Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 17:31

   Origine  de l'IMAGEhttp://commons.wikimedia.org/wiki/File:Triregne.jpg

 200px-Triregne17 FÉVRIER 2013

[Autremoine - Fecit] La tiare contre le concile Vatican II

SOURCE - Autremoine - Fecit - 15 février 2013

Paul VI, afin de bien laisser libre court à toute la perversion contenue dans le concile Vatican II se devait de déposer la tiare. Le concile avait détruit les principes, le dépôt de la tiare devait abattre un symbole.

En 1130, Innocent II adjoignit à la tiare une couronne, symbole de la souveraineté du pape sur les Etats de l’Eglise. Vers 1300, Boniface VIII ajouta une deuxième couronne, symbole de l’autorité spirituelle sur les âmes. Vers 1340, Benoît XII en rajouta une troisième, symbole de l’autorité morale sur les rois. 

Lors de son couronnement, le pape se voyait remettre la tiare : « Recevez la tiare ornée de trois couronnes et sachez que vous êtes le père des princes et des rois, recteur de l'univers et sur terre vicaire de Jésus-Christ notre Sauveur. » 

Etre père des princes et des rois, c’est donner au pape une autorité morale sur ceux-ci, c’est conformer l’ordre temporel à l’ordre spirituel. Cela va contre naturellement une fausse laïcité qui veut une séparation de l’Eglise et de l’Etat. Cela contredit la liberté religieuse telle que définie au concile Vatican II. Conformer le temporel au spirituel ce n’est pas laisser une simple liberté à l’Eglise dans l’espace public comme le veut le Concile, et pire encore sur le même plan que les fausses religions, mais c’est vraiment faire en sorte que toute chose dans la société soit au mieux conforme à la doctrine de l’Eglise. 

Etre recteur de l’univers, c’est revêtir la charge de celui qui lie et qui délie au nom du Christ, c’est être celui qui au nom de Dieu, administre toute chose spirituelle sur Terre. C’est rappeler combien seule l’Eglise fait le lien de la grâce entre Dieu et les hommes, et que jamais le salut ne vient par l’erreur, et que lorsque une âme se sauve malgré les artifices d’une fausse religion c’est encore grâce à cette Eglise. Cette deuxième couronne de la tiare dénonce l’oeucuménisme et la dialogue interreligieux de Vatican II qui voudrait donner à toute religion une valeur de salut. 

Etre Vicaire du Christ, comme le rappelait le Cardinal Alfredo Ottaviani, préfet du saint-Office de 1959 à 1968, c’est recevoir « seul, individuellement le mandat, par Notre Seigneur, d’être la base, le fondement de l’Église et d’être le pasteur universel ». « On ne peut pas imposer, même pas un Concile, on ne peut pas donner cette imposition au Saint Père. » Cela va à l’encontre de la collégialité telle que définit par le Concile Vatican II qui fait du collège des évêques en union avec le pape l’organe de direction suprême de l’Eglise, à un tel point que Paul VI le comparait même à un concile permanent. 

Coiffer le souverain Pontife de la tiare c’est rappeler toute une doctrine mise à mal par le dernier concile. La révolution ne se contente pas de détruire les principes : elle en abat les symboles qui les rappelle.

http://tradinews.blogspot.fr/2013/02/autremoine-fecit-la-tiare-contre-le.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+Tradinews+(TradiNews)

 

    Depuis la prise de Constantinople en 1453, la progression des Turcs semblait inexorable. Le sac d’Otrante, perpétré en 1480, a fait 800 victimes, que l’on a tôt fait de transformer en martyrs, avec beaucoup de miracles à la clef. Belgrade est tombée aux mains de l’Islam en 1521, Bude en 1526. Vienne est assiégée en 1529. Elle le sera de nouveau en 1683. Chypre tombe en 1570. Le sultan (Saladin) s’attribue une tiare à quatre couronnes, alors que celle du pape n’en a que trois. Depuis qu’il a investi Byzance, il se croit l’héritier des Césars, sans rien renoncer à sa foi dans Allah. Ce mélange de césarisme et d’islamisme jette l’effroi en Europe. L’idée se propage d’une destruction totale de la chrétienté.

http://www.observatoiredesreligions.fr/spip.php?article131

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 09:02

  La loi du Bon et du Meilleur tient à ces gradations, à ces hiérarchies de la vie publique et privée. On présente parfois l'inégalité comme un mal inhérent à la vie. Pas du tout. C'est la condition de tout bien. Les parents peuvent nourrir l'enfant parce qu'ils sont plus grands et plus forts que lui. Le maître peut enseigner parce qu'il en sait plus long que l'élève. Le guide peut conduire, le chef commander, le riche entreprendre et payer, pour les mêmes raisons. L'égalité n'est mère que de luttes, d'incertitudes ou de stérilité.

