Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 09:38

                      LE ROSAIRE AVEC SAINTE JEANNE D’ARC

  Le rosaire est une école de perfection. Il nous montre comment a vécu « Dieu fait homme », notre Sauveur, comme a vécu l’Immaculée. Nous devons les imiter. Tous les Saints ont vécu les mystères du rosaire.
  Méditons-les aujourd’hui à l’exemple de Sainte Jeanne d’Arc.

MYSTÈRES JOYEUX

I. Annonciation
  C’est l’archange Gabriel qui est envoyé à Marie. Il la salue, l’appelle « pleine de grâces ».
  Marie accepte d’être la Mère du Sauveur, de l’homme de douleurs ». Son fiat la conduira au Calvaire.
   En l’été 1424 c’est Saint Michel lui-même qui apparaît à Jeanne. Il est environné d’anges au gracieux sourire. « Je vis Saint Michel et les anges des yeux de mon corps aussi bien que je vous vois. Quand ils s’éloignaient je pleurais et j`aurais voulu qu’ils m’eussent emportée avec eux ». Et Saint Michel dit à Jeanne : « Va, fille de Dieu ». Jeanne est la fille de prédilection, choisie, préparée pour sauver son pays. Elle répondra à l'appel divin et cela la conduira à Rouen au bûcher.
   Chacun de nous a sa mission et Dieu nous parle par notre ange gardien. Ecoutons-nous sa voix quoi qu’il en coûte ?
 Demandons la grâce d’être, comme l’Immaculée, comme Jeanne d’Arc, de vrais serviteurs de Dieu.

II. Visitation :
   Marie partit « en grande hâte », nous dit l’Evangile, car elle désirait ardemment répandre à profusion des grâces au foyer de Zacharie et d'Elisabeth. Pour l'amour de Dieu, Jeanne aimait son prochain, surtout les malheureux qu’elle consolait, « qu’elle recueillait pour la nuit, s’en allant coucher au fournil pour céder son lit aux mendiants ». Elle s’excusait encore près d’eux de leur donner si peu... parce qu’elle avait peu.
  Plus tard, en pleine bataille, Jeanne est miséricordieuse pour tous. « Je n’ai jamais vu couler le sang français que les cheveux ne me levassent sur la tête ».    Elle ne veut pas verser le sang. « Je ne veux pas me servir de mon épée ni tuer personne ». Elle interdit le pillage à ses hommes et refuse d'abuser du succès. Un jour elle voit les nôtres poursuivant des Anglais en fuite. « Laissez-les s’en aller. Ne les tuez pas. Leur retraite me suffit. » Une autre fois, « elle voit un Français frapper à la tête un prisonnier anglais, tant qu’il le laisse pour mort. Jeanne descend de cheval, fait se confesser l’Anglais, lui soutenant la tête et le consolant de tout son pouvoir ». Elle dira à ses juges : « J’ai été envoyée pour la consolation des pauvres et des indigents ».

   Demandons un véritable amour du prochain.

  III. Nativité
Un ange apparut aux bergers : « Je vous annonce une grande joie : un Sauveur vous est né... Et au même instant il se joignit à l’ange une troupe de l'armée céleste louant Dieu et disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur terre paix aux hommes de bonne volonté » (Luc 2, 11 à 14).
   « Le 6 janvier 1412, les habitants de Domrémy sont rentrés chez eux après avoir assisté aux offices de l'Epiphanie. Soudain, dans chaque Foyer, sans qu’aucun motif extérieur n’ait pu y donner lieu, un souffle d’allégresse pénètre les cœurs. Etonnés, les bons villageois s'interrogent, ouvrent les portes, se mettent sur le seuil de leurs chaumières, examinent le firmament. C’est en vain : rien ne leur révèle la cause du sentiment de bonheur qu'ils éprouvent.
   Et voici que des êtres sans raisons eux-mêmes partagent cette exubérance : les coqs dans les poulaillers battent des ailes et pendant deux heures font entendre leurs chants sonores et prolongés. Que se passe-t-il donc ? La seule nouvelle est qu'une fillette vient de naître au foyer de Jacques d'Arc et d'Isabelle Romée. Oui, Dieu vient d'envoyer un Sauveur à la France.
  Remercions Dieu d’avoir envoyé un Sauveur à l'humanité déchue... Remercions-Le d'avoir envoyé un Sauveur à notre pays dans la détresse.

