nouvelle Athènes  à Paris est connu de façon générale pour  avoir donné asile  à certain  nombre  d’artistes, toutes disciplines  confondues. Mais  il  gagnerait   aussi  sans  doute  à être identifié  comme  abritant  le  musée de la vie romantique.

    La descente  de la rue  Pigalle depuis  la station de métro homonyme  n’a rien d’exaltant  tant la misère humaine, affective  et sexuelle  se devine  jusque dans les entrées  d’immeubles. Troisième  rue à droite, c’est la rue Chaptal, nous y sommes. Des cris  de jeux  d’enfant, l’école  communale  est  si proche  et puis un  passage entre  deux  hauts murs d’immeubles, une  discrète  allée , aux pavés  un peu disjoints dont une herbe  rase assure la continuité, bordée de robiniers  centenaires. Le musée  de la vie romantique  est au bout, juste après la grille.

       Une cour  plutôt  grande  devant une maison de deux étages  aux  volets  vert d‘eau ; des deux côtés  des ateliers  reconvertis  en salons d’exposition temporaire, et puis un peu plus loin   à droite  au-delà  d’un mur  couvert d‘un lierre  en cascade un  rosier  aux fleurs écarlates  indique  l’entrée  d‘un jardin clos  , à usage de salon de thé  , et d’une serre au toit  courbe  avec sa rocaille fin de siècle  à usage d’office. Telle se présente la maison du peintre  Ary Scheffer (1795-1858) construite  à l’avènement  du roi Louis-Philippe   et restée dans la  descendance familiale  Scheffer- Ernest Renan- Psichari-Siohan  avant  qu’elle ne  devienne  musée de la ville de Paris en 1983, à l’entrée  maintenant  gratuite..
       La répartition  des pièces  est  équitable, Georges  Sand  vous fait les honneurs  des pièces  du Rez-de-chaussée où elle  est  omniprésente, ce qui  constitue  l’aspect  romantique de la collection et un grand  nombre d’œuvres  d’Ary Scheffer, né  dans une famille hollandaise  de peintres, et  de ses contemporains  sont exposées  au  premier étage.
      Un escalier  de  quelques  marches  à deux  volées  donne  accès  à un  petit vestibule  autour duquel sont  distribués   un escalier  assez raide et trois pièces dont une  bien plus grande que les deux autres . Il en est de  même au premier étage. Sur un  mur un panonceau qui  indique que  le décorateur Jacques Garcia a œuvré  à la décoration de  cette  maison.

       Il est des endroits dont on a l’impression qu’on pourrait  tirer la porte sur soi après y être  entré et qu’on serait  à la maison en sécurité. Cet  hôtel particulier  doit  faire  partie  du lot, me disais-je,  en faisant passer  mon regard   de  tableaux  illustrant le mythe  de Faust à des sculptures  équestres  de la princesse  Marie d’Orléans, fille de Louis-Philippe (1813-1829)  puis à de fort jolis  croquis œuvre  de la Malibran, plus  connue de moi, je l’avoue pour ses -grands- talents  de cantatrice.
      Je n’ai pas du être le  seul à ressentir cette impression de paix , dans cet endroit  enrichi par tant de dons,  à l’abri des épais  rideaux  protégeant  les habitants  d’ici des flèches du soleil et des bruits  de la ville. Sur le livre d’or des visiteurs, quelques  lignes douloureuses. Je cite de mémoire : «  Au milieu  des  drames  et des larmes  que nous a  causé la  disparition récente de l’Airbus Paris-Rio, j’ai retrouvé  ici  dans ce  cadre  bucolique  la paix et l’espoir,( ce  mot était souligné) et  quelques  raisons de  vivre ; Prenez  bien soin de  vous » . Et c’était  signé  d’une  hôtesse de l’air d’Air France…

      Avant  de replonger dans la ville et ses bruits, j’ai jeté un dernier  coup d’œil sur ces personnes qui avaient  su trouver  toutes  des raisons de  vivre – même si l’on ne  vivait pas  forcément  très vieux  à cette  époque-  en ces atmosphères si  soigneusement  reconstituées  et puis je suis  repassé par  le  jardin clos pour en  humer  encore les  roses. Alors  que je reprenais dans l’autre sens une  discrète  allée  aux pavés  un peu disjoints dont une herbe  rase assurait  la continuité, je me suis souvenu d’une pensée  que  j’avais eue dans mon adolescence : Le romantisme est  une maladie  qu’il faut avoir  eut.

