Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 21:47

  "Une  vue, dite tendre , force (la) dite (Dame) à porter  des lunettes  vertes pour  conserver  ses yeux  constament rouges. Chaque arcade sourcillière , ornée d'un  duvet assez rare , dépasse d'une ligne environ l'écaille  brune du verre  en en doublant en quelque  sorte le cercle.. Si vous n'avez  pas déja observé  sur la figure de quelque passant l'effet produit par ces deux  circonférences superposées  et séparées par un vide, vous ne sauriez imaginer combien un pareil viage  vous intrigue , surtout quand  ce  visage  pâle et  creusé , se termine en pointe  comme celui de Mephistophélès".

Origine

     Balzac. Modeste Mignon. La  comédie humaine . Bibliothêque de la Pléïade  Tome 1 p. 471.

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 10:01

Monarchisme et royalisme

  Les mots ne sont pas neutres ; de même il n’existe pas de synonyme absolu.

S’ils expriment une pensée, un contexte, les mots ont en outre le pouvoir de formater les consciences. L’usage que l’on en fait ne saurait être neutre ; c’est bien précisément ce qu’ont compris les idéologues qui s’en sont fait une spécialité au service de la subversion.

   Il convient donc de revenir à l’étymologie.

 

La monarchie c’est le gouvernement d’un seul.  En ce sens le dictateur est un monarque, seul détenteur de la souveraineté, qui confond en sa personne puissance et gouvernement.

Ainsi défini, le monarque peut tenir son pouvoir                                           - soit d’une disposition constitutionnelle comme à Rome (dictature limitée à 6 mois en cas d’urgence) ou article 16 de la constitution française de 1958

 - soit d’une délégation exceptionnelle (pleins pouvoirs au Mal Pétain en 1940)

  Mais plus généralement cette forme de pouvoir prend sa source dans un coup d’État (les Bonaparte) ou par le forcement des institutions (dictature à vie pour César), dont la forme la plus douce est la marginalisation des corps intermédiaires.

   La monarchie est donc fondamentalement incompatible avec une représentation populaire ; parler de monarchie en Grande Bretagne ou en Espagne est un non-sens ; les Grecs avaient une bien meilleure formule quand ils qualifiaient leur régime de démocratie couronnée.

   Souvent justifiée par une situation de crise lors de son instauration, une monarchie, au sens auquel nous l’entendons ici, ne peut perdurer que par le durcissement du pouvoir personnel, avec pour corollaire la disparition  de la légitimité du souverain.

 

La royauté est de nature différente, même s’il est arrivé qu’elle dégénérât en tyrannie. Ce principe de gouvernement est d’essence religieuse ainsi qu’il apparaît dans la bible. Un roi reçoit délégation de gouvernement temporel, son rôle est avant tout de justice, et Saint Louis, que nous célébrons aujourd’hui*, en est la meilleure illustration. S’il veut être arbitre, un roi, à l’image de Salomon, doit s’attacher à la sagesse, vertu cardinale des gouvernants. Ainsi conçu, le roi incarne la légitimité de l’autorité, et il peut déléguer l’exercice du pouvoir à des ministres. Par ailleurs, les corps intermédiaires sont, pour les régnicoles**, une protection contre les abus de pouvoir ; le gouvernement royal n’est pas incompatible avec une représentation populaire, laquelle est même souhaitable selon le principe ancien de gouvernement : le roi en ses Conseils, le peuple en ses États, tout étant affaire de répartition des compétences. Ainsi, par-delà les aléas inévitables, le peuple maintiendra sa confiance au Roi tant qu’il reconnaîtra en lui le garant de la justice, donc de ses libertés ; car c’est du sentiment d’injustice que naissent les troubles.

 

  Reste à comprendre pourquoi nous en sommes arrivés à confondre deux notions contradictoires dans leur essence. Notre histoire me semble apporter un élément de réponse.

 

Dès leur avènement, les Capétiens eurent le souci de conforter le pouvoir royal face aux féodaux. La meilleure illustration en est la marginalisation jusqu’à extinction des justices seigneuriales par la multiplication des cas royaux ; car, contrairement à la vulgate républicaine, l’ancienne France fut toujours un État de Droit, et c’est le Droit qui permit non seulement l’extension de l’autorité royale, mais aussi l’agrandissement du Domaine.