IV Présentation de l'Enfant-Jésus au Temple et Purification
   Joseph et Marie se soumettent à la Loi. Ils l’accomplissent dans le moindre détail. Jeanne eut aimé la vie simple et effacée des champs. Mais quand les voix célestes ont parlé, quand elle ne peut douter de leur message et de la volonté divine, elle décide de partir accomplir sa mission : pure folie aux yeux du monde. Rien ne pourra l'arrêter. « N’ayez crainte, ce que je fais, je le fais par commandement ».
   Demandons la grâce d'une véritable obéissance.

IV Recouvrement de l'Enfant de Jésus au Temple
  Jésus avait douze ans lorsqu’il est resté à Jérusalem. A Joseph et à Marie qui le retrouvent au Temple il dira : « Ne saviez-vous pas que je dois être aux affaires de mon Père? » Jeanne avait douze ans lorsqu’elle entendit ses voix pour la première fois... Elle ne s’emballe pas... Près de cinq ans ses voix lui parlent, et devant leur insistance, elle se rendit. Et pourtant, plutôt que d’entreprendre une telle aventure, « elle aurait mieux aimé être écartelée à quatre chevaux »… Pour faire la volonté de Dieu elle renonçait à tout.
   Ses juges poseront cette question: « En quittant vos parents, croyiez-vous ne point pécher ? » Elle répondra avec l’admirable fierté d’une âme qui ne refuse rien à Dieu : « Puisque Dieu le commandait, il fallait partir. J’aurais eu cent pères et cent mères et j’eusse été fille de roi, je serais partie », et elle partit pour une randonnée humainement stupide.
   Demandons la grande grâce de bien réfléchir... et de faire toujours, quoi qu'il en coûte, la volonté divine.


MYSTÈRES DOULOUREUX

I. Agonie
Dans son agonie, Jésus prie humblement... Il est délaissé de tous, Judas le trahit, ses trois apôtres préférés sont endormis mais « un ange lui apparut du ciel pour le fortifier »
(Luc 22, 43).
   Ecoutons Jeanne : « Quand je suis contrariée en quelque façon, parce qu’on fait difficulté d'ajouter foi à ce que je dis de la part de Dieu, je me retire à l'écart et prie Dieu, me plaignant à Lui que ceux à qui je parle ne me croient pas facilement. Ma requête à Dieu achevée j'entends une voix qui me dit : « Fille de Dieu, va, va, va ! » Et quand j'entends cette voix j'ai grande joie, même je voudrais toujours l’entendre ».
  Dans nos difficultés, nos amertumes, nos épreuves, « veillons et prions » comme Jésus agonisant l’a recommandé. Jamais prière humble et confiante ne reste sans réponse.

II. Flagellation
  Contemplons Jésus subissant l’infâme supplice... Nous ne savons rien de la vie de mortification de Joseph et de Marie. Jeanne fut la vaillance même. En pleine action, au siège de Jargeau, elle crie au duc d’Alençon : « En avant, gentil duc, à l’assaut !...» Elle s'élance, grimpe sur une échelle, brandissant son étendard. Celui-ci est percé ; elle-même tombe rudement frappée à la tête par une pierre. Mais bien vite elle se relève : « Amis ! Amis ! En avant ! »... et la ville est prise.
À l'assaut des Tourelles, près d’Orléans, Jeanne saute dans la fosse et saisit une échelle. Une flèche traverse son épaule de part en part. La blessure est grave et la souffrance est cruelle. « Versez de l’huile dans ma blessure et surtout ne m’emmenez pas plus loin » .... et ... le soir même, dans un délire d’acclamations joyeuses la jeune fille, malgré les souffrances de sa blessure, rentre à cheval dans la ville d’Orléans délivrée.
  Demandons la grâce de vivre courageux et mortifiés au service de Dieu.