                                                     Alain TEXIER

Origine
Musée de  la vie  romantique.
-Maison  Ary Scheffer-
16 rue Chaptal
75009  PARIS
Tél. 01-55-31-95-67
Fax. 01-48-74-28-42

Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 10:46
 
ACTUALITE DU 6/6/2009

    La chorale de Cerisy-la-Salle (Manche) devait chanter vendredi à l'église de Savigny. Selon des choristes, le Curé aurait refusé le concert en raison du caractère profane du répertoire.
    L'une des choristes, a écrit un courrier au Père Lemieux, Curé de la paroisse de Cerisy, pour lui demander les motifs de son interdiction.
    Pour le Père Benoît Lemieux, arrivé dans la paroisse en septembre, il n'y a pas eu de refus de sa part. "C'est un problème de communication: je n'ai pas dit non; j'ai émis des réserves.
    " Il est vrai que la chorale devait chanter du Gainsbourg et du Brassens. 
    Le Père Lemieux évoque un texte épiscopal où il est écrit qu'il "ne peut pas y avoir un autre répertoire que le chant sacré". "Je suis au service d'une institution", déclare le Père Lemieux qui s'interroge sur la perte du sens sacré du lieu en rappelant "qu'une église n'est pas qu'un bâtiment".
    On remarquera au passage qu'il n'est jamais question de donner des concerts dans des mosquées; ces dernières sont - ont rappelé certains responsables musulmans - des lieux de prière et non des salles de musique.

Origine.



Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 09:32

   Le terme  "marigot"est parfois employé métaphoriquement pour suggérer des activités plus ou moins occultes, en eaux troubles.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marigot_(géographie)

 
Attribution d'un couperet d'horreur:

*Au Parlement  belge :

qui a cru possible de «condamner » le pape  pour les propos qu’il (n’) a (pas) tenus lors de son voyage en Afrique s’agissant  du préservatif.

Source.

PRESENT. 28 mars 2009 p. 1

Présent S.A.R.L.
5, rue d'Amboise
75002 Paris - France

Tél : 01 42 97 51 30

Fax : 01 42 61 97 79

redaction@present.fr
*Aux politiques, défenseurs de droits de l’homme et anti racistes de tous poils :
qui n’ont pas réagi lors de l’incendie  criminel  de l’église saint –Joseph de Clermont-Ferrand du samedi 28 mars 2009.

Source : PRESENT. 28 mars 2009 p. 1 

*A Youssouf Fofana :
(Revue de presse)
À son arrivée, il a levé un poing vers le ciel, lâchant “Allah vaincra”. À l’appel des accusés par la présidente Nadia Ajjan, il a continué la provocation. En guise de date de naissance, il a répondu : “le 13 février 2006, à Sainte-Geneviève-des-Bois”, donnant ainsi la date et le lieu de la découverte du corps d’Ilan Halimi. En guise de nom, il a déclaré “africaine barbare armée révolte salafiste”. La présidente s’est contentée de lui signaler que ce n’était pas ce qui figurait sur ses documents. En face, sur le banc des parties civiles, la mère d’Ilan, assise à côté de ses deux filles, n’a rien dit. Elle est restée concentrée, semblant prier en se balançant imperceptiblement d’avant en arrière.
Source.

*A tous  ceux  qui croient  que les femmes sont incendiables,  corvéables… dans ce monde  comme dans l’autre :

(Revue de presse)

Le verdict est tombé jeudi soir aux assises de Seine-Saint-Denis. Reconnu coupable de "tentative d'assassinat" sur Shérazade Belayni, Mushtaq Amer Butt a été condamné à vingt ans de prison ferme, comme l'avait requis quelques heures plus tôt l'avocate générale. En 2005, le jeune homme, âgé de 28 ans, avait grièvement brûlé son ex-petite amie qui refusait de l'épouser.