 

Charles Maurras

Entre Bainville et Baudelaire

http://maurras.net/textes/57.html

 

    Vous pouvez  vous fournir cet ouvrage  aux Editions de Chiré en activant          le lien ci-dessous:

http://www.chire.fr/A-163221-entre-bainville-et-baudelaire.aspx

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 09:00

  Le 6 février 1934, les français se massaient sur la place de la Concorde pour affronter les députés de l'Assemblée nationale et, comme aujourd'hui, le font ceux qui refusent que la plaie socialiste révolutionnaire ne ravage davantage notre Pays. 22 personnes furent tuées ce jour là, les forces de police ayant reçu l'ordre de tirer en rang serrés sur la population désarmée, poussant à la révolte les groupes patriotes et entraînant la chute du gouvernement Daladier et ses ministres crapuleux.


  Voilà ce qu'écrivait Léon Daudet de l'Action Française sur la classe politique de l'époque coupée du pays réel :

     "Par l'exercice prolongé de la peste démocratique jusqu'au 6 février 1934, la lie de la nation était remontée aux postes d'Etat.
 [...] une tourbe de 40.000 ignares ou chenapans prétendait tenir sous le joug une honnête nation de quarante millions d'habitants laborieux, courbés sous ce fétiche absurde et malfaisant : le suffrage universel.
   22 martyrs de l'honneur national sont tombés, place de la Concorde, le 6 février, pour témoigner que la France ne veut plus de ça.
   Il y avait 70.000 hommes désarmés et criant : "A bas les voleurs, à bas les pourris" sur la place de la Concorde, ce jour-là. La prochaine fois, il y en aurait 100.000, cette fois non désarmés".

 

 

La suite de ce passionnant - et poignant- rappel grâce au lien suivant :

http://etendardroyal.canalblog.com/archives/2013/02/06/26349062.html

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 08:31

Jean-Christian Petitfils : ce que l'historien peut dire de Jésus  (Fayard)

    Alors que nous avons le grand honneur au Centre Saint Paul de recevoir Jean-Christian Petitfils le  12 février prochain, mardi, à 20 H 15, pour une conférence sur son Jésus, je publie sur ce blog l'entretien qu'il avait donné à Monde et Vie au moment de la sortie de son livre, livre dont il dédicacera la grande édition ou l'édition de poche ce 12 février.

                                  Abbé Guillaume de Tanoüarn

 

  Dans votre recherche de documents historiques à partir desquels vous reconstituez la vie de Jésus, vous n’excluez pas le Suaire de Turin ni d’autres reliques de la Passion. Qu’apportent-elles à la compréhension des faits qui entourent la mort de Jésus?
   Depuis la fameuse datation au carbone 14 du linceul de Turin en 1988, de nouvelles découvertes scientifiques ont été faites. Elles vont toutes dans le même sens, celui de l’authenticité. On a même établi que les taches de sang figurant sur les trois grandes reliques de la Passion pouvaient se superposer : le linceul de Turin, le suaire d’Oviedo (linge qui aurait été mis sur le visage de Jésus à sa mort) et la tunique d’Argenteuil qu’il aurait portée sur le chemin de croix. Le groupe sanguin est le même, un groupe rare : AB. Or, ces reliques, qu’on a tout lieu désormais de tenir pour authentiques, éclairent de façon fascinante le déroulement de la Passion : le chemin de croix, le crucifiement, la descente de croix et la mise au tombeau.

 

Propos recueillis par Joël Prieur

http://ab2t.blogspot.fr/2013/02/jean-christian-petitfils-ce-que.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/IfvW+(MetaBlog)

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 08:45

                                          

 

     Vous n’ignorez pas la loi d’équilibre dite des points forts ou lignes de tiers.

 

  Les éléments constituant l’intérêt sont placés sur le croisement des lignes de tiers appelés points forts. Déplacer ceux – ci  créée un déséquilibre. C’est le parcours naturel de l’œil, l’équilibre tient à trois éléments.