III. Couronnement d’épines
  Jésus, humilié, couronné d’épines, expie notre orgueil. L’Immaculée restera toujours « l’humble Vierge Marie ».
  Jeanne resta humble, très humble. Elle ne s’attribue rien. « N’était la grâce de Dieu je ne saurais rien faire ». A Saint Michel elle répondit : « Je suis une pauvre fille ne sachant ni chevaucher, ni guerroyer ». Aux généraux orgueilleux qui ne l’avaient pas conviée à leur conseil : « Le conseil de Dieu est plus sûr et plus sage que le vôtre ». Quand les résultats seront acquis, quand la victoire sourit, Jeanne dit humblement: « Les hommes d'armes avaient bien bataillé mais Dieu avait donné la victoire »...
Jeanne répétait: « Je crois qu'on ne peut trop nettoyer sa conscience ». Comme l’Immaculée, comme Jeanne, restons les humbles serviteurs de Dieu.

IV. Portement de la Croix
  Contemplons Jésus portant sa croix. Il est exténué, à bout de forces, insulté, bafoué... Jeanne a dû sans cesse porter sa croix pour accomplir sa mission. Quand la pure jeune fille est aux fers, dans sa prison, elle se trouve à la merci d’odieux soudards anglais. Il lui faut lutter, à nuit entière, contre ces infâmes houspilleurs. C’est un combat atroce et vainqueur de la virginité désarmée contre le vice tout puissant.
  Demandons la grâce de porter vaillamment notre croix.

V Mort de Jésus en Croix
Jésus, avant d'expirer, s’écria : « Tout est accompli » (Jean 19, 32). La terre tremble, des ténèbres se répandent sur toute la terre. .. Témoin de tout, le centurion qui veille à l'exécution s’écria : « Cet homme était vraiment le Fils de Dieu » (Marc 15, 39).
  Quand les flammes commencent à la torturer; torche vivante, Jeanne s’écria, devant des milliers de gens bouleversés : « Tout ce que j’ai fait, je l'ai fait par ordre de Dieu. Mes voix ne m'ont jamais trompée. Jésus ! Jésus !» Quand tout est fini, dix mille hommes sanglotent et un cri s'élève : « Nous sommes perdus, nous avons brûlé une Sainte ».
  Demandons la grâce d’accomplir parfaitement notre tâche, de faire en tout la volonté divine pour, comme Jésus, à notre mort, remettre en paix notre âme dans les mains du Père.

MYSTÈRES GLORIEUX

I. Résurrection
Contemplons Jésus sortant vivant du tombeau. II va mener désormais la vie des corps glorieux.
Nous devons ressusciter chaque jour à une vie nouvelle, toujours plus fervente, la vie de véritables enfants de Dieu sur terre avant le bonheur du Ciel.
Jeanne va ressusciter l’armée. Des femmes de mauvaise vie suivent l’armée. Jeanne donne un grand coup de balai. Elle dit à ces hommes d’arme : « Et maintenant expulsez-moi toutes ces filles. Sachez bien qu'il n’est de plaisir que de bouter l’Anglais dehors sur l'ordre de Dieu. Il nous veut nets de cœur pour le servir. Si c’est pour du pain que tant de tignasses nous suivent, donnez-leur en et renvoyez-les. .. A présent, confessez-vous. Nous entendrons la messe à l’aube ». Et les soudards se confessent et les généraux aussi et les filles sont chassées... et la victoire est pour demain.
Et Jeanne répétait : « Ce sont les péchés qui font perdre les batailles… Avant toute chose Dieu vous veut en état de grâce ».
Demandons la grâce d'une vraie conversion.

II. Ascension

    Jésus dit aux disciples se rendant à Emmaüs : « Ne Fallait-il pas que le Christ souffrit toutes ces choses et qu’il entrât ainsi dans la gloire ? » (Luc 24, 25) ; après sa si douloureuse passion, Jésus est maintenant Sauveur et Roi triomphant.
Les voix avaient dit à Jeanne : « Ne te trouble pas de ton martyre. Du bûcher tu viendras en Paradis ». Jeanne est maintenant au ciel, ne regrettant rien de ses terribles souffrances. Pensons souvent au ciel dans nos difficultés, nos épreuves. Pensons à la place qui nous est réservée.
Demandons la sainte espérance et la grâce de penser souvent à l’éternité.