   Concurremment, le système féodal était mis à mal, tant par la disparition des grandes baronnies intégrées au Domaine par un jeu subtil de mariages que par la promotion du mouvement communal. Participe aussi à cette action l’appel à la petite noblesse et à la bourgeoisie pour le gouvernement de l’État.

Lorsqu’ils sont réunis, les États Généraux sont plutôt favorables à la politique royale. Mais, convoqués en période de crise, ils ont une propension à outrepasser leur rôle face à un prince fragilisé, aussi ne seront-ils plus convoqués de 1614 à 1789 ; pendant 175 ans le pouvoir fut donc coupé de la population.

   La France sort d’une longue période de crises lorsque Louis XIV accède au pouvoir personnel. L’instauration d’une dictature royale est alors nécessaire et le roi s’y emploiera sans tarder ainsi que l’illustre son intervention dans l’affaire Fouquet. Avec ce grand roi, on passe du pouvoir royal à la monarchie, tant dans le domaine politique que dans le domaine économique ; ses successeurs s’y enfermeront. La dictature impériale en sera une sorte de copié/collé, la légitimité en moins.

     Rêvons un instant : vers 1680, au faîte de sa puissance, Louis XIV, qui aura le génie d’instituer l’Ordre de Saint-Louis et de faire évoluer le Saint-Michel, convoque les États Généraux, les rénove selon le même principe et les institutionnalise ; le Maréchal de Vauban *** n’est plus le seul à dénoncer les faiblesses et misères réelles de la société française, et alors on retourne à la royauté et l’avenir … mais ce n’est qu’un rêve.

   On peut donc imputer à Louis XIV la responsabilité fondamentale de la confusion royauté/monarchie et du divorce subséquent entre le peuple et le roi. Viendra comme une sorte de conséquence le règne des idéologies, fruit amer de la subversion des « Lumières », qui pervertiront le gouvernement des peuples et, plus tragiquement peut-être, la conduite des guerres. Mais c’est un autre sujet. Quant à nous, soyons royalistes plutôt que monarchistes.

                                                                                       Ph. B.

                                            __________________________


 * Ce texte a été  écrit  un 25 août, en la fête de la saint Louis.

** Sujets du roi.

*** La dîme royale, texte intégral.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5727570s

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 09:42

  L'élection presidentielle répare un drame historique – qu’une monarchie constitutionnelle ait été impossible en France, du fait de son échec dans les deux premières années de la Révolution. Ce qui n’a pas été possible avec Louis XVI, la Vème République le construit en apportant trois correctifs : c’est le peuple qui élit non le Roi mais son substitut imaginaire, cette magistrature n’est plus héréditaire, et enfin elle est limitée dans le temps. Le Président occupe la place qui fut autrefois celle du Roi. Le vide de cette place est aussi insupportable au peuple français que de regarder le soleil ou la mort en face. En réalité, le Président est à la fois le corps du roi reconstitué, et le remords du régicide. Le Roi a été mis à mort par le peuple, certes – mais sa place ne peut rester vide.

...

 

Origine

  http://www.la-couronne.org/article-l-election-presidentielle-ou-la-nostalgie-monarchique-par-robert-redeker-104015845.html

http

Renvoyant à

http://www.la-couronne.org/article-l-election-presidentielle-ou-la-nostalgie-monarchique-par-robert-redeker-104015845.html

 

 L'on permettra à la Charte de Fontevrault  d'apporter  quelques  bémols à  cette analyse  du mal Français

- L'élection presidentielle ne  répare pas un drame historique, elle  s'efforce de  cantonner la  guerre civile , si chère aux républicains, entre  deux  camps à une  échéance  assez longue ... ceci  étant  surtout  vrai avant la stupide  abolition du sptennat (reférendum du 24 septembre 2000)  , legs à son corps  défendant d'Henri V.

- L'élection du président de la république ne permet en aucune façon de  combler le vide consécutif à la mort du roi. Quel que  soit  son discours , le président républicain restera toujours le  chef  d'une partie de la France  contre une autre... ce qui est un vice  fondamental qui ne risque naturellement pas  d'arriver au roi.

 

                                    Alain TEXIER

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 10:13

  Christian de Bartillat est un écrivain et éditeur français, né en 1930 à Saligny-sur-Roudon (Allier) et décédé le 21 avril 2012 (NDLRB. Muni des sacrements de l'Eglise).