 

  Il s’agit d’une loi naturelle, elle s’impose à notre culture judéo- chrétienne qui célèbre « le Père, le Fils et le Saint Esprit ».  C’est une loi invisible d’équilibre qu’aucun régime politique ne peut bannir.

 

   Notre société obéit inconsciemment à cet équilibre. Ainsi durant des siècles la France avait un élément fixe et permanent : le Roi, des représentants du pouvoir : les parlements et le peuple.

 

  La continuité de l’institution a permis à 40 rois de faire une France unie et forte grâce à la stabilité politique, économique et sociale jusque 1789.

 

   Par l’action de ligues factueuses dites républicaines nous avons des alternances politiques qui aliènent les équilibres stables et utiles nécessaires à l’épanouissement du pays de France.

 

  Actuellement la démonstration est faite dans la rue du déséquilibre national. Il est provoqué par la perte des valeurs patrimoniales  constitutives de la nation au profit de chimères politiques  contraire à l’intérêt général et à l’expression de la volonté générale.

 

   L’alternance gauche – droite basée sur le conflit  idéologique partisan détruit l’édifice bâti par la sagesse des français en plusieurs siècles.

 

   Les français veulent revenir à la loi d’équilibre du nombre d’or pour protéger la famille, pilier de la nation, recréer une économie au service du peuple de France et non des agents boursiers et une vie sociale apaisée.

 

 Le retour d’un Roi aménera ,outre des économies électorales, une stabilité et une identité française qui favorisera une politique concrète , indépendante et digne de la France.


Le Roi est la légitimité démocratique.

 

 

                                                                                Philippe GOUILHERS

                                                       Secrétaire général honoraire de la Charte de Fontevrault.

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 12:27

  NDLRB. Loin de nous l'idée  d'allumer un foyer de division supplémentaire  dans la querelle  qui déchire  les royalistes  qui se refusent encore, quoique de moins en moins nombreux,  à rendre à Dieu ce  qui lui appartient: à savoir le trône de France .                                      "Seigneur  que  votre volonté  soit faite  sur la terre  comme au ciel et , par conséquent,  s'agissant de qui doit être Votre Lieutenant en  France qui doit être notre roi  puisque le trône fait partie de la terre".

 Nous, c'est juste pour le plaisir intellectuel que nous vous donnons les rappels  ci-dessous :

 

 

  Aujourd'hui,  ce  serait la princesse Alice de Bourbon-Parme, née en 1925, veuve du prince Charles de Bourbon-Sicile, qui serait l'héritière du trône de France  depuis 1994, à la mort de sa 2e soeur aînée.
   Si la loi Salique n'avait pas été appliquée  en 1316, à la mort du roi de France  Jean Ier, la succession au trône de France , trône qui  n'aurait alors pas échu à Phillipe V (né vers 1192-1317-1322) aurait pu être celle-ci :


1316-1349 Jeanne II de France, reine de Navarre, soeur aînée de Jean Ier
1349-1387 Charles II le Mauvais, roi de Navarre, son fils
1387-1425 Charles III le Noble, roi de Navarre, son fils
1425-1441 Blanche de Navarre, reine de Navarre, sa fille
1441-1461 Charles de Navarre, prince de Viane, son fils
1461-1479 Eléonore de Navarre, reine de Navarre, sa soeur
1479-1483 François-Phébus de Foix, roi de Navarre, son petit-fils
1483-1517 Catherine de Foix, reine de Navarre, sa soeur
1517-1555 Henri II d'Albret, roi de Navarre, son fils
1555-1572 Jeanne III d'Albret, reine de Navarre, sa fille
1572-1610 Henri IV, roi de France et de Navarre, son fils

...... voir la ligne classique se succession au trône........
1793-1795 Louis XVII, roi titulaire de France, fils de louis XVI
1795-1851 Marie-Thérèse de France, duchesse d'Angoulême, dauphine de France, sa soeur
1851-1883 Henri V de Bourbon, comte de Chambord, son neveu
1883-1907 Robert Ier, duc régnant de Parme, son neveu
1907-1939 Henri Ier, duc titulaire de Parme, son fils
1939-1950 Joseph Ier, duc titulaire de Parme, son frère
1950-1959 Elie Ier, duc titulaire de Parme, son frère
1959-1974 Robert II, duc titulaire de Parme, son fils
1974-1983 Elisabeth de Bourbon, princesse de Bourbon-Parme, sa soeur
1983-1994 Marie-Françoise de Bourbon, princesse de Bourbon-Parme, sa soeur