III. Pentecôte

   Contemplons, au Cénacle, La descente du Saint-Esprit. Jésus avait dit : « Vous serez traduits, à cause de Moi, devant les gouverneurs et devant les rois... mais lorsqu’ils vous livreront, ne vous inquiétez pas de la manière dont vous parlerez ni de ce que vous direz, car ce que vous devrez dire vous sera donné à l’heure même. En effet, ce n’est pas vous qui parlerez mais c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous ». Jeanne a été ainsi divinement éclairée. Ses réparties sont célèbres. A Poitiers, Séguier l’entreprend sur ses voix : « Quelle langue vous parlent-elles ? - Meilleure que la vôtre, Messire ! » Aux théologiens qui la fatiguent de leurs questions méchantes : « Il y a plus de choses dans les livres de Notre-Seigneur que dans les vôtres ». Au cours du procès de Rouen, un seigneur anglais, émerveillé, ne peut retenir cette exclamation : « Ah !la brave fille ! Que n’est-elle Anglaise ! »
  Demandons une ardente dévotion au Saint-Esprit. Il nous guidera dans la grande confusion actuelle.

IV Assomption

   Contemplons le triomphe de l’Immaculée. Imaginons l’entrée au ciel de la « toute pure », de la « toute sainte ».
   Jeanne, prédestinée à sauver la France, a été prévenue de grâces particulières. Sa mère et non d’autres, lui enseigna ses prières et l’ensemble de ces vérités morales et religieuses qui ont éclairé et dirigé sa vie. « Elle était pieuse, trop pieuse", disait une de ses compagnes.
   Elle se confessait fréquemment et communiait de même, et dans l’enchantement de ses communions fréquentes Jeanne grandit, pareil au lys que rien ne flétrira ». Elle aimait à se recueillir seule à l’église. Elle garda jusqu’à sa mort sa candeur de première communiante.
   Devant ses juges infâmes Jeanne déclara : « Je ne sais pas avoir péché mortellement »·, et son curé affirmait « qu’elle n’avait pas sa pareille dans toute la paroisse ».
    Un Anglais, dans sa haine, avait juré de jeter du bois dans le bûcher. Il est bouleversé, comme foudroyé, au moment où Jeanne expire. Il voit une blanche colombe s’envolant du milieu des flammes.
   Demandons la grâce d’une bonne mort, la grâce d’être prêts à paraître devant Dieu.

V Couronnement de Marie

   Marie est constituée Reine de l'univers. Marie est notre Reine et notre Mère. Elle ne manque pas à sa double mission. Entendons-la nous dire : « J’ai une couronne de Reine et je reçois vos hommages. J'ai un cœur de Mère et j’entends les soupirs de tous mes petits enfants ». Jeanne est la patronne secondaire de la France. Elle a charge officielle de veiller sur notre patrie. Nous pouvons être certains qu’elle ne manque pas à, sa mission de veiller sur la France pour laquelle elle a sacrifié sa vie. Invoquons-la dans nos angoisses nationales. Si le roi, si les chefs militaires avaient mieux écouté Jeanne, la victoire aurait été plus rapide, plus complète.
   Si nous écoutions davantage les demandes de notre Reine et Mère, s’il y avait partout reprise du chapelet, nous pourrions tout espérer.
Reine du Très Saint Rosaire, priez pour nous.

Extrait du livret : « Le Rosaire pour l’Église » Chanoine GUYLOINEAU


Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans RACINES DE FRANCE
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 09:18
Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans RACINES DE FRANCE
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 09:52

  Notice  consacrée par l’encyclopédie du royalisme en ligne Sylmpédia à celle dont nous fêtons le 600 e anniversaire de sa naissance.

http://wiki.sylm.info/index.php/Jeanne_d%27Arc

 

Sommaire

1 Une enfance de paysanne

2 Des voix venues de Dieu

3 D’abord convaincre ses proches

4 Ensuite convaincre le roi de France

5 Les gens d'armes batailleront et Dieu donnera la victoire

6 Remettre le royaume de France à l’endroit

7 Le roi sacré, la mission terrestre de Jeanne était achevée

8 Jeanne en paroles

9 Quelques compagnons de Jeanne

10 Réhabilitation et gloire posthume

11 Lien interne

12 Liens externes

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans RACINES DE FRANCE
commenter cet article
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 09:35

2. Contexte

Nom du producteur

Section du Sceau (actuellement rattaché au bureau du droit des personnes et de la famille) ou les structures qui l'ont précédée.