   Diplômé en droit et en sciences politiques,Chevalier de la Légion d'Honneur,  Officier des Arts et des lettres,  il est devenu éditeur, essayiste et écrivain. Il fut président-directeur général des Éditions Stock. Il a fondé les éditions Christian de Bartillat, puis les Presses du Village à Étrépilly qu'il dirige jusqu'en décembre 2010. Il a par ailleurs été maire d'Etrepilly (77139).

 

Parmi ses  publications :

-Terroirs de France, Étrépilly, Christian de Bartillat-Presses du Village, 1986

- Histoire de la noblesse française : 2 tomes. de 1789 à nos jours, Paris, Albin-Michel, 1988-

Origine.

  http://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_de_Bartillat

 

et aussi :

  http://www.lesechos.fr/journal20120424/lec1_derniere/0202026778847-culture-deces-de-l-ecrivain-et-editeur-christian-de-bartillat-315753.php

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20120423.OBS6920/la-mort-de-christian-de-bartillat.html

http://www.ina.fr/media/entretiens/audio/PHD86002118/christian-de-bartillat.fr.html

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 17:26

 LogoLE-BON-lazaret-Musee-192x300.jpg   Situé en front de mer, sur la rive sud de la baie d’Ajaccio, la beauté austère du bâtiment principal du

<------ http://www.science-et-humanisme.fr /?page_id=54                                                             lazaret abrite un vaste patio en forme d’hémicycle, d’une capacité d’accueil de 500 personnes, bordé de cellules aménagées en salles d’exposition

Découvrez le Lazaret

http://lelazaret-ollandini.com/

     En juillet 2012 au Lazaret-Ollandini

Quartier d’Aspretto 20090 Ajaccio

Tél. : 04.95.10.85.15 / Fax : 04.95.23.32.79

Les déchiffreurs

d’autres façons de voir le Monde …

Mercredi 18 juillet,  21H30   Le nombre d’Or

Venez  écouter notre ami Philippe Lamarque  Historien                                      http://www.science-et-humanisme.fr/?page_id=31

NDLRB. La Charte de Fontevrault  avait présenté l’ouvrage qui fzra l’objet dela conférence  estivale, retrouvez le grâce au lien suivant :  http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-lectures-d-ete-en-grandes-vacances-recommandee-par-les-manants-du-roi-philippe-lamarque-le-nombre-d-or-53602252.html

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 14:12

Auprès de ce beau teint, le lys en noir se change

Auprès de ce beau teint, le lys en noir se change,
Le lait est basané auprès de ce beau teint,
Du cygne la blancheur auprès de vous s'éteint
Et celle du papier où est votre louange.

Le sucre est blanc, et lorsqu'en la bouche on le range
Le goût plait, comme fait le lustre qui le peint.
Plus blanc est l'arsenic, mais c'est un lustre feint,
Car c'est mort, c'est poison à celui qui le mange.

Votre blanc en plaisir teint ma rouge douleur,
Soyez douce du goût, comme belle en couleur,
Que mon espoir ne soit démenti par l'épreuve,

Votre blanc ne soit point d'aconite noirci,
Car ce sera ma mort, belle, si je vous trouve
Aussi blanche que neige, et froide tout ainsi.

 

                                                                    Théodore Agrippa d'AUBIGNÉ (1552-1630)

 

Origine

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/theodore_agrippa_d_aubign/aupres_de_ce_beau_teint_le_lys_en_noir_se_change.html

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 21:31

FRANÇOIS BRIGNEAU, UN HOMME LIBRE
    Né le 30 avril 1919 à Concarneau, le Breton Emmanuel Allot, alias Julien Guernec et surtout François Brigneau, s’est éteint le 9 avril près de Paris.Grand admirateur de Robert Brasillach bien qu’issu d’une famille de gauche ,il le côtoya fin 1944 à la prison de Fresnes (où lui-même était incarcérédepuis la Libération pour “faits de collaboration”) jusqu’à l’exécution dujeune écrivain le 6 février 1945. Journaliste talentueux, polémisteredoutable, féru d’histoire, François Brigneau fut d'abord grand reporter dans la grande presse parisienne puis fit une très grande carrière dans lapresse anticonformiste ("Rivarol", "Minute", "Présent"...), d’où de nombreux procès en vertu des lois Pleven et Gayssot, notamment pour avoir traité AnneSinclair, actuelle épouse de Dominique Strauss-Kahn, de “pulpeuse charcutière casher”.