......... Héritière actuelle...........
1994- Alice de Bourbon, princesse de Bourbon-Parme, sa soeur

http://dynastie.capetienne.free.fr/13Jean_Fred_Tourtchine_bulletins_CEDRE/Manuscrits/06Espagne/Generations/13eme_generation/13030_12043.html

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 09:32

   « Le roi, dans un pays libre, est un être à part, supérieur aux diversités des opinions, n'ayant d'autre intérêt que le maintien de l'ordre, et le maintien de la liberté, ne pouvant jamais rentrer dans la condition commune, inaccessible en conséquence à toutes les passions que cette condition fait naître, et à toutes celles que la perspective de s'y retrouver nourrit nécessairement dans le coeur des agents investis d'une puissance momentanée (...] Il plane, pour ainsi dire, au-dessus des agitations humaines, et c'est le chef d'oeuvre de l'organisation politique d'avoir ainsi créé, dans le sein même des dissentiments sans lesquels nulle liberté n'existe, une sphère inviolable de sécurité, de majesté, d'impartialité,.."

 

"LE POUVOIR ROYAL EST UN POUVOIR NEUTRE" (Benjamin Constant)

http://christroi.over-blog.com/categorie-10497311.html

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 17:01

Sources d'inspiration

Il définit lui-même son œuvre comme « un romantisme plaintif où l’exotisme se mêle au merveilleux avec une nuance d’humour et désenchantement ». Dans ses livres transparaît l'aspiration à un ailleurs : « Des rues obscures, des bars, des ports retentissant des appels des sirènes, des navires en partance et des feux dans la nuit ». L'enfant battu par son père corse consacra sa vie aux minorités et en fera souvent le sujet de ses romans : Canaques, témoins de ses premières années à Nouméa, prostitués, mauvais garçons.

 

Roland Dorgelès : « Prisonnier comme [les bagnards de Nouméa], mais prisonnier de lui-même, il n'a jamais pu s'évader. C'est toujours ainsi qu'il a vu le monde, observé les êtres, dans une brume de mélancolie que nul rayon de joie ne parvenait à percer. »

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Carco


Il pleut — c’est merveilleux. Je t’aime.
Nous resterons à la maison :
Rien ne nous plaît plus que nous-mêmes
Par ce temps d’arrière-saison.

Il pleut. Les taxis vont et viennent.
On voit rouler les autobus
Et les remorqueurs sur la Seine
Font un bruit... qu’on ne s’entend plus !

C’est merveilleux : il pleut. J’écoute
La pluie dont le crépitement
Heurte la vitre goutte à goutte...
Et tu me souris tendrement.

Je t’aime. Oh ! ce bruit d’eau qui pleure,
Qui sanglote comme un adieu.
Tu vas me quitter tout à l’heure :
On dirait qu’il pleut dans tes yeux.

 Francis CARCO (1886-1958)

 

 

http://www.oasisdesartistes.com/modules/newbbex/viewtopic.php?topic_id=24434&forum=29

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 15:21

Mardi, 15 janvier 2013, Blog  La faute à Rousseau"
De Finkielkraut, dans Le Figaro
    "...Il existe aujourd'hui, il faut le dire, un sentiment antifrançais en France. Des gens nés sur notre territoire, français eux-mêmes, désignent leurs compatriotes comme des «Gaulois», des «Babtous», des «faces de craie». Cette haine montante plonge beaucoup de commentateurs dans l'embarras car elle contredit leur vision du monde. Ils lui opposent donc une fin de non-recevoir en dénonçant la «droitisation» du débat public. Pour n'être pas contraints de penser à nouveaux frais par la mauvaise nouvelle idéologique, ils marquent d'infamie ceux qui la propagent.

 

Article complet grâce au lien ci-dessous :

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2013/01/05/x1.html`

 

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 12:19

  A l'heure où un Gouvernement chargé de mettre en musique les promesses qu'un candidat à la présidence de la république a cru devoir faire pour se faire élire s'apprête à dynamiter notre  code  civil et un certain nombre  d'autres textes  " fondateurs" avec so projet de pseudo"mariage pour tous".

  A l'heure où le droit à l'enfant  submerge les Droits de l'enfant.

 A l'heure où l'on s'aperçoit que, comme l'enseigne si bien la sagesse populaire, quand les bornes sont  franchies , il n'y a plus de borne...