Histoire administrative

    Ce fonds relève des attributions de la section du sceau. Le sceau de France est rattaché au bureau du droit des personnes et de la famille. Il exerce les attributions dévolues à la chancellerie en matière de titres nobiliaires, de dotations et d'armoiries et prépare les décrets relatifs aux changements de nom et aux dispenses en vue de mariage. Il traite le contentieux relatif à ces actes individuels.

  "Les titres, réintroduits progressivement à partir de l'an XII, ont été codifiés par les statuts du 1er mars 1808. Ils étaient transmissibles, de mâle en mâle, par ordre de primogéniture, sur constitution de majorat -ensemble de biens fonciers ou de rentes immobilisées inaliénables et produisant un revenu fixé en fonction du titre auquel il était affecté. Ces majorats pouvaient être dotés par l'Empereur en tout ou en partie. Napoléon a institué aussi, notamment en faveur de ses soldats, des dotations non attachées à un titre qui étaient des rentes héréditaires sur le Domaine extraordinaire. Le décret du 17 mai 1809 a rétabli les armoiries en faveur des villes. Le Conseil du sceau des titres, créé en 1808, était chargé d'instruire toutes les affaires relatives aux titres et aux majorats et de sceller et expédier les lettres patentes nécessaires. Les années suivantes, le Conseil du sceau des titres vit sa compétence étendue à la délivrance d'autres actes.

    La Restauration a réintroduit l'anoblissement et la confirmation de noblesse, tout en maintenant l'essentiel de la législation napoléonienne en matière de titres et de majorats. Désormais, titres et noblesse sont distincts. De même, la Restauration a recréé les pairs, avec un pouvoir politique héréditaire. Le Conseil du sceau des titres fut remplacé par une Commission du sceau, indépendante du ministère, qui a gardé les mêmes attributions que le Conseil. Le Conseil du sceau des titres fut rétabli pendant les Cent Jours et la Commission du sceau par la seconde Restauration avec sa compétence antérieure.

  La réunion de la Commission du sceau au ministère de la Justice (...) fut réalisée par l'ordonnance de Louis-Philippe du 31 octobre 1830 : la Commission du sceau était supprimée, ses bureaux (et ses archives) rattachés au ministère de la Justice où ils formèrent une division nouvelle, la division du sceau, tandis que le conseil d'administration établi auprès du ministre de la Justice se voyait attribuer les fonctions de la Commission du sceau pour la décision des affaires du sceau. Le service du sceau constituait désormais un des bureaux de la division des Affaires civiles et était chargé entre autres de l'instruction des affaires relatives au titres, majorats, et dotations. Très restrictive, la monarchie de Juillet a supprimé progressivement les majorats par la loi du 12 mai 1835.

  Les titres, abolis par la Révolution de 1848 ont été rétablis par Napoléon III le 24 janvier 1852, mais non les majorats. Il restaure le Conseil du sceau des titres mais les dossiers continuent à être instruits par le bureau du sceau. A la chute du Second Empire, le conseil d'administration de la justice retrouve ses attributions en matière de sceau (décret du 10 janvier 1872). Les Républiques qui ont suivi ont protégé les titres existants en continuant à délivrer des arrêtés d'investiture aux successeurs.

  En 1947, le bureau du sceau de France est supprimé et le sceau relève de la section contentieux de la nationalité du 1er bureau Administration judiciaire et législation générale de la direction des Affaires civiles et du Sceau. Cette section devient le bureau du contentieux de la nationalité et du sceau en 1953, qui s'intègrera en 1964 à la sous-direction du droit international et commercial, de la nationalité et du sceau. Ensuite, en 1986, les attributions du sceau reviendront au bureau du droit civil général à la sous-direction de la législation civile et de la procédure."


(Source : Ségolène de Dainville Barbiche, Les archives du sceau : naturalisations, mariages, changements de nom, titres. La Gazette des archives, 1993, n°160-161, p. 127-151.)