Source.
   
Attribution d'une charretée de bravos confraternels:


*Au site de Chrétienté info :

qui a relayé l’info  de l’incendie  criminel  de l’église saint –Joseph de Clermont-Ferrand du samedi 28 mars 2009.
"L'église Saint Joseph construite entre en 1883 et 1897 sous l'impulsion de monseigneur Joseph Boyer par les architectes et Mitton, ce dernier pour la façade. Le style imite les églises romanes auvergnates. Elle comporte, entre autres, des vitraux datant de la première moitié du XX siècle et une Adorations des mages du sculpteur Émile Gourgouillon visible au-dessus du portail d'entrée. Mais aussi un magnifique orgue qui attend depuis des années des financements pour être restauré".

Source .
http://www.chretiente.info/200903302848/incendie-de-leglise-saint-joseph-a-clermont-ferrand-le-silence-et-pourtant/

*Au journal Présent :

du 4 avril 2009 qui a publié en page 4 l’entretien avec Reynald Secher que le  blog de la Charte de Fontevrault  avait publié en son temps.

DECOUVERTE DE CHARNIERS DE LA GUERRE DE VENDEE (V) ; Un entretien avec Reynald Secher.

Source.
 
http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-29880683.html
*
Au musée
  national de Port-royal des champs :
  
Sente des Granges ; 78114 Magny-les-Hameaux qu présente juqu’au 29 juin  une exposition  sur le peintre Philippe de Champaigne ( 1602-1674)

*A Jean-Marie CUNY , fondateur de la revue trimestrielle Lorraine populaire :

qui annonce la cessation de sa publication avec le n° de printemps de 2009 après plus de 35 ans d'existence et plus de 10 000 pages consacrées à l'histoire de la Lorraine et à ses traditions,

Source.

Présent . 16 avril 2009 p. 1/2

Pour plus de détails :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Revue_Lorraine_Populaire 
*
A l’abbaye de Citeaux  qui  va (re)fonder un nouveau monastère en Norvège :

Source.

http://www.citeaux-abbaye.com/

http://www.munkeby.net/
*
A une analyste politique de nos amies :

On ne peut en  que constater que l'Espagne a été livrée au socialisme

après la mort de Franco. A cause de la haine que les socialistes  diffusent, la paix

que Franco a ramenée en Espagne n'est jamais devenue réconciliation,

sans parler de pardon, ce qui fait craindre pour l'avenir. Sans oublier,

bien entendu, les crimes commis, en particulier l'avortement.

Source.

T.R.

 

NDLRB. Retrouvez  les " marigot"  déja publiés en recherchant  ce mot -clef  grace au moteur de recherches de notre page d'accueil.


Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 09:27
 
AB ABSURDO . Par l'absurde Ab absurdo

Lorsque, pour démontrer une vérité, on commence par supposer un résultat contraire à celui qu'on se propose, et qu'en raisonnant d'après cette supposition, on aboutit à une conséquence que la raison ne peut admettre, on démontre ab absurdo.
Je veux démontrer l'existence de Dieu par le spectacle de l'univers. Je suppose que Dieu n'existe pas ; par conséquent, le monde est l'oeuvre du hasard. Or, il règne dans le mécanisme de l'univers une harmonie plus parfaite que dans les oeuvres les plus parfaites de l'homme, que dans une montre, par exemple. Si l'univers, oeuvre parfaite, s'est formé seul, à plus forte raison la montre, oeuvre moins parfaite, doit à elle-même son existence : conséquence évidemment absurde.


AB IMO PECTORE. Du fond du coeur
Cette locution se trouve souvent dans Virgile, pour exprimer l'extrême douleur, qui semble tirer ses larmes, ses gémissements, ses paroles du plus profond du coeur. On dit aussi imo pectore.