 La publication du 130 ème  volume des editions de Chiré "Lisbeth BURGER. MON JOURNAL DE SAGE-FEMME" tombe à pic pour nous renforcer dans notre croyance que l'nfant ne peut naître que dans le cadre du plan divin : 

Gn 1:27- Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa.

   

   I-Moyenne-11360-mon-journal-de-sage-femme--ma-vie-pour-2283.jpg

Ce livre de Lisbeth Burger est un ouvrage sain et d'une qualité exceptionnelle, proposant des perspectives hautement bénéfiques. Une force saisissante émane de ces pages rédigées d'une façon simple et humble, dont le ton est à la fois objectif et sincère. Douée d'un esprit clair, d'un cœur sensible et d'un sens aigu de l'observation, elle vérifia, durant ses quarante années de pratique, comment le caractère et les erreurs des parents, comment les conditions défavorables et les carences, comment les opinions et usages erronés, comment les prétendus conceptions dites "modernes" deviennent la source de toute sorte de malheur irréversibles, "sans marche arrière".

   Avec elle, nous faisons la connaissance de paysans avares, de filles frivoles, de femmes vaniteuses et sottes, de matrones vulgaires, de mères imprudentes, de sages-femmes et de docteurs incompétents, d'hommes rudes, d'êtres dépravés, d'enfants abandonnés et gâtés, en même temps que de femmes courageuses, d'hommes forts et de gens honnêtes, tout cela au milieu du drame de toutes les complications morales, familiales et physiques de la grossesse et de l'enfantement, de la séduction, de la contraception et de l'avortement, au sein des conditions sociales concrètes de notre époque, telles qu'elles sont réellement dénoncées et telles qu'elles doivent l'être.                      Vraiment, un livre plein de réalités tragiques racontées de façon directe, sincère et courageuse (ce qui est à la fois un devoir et un grand mérite), un livre plein de cris d'angoisses concernant des situations trop souvent cachées, et aussi des descriptions d'une surprenante puissance d'évocation dans le réel, d'une valeur d'un exceptionnel témoignage "in vivo" intéressant au plus haut point tous les hommes, jeunes et vieux, célibataires ou mariés, toutes les jeunes filles, toutes les mères, toutes les femmes, tous les hommes exerçant une profession sociale, et en particulier les médecins, sages-femmes et infirmières. Les hommes y puiseront des sentiments fortifiants les incitant au respect de la femme et de la maternité, les femmes elles-même y trouveront une meilleure appréciation de la chasteté et de la noblesse de leur condition féminine, les mères une appréciation plus exacte, plus précise de leur magnifique responsabilité, et enfin les travailleurs médicaux sociaux une estimation plus claire de leur noble mission accomplie par eux, en particulier par la sage-femme.

     Nous aimerions que ce livre soit lu par tous les jeunes gens et jeunes filles de 18 à 20 ans, par tous les hommes et femmes, surtout par ceux qui sont mariés, et en particulier par tous nos élèves infirmières et sages-femmes. Ecrit par une praticienne hautement qualifiée, cet ouvrage mérite l'attention de tous : nous ne lui connaissons aucun équivalent. (D'après l'appréciation du Pr Frans Deals de Gand). 

Origine.                                                                                   http://www.chire.fr/A-180349-mon-journal-de-sage-femme--ma-vie-pour-2283-enfants-edition-2012.aspx


Mon journal de sage-femme. Ma vie pour 2283 enfants - Edition 2012 

BURGER (Lisbeth)  

Date de parution: 2012-11-15  

Editeur: CHIRE (EDITIONS DE)  

ISBN:9782851901729

 Lisbeth BURGER (1858 -  ) catholique pratiquante, née en Autriche, fille d'instituteur, gagnait sa vie grâce à des travaux de couture. C'est le curé de la paroisse qui vint lui proposer de devenir sage-femme en lui disant que la commune prenait à sa charge ses frais d'école. Sa mère était hostile à cette idée, mais Lisbeth devient sage-femme à presque 30 ans et revient en 1888 munie de son diplôme dans sa commune où elle se heurte à la sage-femme en place, incompétente. Sage-femme à domicile, elle a exercé son art durant quarante ans à cheval sur le XIXè et le XXè siècle en mettant au monde 2283 enfants. Elle fut surnommée la "tante aux cigognes". 

Origine.                                                                                      http://www.chire.fr/A-181359-lisbeth-burger-1858.aspx

 


 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article