 

Origine

http://www.archives-judiciaires.justice.gouv.fr/index.php?rubrique=10774&ssrubrique=10827&article=14899

 

  Il est aussi possible de consulter :

Alain TEXIER.Qu'est  ce que la noblesse? -Histoire et droit-Tallandier 1988

* Nobes et titrés depuis la Révolution p. 82 à 148

* Noms, armoiries,noblesse et titres. p. 149 à 184

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 21:15

  Certains d'entre  vous ont exprimé le désir d'en savoir plus  sur  les missions  jouées par l'UNEC. Le lien ci-dessous  permettra  de  combler  votre légitime curiosité.

 

   Et d'abord à titte d'apéritif

 

    L'UNEC est un groupe d'Hommes, de femmmes et d'enfants  chrétiens de tous pays d'europe qui en ont assez  de voir l'Europe avec une population baptisée à 80% subjuguée par  tout ce  qui n'est pas  chrétien.

-------

Présentation générale de l'UNEC  grâce au lien ci-dessous :

http://www.radio-silence.tv/index.php?&idUnec=2

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans ANNUAIRE DES MOUVEMENTS AMIS ET ALLIES
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 08:29

 C’est une grande fête qui se prépare à Domremy, le 13 mai 2012.

   Le 2° dimanche de mai, jour de la fête officielle de sainte Jeanne d’Arc , la paroisse et le diocèse se mobilisent pour commémorer à sa hauteur le 6è centenaire de la naissance de notre sainte vosgienne. Demandez le programme.
On n’a pas tous les jours 600 ans. On se lèvera tôt pour se retrouver à 9h30 à la conférence "Sainte Jeanne d’Arc un parcours historique et spirituel" de Catherine Guyon, maître de conférences en Histoire médiévale et membre du Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire de Nancy(voir Eglise dans les Vosges de février 2012).
Figure historique universelle, Jeanne est toujours l’objet de débats voire polémiques. L’intervenante fera part de l’état des recherches dans ce domaine. Mais, Jeanne, c’est aussi un itinéraire de foi, un repère pour nourrir un chemin spirituel.Catherine Guyon nous apportera des clés de lecture.
A 11h, il est proposé de s’associer à la manifestation officielle devant la maison natale à Domremy.
Après le déjeuner, dans la basilique, 4 propositions seront offertes à tous :
- des rencontres autour des fiches de Carême spéciales "Jeanne d’Arc",
- un diaporama de lumière et de couleurs sur les vitraux de l’église Jeanne d’Arc de Lunéville : 26 vitraux, près de 400 m2 de superficie, sur la vie de Jeanne d’Arc de Domremy à sa béatification
- la visite de la Basilique. Un remarquable édifice du XIXè, de style plutôt néoroman, la basilique Sainte Jeanne d’Arc de Domremy alterne granit rose des Vosges et pierre blanche d’Euville. Elle est agrémentée d’impressionnantes mosaïques et de huit peintures remarquables de Lionel représentant les grandes étapes de la vie de Sainte Jeanne d’Arc.
- un diaporama de toute beauté sur les statues de Jeanne d’Arc qui commémore la sainte dans les villes et villages de la région
À 15h30, point d’orgue de la journée, sur le site de la Basilique, une messe pontificale sera célébrée et la présidence sera assurée par le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France.
Pour les « jeun’s »
Mgr Jean-Paul Mathieu, évêque de Saint-Dié proposera pour les 18-35 ans une catéchèse sur le thème : Jeanne, témoin pour la jeunesse d’aujourd’hui.
Des bus et des repas


   Le service des pèlerinage a mis en place un réseau spécifique de bus qui couvrira tout le département .
    Pour la restauration, chacun pourra apporter son pique-nique. A l’accueil du Pèlerin, les travailleuses missionnaires proposeront leur restauration. Mais pour cette journée la réservation est obligatoire ; les places étant limitées (Tél. 03 29 94 14 38). La paroisse a également mis en place une distribution de plateau repas (Tarif 8 € sans la boisson) à proximité de la Basilique.