AB JOVE PRINCIPUM. Commençons par Jupiter... (Virgile, Églogue III, v. 60).
Le sénat romain avait pour le Dieu suprême et pour les dieux secondaires un aussi profond respect que nous pour nos saints : Ab Jove principium était la formule ordnaire VOLTAIRE

AB UNO DISCE OMNES. Et qu'un seul vous apprenne à les connaître tous (Virgile, Énéide, liv. II, v. 65).O DISCE OMNES.
Coupons court. Ab uno disce omnes, par une motte, juge la terre ; par une page, juge le livre ; par un homme, juge les autres.Walter SCOT

ACTA EST FABULA. La pièce est jouée.
Le régisseur du théâtre antique annonçait par ces mots aux spectateurs que la représentation était terminée et qu'ils pouvaient se retirer.
Sur le point d'expirer, Auguste, se sentant affaibli de plus en plus, demanda un miroir, se fit peigner les cheveux et raser la barbe ; après quoi, il ajouta : « N'ai-je pas bien joué mon rôle ? - Oui, lui répondit-on. - Battez donc des mains, dit-il, la pièce est finie ! Plaudite, acta est fabula ! »
L'acta est fabula est le consummatum est du paganisme ; ces deux exclamations nous semblent caractériser admirablement les deux religions :là, un rire bouffon ; ici, un cri sublime.
Notre Rabelais faisait aussi allusion à cette phrase dans les mêmes circonstances, et la traduisait à sa manière. Au moment de rendre à Dieu ou au diable son esprit satirique, il s'écriait dans un dernier éclat de rire : Tirez le rideau, la farce est jouée

Origine.
http://www.abnihilo.com/


Repost 0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 17:00

 L’autoroute A 19 est définitivement sortie de terre : elle a été inaugurée ce matin par Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat chargé aux Transports.

    L’A 19 fait une centaine de kilomètres ; elle reliera Artenay, près d’Orléans, à Courtenay, près de Montargis, et elle permettra, par exemple, de relier les autoroutes A 10, vers Bordeaux, et A6, vers Lyon. Elle sera ouverte à la circulation le 16 juin2009 prochain. 

Origine.

 

NDLRB. Avant cette inauguration, L’autoroute A19 reliait  déjà  l’A5 à l’A6 entre Sens dans l’Yonne et Courtenay dans le Loiret. Elle fait partie du grand contournement de Paris et atteint aujourd'hui l'autoroute A10. La  venue  à l’abbaye royale de Fontevraud en sera  facilitée d’autant.

Repost 0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 11:33
Le passé m'envahit, me transformant en une sorte de demi-somnambule.

  La Varende, vous connaissez ?

  L'attention de la critique pour l'oeuvre de La Varende remonte principalement à 1936, époque où le Prix des Vikings fut décerné à Pays d'Ouche, premier titre d'un jeune auteur de... 48 ans ! Dans la foulée, l'auteur normand manquait de peu le Goncourt en 1937 pour Nez-de-Cuir ; mais remportait le Grand Prix du roman de l'Académie française en 1938 pour Le Centaure de Dieu ; avant de s'assoir au fauteuil de Léon Daudet chez les Goncourt en décembre 1942.

                                            

    Au hasard des articles sporadiques, consacrés à cette ascension rapide, s'est substitué un courant régulier d'intérêt, attention jamais démentie, relayée même par certains amateurs qui n'hésitèrent pas à prendre la plume : entretiens retranscrits ou radiodiffusés, souvenirs et bons mots, études biographiques ou stylistiques, éditions critiques d'oeuvres ou de lettres...

     Depuis 1961, l'Association des Amis de La Varende, puis Présence de La Varende, en s'efforçant de promouvoir l'écrivain normand auprès du grand public, rassemble dans son bulletin une notable part des critiques et études qu'il suscite post-mortem.

     Certains de ces textes ont eu prise sur l'image que l'on se fait désormais de La Varende et de ses livres. De par l'éclairage documentaire qu'ils ont apporté, ou les rapprochements littéraires qu'ils ont suscités dans les lettres françaises. Parmi ces livres et articles, et sans prétendre à l'exhaustivité, voici une liste qui échelonne désormais l'image de l'écrivain dans l'histoire littéraire du XXe siècle.

Lettre, 23 novembre 1957.

 (NDLRB. cette  notice est aussi en relation avec les Glanes Héraldiques) 

Origine

Repost 0