   Cet homme libre et de grand courage était aussi l’auteur de nombreux livres et pamphlets (dont "Terreur, mode d’emploi",contre la Révolution française). Dans le domaine qui nous occupe, on lui doit un chaleureux portrait-enquête de Robert Faurisson paru en 1992 dans Les Derniers Cahiers” sous le titre "Mais qui est donc le professeur  Faurisson?"
    L’inhumation aura lieu le vendredi 13 avril à 14h 15 au cimetière de Saint-Cloud. L’équipe de Bocage partage la peine de sa famille et de ses amis.

 

                                               Notice  rédigée par Claude Timermann

 

Et aussi:

* Communiqué du MNR - 11 avril 2012- m.n.r@m-n-r.fr  
Décès de François Brigneau
Une grande figure de la droite nationale nous a quitté.
  Le journaliste François Brigneau vient de nous quitter dans sa 93ème année. Il avait été l'un des fondateurs du Front National, mais n’avait pas voulu prendre parti, lors de la scission de 1998, entre Bruno Mégret et JM Le Pen. Ses articles et ses ouvrages se distinguaient par un style d'une verve remarquable. Il s'était retiré de la vie politique depuis plusieurs années.
  Le MNR rend hommage à ce grand serviteur des idées nationales

 

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/francois-brigneau-mort-d-un-cofondateur-du-fn-12-04-2012-1666673.php 

     Article où vous retrouverez une photo

* http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Brigneau

* http://fr.altermedia.info/general/in-memoriam-francois-brigneau_40808.html

 

Et un article de François Brigneau en prime : http://fr.novopress.info/111157/la-prise-de-la-bastille-par-francois-brigneau/

 

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 08:07

  Nous  vous avons déjà entretenu de l’existence de ce  blog qui, providentiell objectif, consacre l’intégralité de ses études , et non pas seulement   un certain  nombre d’articles et de pages  comme nous faisions à l’ordre monastique de Fontevraud 

   Nous  vous avions également indiqué  que nous nous en remettions à ce nouveau blog pour ce  qui s’agissait  de nos études fontevristes anciennes puisqu’il a , lui, la possibiilté de consacrer  tous ses efforts à ces recherches  comme  vous le verrez facilement en consacrant la liste de  ses "pages" et il y aussi des articles (plus de 700) … de la « belle ouvrage » assurément !

ACCUEIL

ABC…DAIRE DU DICTIONNAIRE MONASTIQUE DE L ‘ORDRE DE FONTEVRAUD

DES FONDATEURS ET PROTECTEURS DE L ‘ORDRE DE FONTEVRAUD

IL ETAIT UNE FOI  & ROBERT ET PETRONILLE AU PAYS DES FONTEVRISTES

L ‘ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD SISE AU CARREFOUR DE TROIS PROVINCES

LA DECHEANCE D ‘UNE ABBAYE ROYALE DEVENUE ABBAYE-BAGNE .

LA VIE MONASTIQUE FONTEVRISTE

 L‘HISTOIRE DE L ‘ABBAYE DE FONTEVRAUD ET DE SES ABBESSES

LE BOURG MONASTIQUE DE FONTEVRAUD

LES PRIEURES DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD ET AUTRES IMPLANTATIONS FONTEVRISTES SITUES EN FRANCE

LES PRIEURES DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD SITUES HORS DE FRANCE (ANGLETERRE,ESPAGNE…).

OBITUAIRE DE L‘ORDRE DE FONTEVRAUD

PERMANENCE DU SOUVENIR DE L‘ORDRE DE FONTEVRAUD DANS LES CHAMPS ET LES RUES

RECUEIL D ‘HISTOIRES INSOLITES AFFERENTES A L’ORDRE DE FONTEVRAULT, A SON ABBAYE , A SES PRIEURES

TABLE ALPHABETIQUE DES ENTREES CONTENUES DANS CE DICTIONNAIRE & STATISTIQUES DE CE BLOG

UNE EXPERIENCE MONASTIQUE FONTEVRISTE QUI NE FUT PAS SANS ASCENDANTS, ELEVES & DESCENDANTS

VUE GENERALE SUR UNE BIBLIOGRAPHIE DE L‘ORDRE MONASTIQUE DE FONTEVRAUD (ABBAYE ET PRIEURES)

 

http://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 12:22

  Tout le monde sait ou devrait savoir que  les événements qui ont désolé le monde à l'occasion de la Seconde Guerre mondiale avaient été prévus, annoncés, souhaités dans l'opuscule Mein Kampf (Mon combat) et  que par  conséquent il n'était plus possible de dire aprés  coup :"Nous ne savions pas".