 

Origine générale d'une documentation plus complête.

http://www.catholique-vosges.fr/

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans RACINES DE FRANCE
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 21:44

 « Là où les saints passent, Dieu passe avec eux. »   (St Curé d’Ars)

  Comme chaque année nous proposons aux Amis de Jeanne d'Arc de Paris et de la Région Parisienne de participer nombreux à la cérémonie officielle organisée par le Ministère de la Défense et des Anciens Combattants selon le programme suivant:

 

Rendez-vous 8H45 place des Pyramides

9 H 00 Dépôt de gerbes au pied de la statue par les Anciens Combattants, l'Association des Meusiens et des Vosgiens de Paris, l'Amicale des Forces Françaises Féminines, l'Union Nationale des Parachutistes, l'Association Bannières 2000, l’Association Française des Chevaliers de Notre-Dame, l'Association Universelle des Amis de Jeanne d'Arc.

9 H 15 Arrivée de Monsieur le maire du 1er arrondissement et de Monsieur le représentant du maire de Paris, du Préfet de Paris et de la Région Ile-de-France, du Préfet de Police et des Présidents des Assemblées parlementaires.

9 H 30 Arrivée du représentant du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants accueilli par les personnalités civiles et militaires.

Après le dépôt des gerbes et les honneurs militaires: les personnalités saluent les porte ­drapeaux et les représentants des associations.

Pour les amis de Jeanne d'Arc et Bannières 2000 moment de recueillement et de prières devant la statue.

           BANNIERES 2000                                                                               Association Quinzième Centenaire de la France

333 rue de Dantzig – 75015 PARIS                                                               Tel.  Fax : 01 44 73 95 23

E-mail : bann2000@free.fr

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans RACINES DE FRANCE
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 19:17

 Trés originale  et trés heureuse l'idée   promue  par la ville de Limoges de permettre la redecouverte- ou découverte- des armoiries ( et non pas  des  "blasons" puisque le  Blason est la science des armoiries, mais passons)  de la  ville.

   Bien sûr, cette  action  est officiellement  destinée aux  6-12 ans  mais  gageons  que le regard  émerveillé de leur progéniture donnera en vie à plus d'un parent  de se plonger lui aussi  dans le monde merveilleux  des  métaux , couleurs, partitions   et des pièces honorables.

   Le  commentaire  qu'a  fait  de cette action la journaliste du Populaire n'est pas mal non plus. En  voici deux extraits : "Les jeunes ,gagnés par l'esprit  chevaleresque,  ont laisse libre  cours à leur imagination". "Identifiant  sans  problême les  corporations présentes  et posant moult questions. Certaines  désarçonnent  (NDLRB. C'est le cas de le dire) même l'animateur:'Monsieur c'est  quoi l'Honneur' ".

 

Origine.
le Populaire du Centre . 3 mai 2012 p. 15

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans GLANES HERALDIQUES
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 19:08

08.05.2012

Regard d'un Chouan sur l'élection présidentielle

    A l'inverse des Catholiques qui tentent maladroitement depuis la chute de la Monarchie Traditionnelle d'utiliser les moyens du système maçonnique pour lui résister..., voir de le renverser sans succès..., comme le savent très bien les légitimistes, qui ont pris le temps puis le soin au préalable d'étudier politiquement les racines du mal et le mécanisme infernal des « sociétés de pensée »

... 

    A l'inverse des Catholiques qui tentent maladroitement depuis la chute de la Monarchie Traditionnelle d'utiliser les moyens du système maçonnique pour lui résister..., voir de le renverser sans succès..., comme le savent très bien les légitimistes, qui ont pris le temps puis le soin au préalable d'étudier politiquement les racines du mal et le mécanisme infernal des « sociétés de pensée »

...  

    Le résultat de cette élection présidentielle est plus un profond désaveu de l'électorat « conservateur » vis à vis de la « politique droitiste » toujours préconisée par Nicolas Sarkozy en période électorale, suivie d'aucune mesure sérieuse de mise en oeuvre pour accomplir le programme sur lequel il a été élu. Tout le monde se souvient par exemple que les discours de 2007 sur « l'identité française » et le nettoyage « au Kärcher » ont été suivi de la création du C.F.C.M, et du référendum sur le traité européen par la voie parlementaire...