   Si par hasard, il se trouvait actuellement dans le monde un ouvrage qui appelerait lui aussi aux meurtre d'une catégorie de personnes précisément identifiées, peut être conviendrait-il de s'en préoccuper avant que l'on dise  aprés  coup - dans la mesure ou nous pourrions encore le dire - :"Nous ne savions pas".

 

                                                                        La Boutière


Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 12:22

 

CHANT POUR André CHÉNIER (1774-1944)

par Robert  Brasillach

-----

 

Debout sur le lourd tombereau,

 

A travers Paris surchauffé,

 

Au front la pâleur des cachots,

 

Au coeur le dernier chant d'Orphée,

 

Tu t'en allais vers l'échafaud,

 

O mon frère au col dégrafé!

 

 

Dans la prison où les eaux suintent

 

Près de toi, les héros légers

 

Qui furent Tircis ou Aminte,

 

Riaient de ceux qui les jugeaient,

 

Refusaient le cri et la plainte,

 

Et souriaient aux noirs dangers.

 

 

La chandelle jetait aux murs

 

Leurs ombres comme à la dérive.

 

Les cartes et les jeux impurs

 

Animaient les jours qui se suivent,

 

Toi, tu rêvais d'un sort moins dur

 

Et chantais les jeunes captives.

 

 

Le soleil des îles de Grèce

 

Rayonnait au ciel pluvieux.

 

Perçait les fenêtres épaisses,

 

Et les filles aux beaux cheveux

 

Nageaient autour de toi sans cesse

 

Sur les vagues, avec les dieux.

 

 

Tu souhaitais dans les nuits noires

 

Une aube encor pour t'éclairer,

 

Pour pouvoir attendrir l'histoire

 

Sur tant de justes massacrés,

 

Pour embarquer sur ta mémoire

 

Tant de trésors prêts à sombrer.

 

 

 

Avec les flots de l'aventure,

 

A travers les jours variés,

 

Les heures vives ou obscures,

 

Un siècle et demi a passé.

 

La saison est encore moins sûre,

 

Voici le temps d'André Chénier.

 

 

Sur la prison fermée et pleine

 

Un monde encore a disparu.

 

O soleil noir de notre peine,

 

Une autre foule est dans la rue,

 

Comme dans la vieille semaine

 

Demandant toujours que l'on tue.

 

 

Dans la cellule où l'eau suinte

 

Un autre que toi reste assis,

 

Dédaigneux des cris et des plaintes,

 

Evoquant les bonheurs enfuis,

 

Et ranimant dans son enceinte,

 

Comme toi, les mers de jadis.

 

 

 

Au revers de quelque rempart,

 

Au fond des faubourgs de nos villes,

 

Près des murs dressés quelque part,

 

Les fusils des gardes mobiles

 

Abattent au jeu du hasard

 

Nos frères des guerres civiles.

 

 

J'entends dans les noirs corridors

 

Résonner des pas biens pareils

 

A ceux que tu entends encor

 

Jusque dans ton pâle sommeil,

 

Et comme toi le soir je dors

 

Avec en moi mon vrai soleil.

 

 

Près de nous tous, ressuscité,

 

Le coeur plein de justes colères,

 

Dans la nuit on t'entend monter,

 

Du fond de l'ombre froide et claire,

 

O frère des sanglants étés,

 

O sang trop pur des vieilles guerres

 


Et ceux que l'on mène au poteau,

 

Dans le petit matin glacé,

 

Au front la pâleur des cachots,

 

Au coeur le dernier chant d'Orphée,

 

Tu leur tends la main sans un mot,

 

O mon frère au col dégrafé...

 

                          15 novembre 1944.

Robert Brasillach  fut fusillé le 6 février 1945 au fort de Montrouge, à Arcueil (aujourd’hui Val-de-Marne).

André Chênier fut guillotiné à Paris le 7 Thermidor de l'an II (25 juillet 1794).

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article