   La droite ne s'appelle finalement droite que parce qu'elle est moins à gauche que la gauche. Et peu importe qu'elle soit « extrême » où non, il n'y a pas de différence à la base de fondements philosophiques ni de valeurs, la droite comme la gauche a accepté le préalable révolutionnaire. Aucune écurie du système ne peut donc logiquement constituer un frein ni même une alternative politique sérieuse, solide et tenable à l'esprit de la révolution.

...

Origine.

  http://beaudricourt.hautetfort.com/

 

Pour un point de  vue  complémentaire.

8 mai 2012. Billets d’humeur du Sieur la Boutière. LE CER EST SORTI DU BOIS A L’OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES FRANCAISES

http://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/05/08/8-mai-2012-billets-dhumeur-du-sieur-la-boutiere-le-cer-est-sorti-du-bois-a-loocasion-des-elections-presidentielles-francaises/

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans ACTUALITES
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 08:48

 Disponible pour le moment uniquement en français. Sans copyright (mais mentionnez « ru » s.v.p.).
« RU », le service de presse du réseau UNEC, BP 70114, F-95210 St-Gratien
Répondeur/Fax 01 34 12 02 68 

unec@wanadoo.fr

www.radio-silence.tv

 

   
HOLLANDE A L’ELYSEE ? (ru, 8 mai 2012). – Notre mouvement politique AMEN a publié le soir du 6 mai 2012, soir de l’élection de François Hollande à la présidence française, le communiqué suivant :
 
    « Ce dimanche matin à 9h36 nous avons su, via SKY NEWS (Londres), que le résultat des présidentielles en France EST (!): 48% pour Sarkozy, et 52% pour Hollande. Comment expliquer qu’en dehors de la France on savait le résultat avant même le vote en France ? Toutes les hypothèses sont permises. Notre humble opinion est que les dés sont jetés bien avant les élections, que nos votes ne jouent que sur 95% des résultats, et que les derniers 5% - les décisifs - sont dictés par les autorités de l'ombre, invisibles, mondialistes, qui se servent des 5% des appareils de vote électroniques pour corriger les derniers 5%, et avec cela la totalité du résultat.
    D'ailleurs, pourquoi n'ont-ils pas généralisé le vote électronique ? On dit qu’il est impopulaire, mais la vraie raison est qu'ils n'ont pas besoin de plus que 5% de manipulations des voix, laissant à la grande majorité des mairies la belle impression d’une superbe démocratie en marche, en comptant sous surveillance rigoureuse du peuple chaque bulletin de vote qui se trouve – merveille de la démocratie ! - dans l'urne.                                                                                                                        Ce petit détail, la non-généralisation des appareils de vote électroniques, prouve que tout est joué d'avance, que nos votes n’ont pas d’influence sur le résultat final. – Un autre aspect à ne pas négliger : même si l’on se fie aux résultat officiel de cette  élection (51,6% pour l’élu), Hollande n’a eu en vérité que 39% sur le nombre des inscrits (18 millions de voix sur 46 millions d’inscrits), et même seulement 27,7% de la population de la France (18 millions de voix sur 65 millions d’habitants). Il n’y pas de quoi parader d’être ‘le président de tous les Français’. Depuis quand une minorité représente le pays entier ? Mystère de la démocratie. Restons donc modestes : c’est le président d’une secte minoritaire, celle du petit quart rouge de la population qui a voté pour lui.
 
   On se battra d'autant plus sur le terrain des circonscriptions des législatives à venir, terrain plus difficile à contrôler par les mondialistes, et cela avec nos propres candidats, et dans les pires coins (Saint-Denis par exemple). Nous faisons de nouveau un appel de bien vouloir venir en aide à notre maigre caisse pour financer cette campagne législative. Pour Saint-Denis, 1ère circonscription par exemple, où notre candidate Elise Mbock se battra pour nos principes au milieu d’une mer d’immigration (devise : la Vie, la Famille, le Mérite, candidature soutenue par La Liste Chrétienne, et par AMEN), nous n’avons actuellement en caisse que 1000 Euro, pour un budget minimal de 4500 Euros.

 

 Vos chèques de soutien sont à adresser s.v.p. à AMEN, BP 70114, 95210 Saint-Gratien, en ajoutant ‘pour la campagne législative d’AMEN’.

  Merci.

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans REVUE DE PRESSE
commenter cet article