Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 22:25

  « Voyez un peuple immense réuni en une seule personne, voyez la raison secrète qui gouverne tout le corps de l’Etat, renfermée dans une seule tête : vous voyez l’image de Dieu dans les rois, et vous avez l’idée de la majesté royale (…) Je l’ai dit : vous êtes des dieux, c’est-à-dire vous avez dans votre autorité, vous portez sur votre front un caractère divin (…) Mais, ô dieux de chair et de sang, ô dieux de boue et de poussière, vous mourrez comme des hommes (…) La grandeur sépare les hommes pour peu de temps ; une chute commune à la fin les égale tous. O rois ! Exercez donc hardiment votre puissance, car elle est divine et salutaire au genre humain ; mais exercez-la avec humilité. Elle vous est appliquée par le dehors. Au fond, elle vous laisse faible ; elle vous laisse pécheurs et vous garde devant Dieu d’un grand compte. (…) L’autorité royale est paternelle, et son propre caractère est la bonté. »

Bossuet (1626-1704)
Politique tirée des propres paroles de l’Ecriture Sainte
(commencée en 1679, publiée en 1709)
 
    Le roi était lieutenant de Dieu sur terre, c’est-à-dire qu’il « tenait en ce lieu » la puissance divine. Selon les commentaires du Professeur Guillaume Bernard « si les rois étaient ordonnés par Dieu, ils n’étaient que des « dieux de chair et de sang », des « dieux de boue et de poussière ». L’expression de Savaron, faisant du roi un « dieu corporel » soulignait la distinction entre le caractère divin de la fonction royale et la personne physique du roi mourant dans une « chute commune » à tous les hommes ».
    Pour Bossuet, l’autorité du roi était naturelle et « absolue ». Elle n’était pourtant pas sans limite. En étant « délié des lois humains » (ab solutus), le roi exerçait son autorité de manière paternelle, la rendant tempérée et, à sa mort, il devait répondre de ses actes devant Dieu.
 
Nicolas Chotard
Président des Lys de France

newsletter@lys-de-france.org

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 14:10

   L'islam compte quatre types de jihâd : par le cœur, par la langue, par la main et par l'épée. Le jihâd par le cœur, invite les musulmans à combattre afin de s'améliorer ou d'améliorer la société. De nombreux savants musulmans interprètent le jihâd comme une lutte dans un sens spirituel . Une minorité de savants  sunnites  le considèrent comme le  sixième pilier de l'Islam  quoique le jihâd n'en ait pas le statut officiel. Dans le chiisme  duodécimain, il est considéré comme une des dix pratiques religieuses du culte.

  Le plus connu des sens du jihâd est le jihâd par l'épée. Il a servi d'argument à différents groupes musulmans à travers l'histoire pour légitimer leurs guerres contre des musulmans ou contre des mécréants

http://fr.wikipedia.org/wiki/Djihad

 

1. Le djihad terroriste
  Attentats, tueries, agressions armées, mutilations. Le djihad terroriste est le plus voyant, c’est celui qui fait le plus peur aux dirigeants européens. Il occulte les autres djihad et les fait passer pour modérés.

2. Le djihad de déstabilisation et d’intimidation
   Comportements illégaux, délinquance systématique, violences, agressions, insultes, intimidations, provocations, guérilla contre les représentants de l’ordre (police, pompiers, conducteurs de bus, ambulanciers… )

3. Le djihad d’implantation progressive de la charia
  Immigration et démographie (plus de 50 millions de musulmans en Europe), permettant une danse du ventre électorale qui fait tourner la tête aux candidats et aux rééligibles
Alimentation (nourriture hallal, refus de l’alcool et du porc dans les collectivités)
Habillements féminin (voile, burqa) et masculin.
Finance et banques islamiques, tribunaux islamiques, boutiques musulmanes
Multiplication des mosquées avec dômes, minarets
Cimetières islamiques
Alignement sur le calendrier islamique (Ramadan, fêtes musulmanes)
Prières dans les lieux publics, dans les entreprises
Multiplications des établissements scolaires musulmans et des écoles coraniques
Ségrégation par refus de la mixité (piscines – salles de sport – hôpitaux et maternités…)
Multiplication des quartiers et des cités à majorité musulmane,
Infiltration des structures d’influence (police, armée, services publics, postes d’élus, bienfaisance…)


4. Le djihad de victimisation
 La moindre critique contre l’Islam, le Coran ou le Prophète sont suivis de dépôts de plaintes, tohu-bohu médiatique, manifestations de mieux en mieux coordonnées.
Amalgame de l’islamophobie de l’islam avec le racisme et l’extrême droite.
Revendication d’un délit de blasphème.
Dans l’islam, le djihad est une obligation du Coran. Tout musulman se doit d’être un djihadiste, d’une façon ou d’une autre. Sur ces quatre fronts, c’est une guerre qui nous est menée. Il faut commencer par la reconnaître puis y faire face, ce qui nécessite de sortir de notre confortable avachissement.

© D’après la fiche n°6 d’Etienne Péléant publiée le 21 septembre 2012 dans CLAIR et NET.  http://islamclairetnet.com/

 


Origine

http://www.dreuz.info/2012/10/djihad-quatre-strategies-pour-linvasion/

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 09:44

Bienvenue sur "de l’Islam à Jésus-Christ"

   De L'Islam A Jésus-Christ est un Forum de discussion consacré en grande partie à la critique et à l'analyse rigoureuse de la religion islamique. Les études s'appuient sur les textes sources de l'Islam, à savoir, le coran, la sounna ainsi que les ouvrages des grands théologiens tels Tabari, Ibn Kathir, al Jalalayn, etc...

     La traduction française de chaque texte source est apportée, avec si possible le lien du site islamique où l'on peut consulter le texte en arabe ou en anglais.


   Ce site est avant tout destiné aux musulmans, à leur émancipation ... et surtout et avant tout pour le salut de leur âme.

 

Que Notre Dieu Yasou, le seul vrai Dieu, vous éclaire.

 


Origine

http://islamajesus.forumactif.com/http://islamajesus.forumactif.com/

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 11:30

Les Royalistes en Algérie de 1830 à 1962
De la colonisation au drame
Pierre Gourinard (Collection Xénophon)
Préface de Pierre Dimech

  Les Légitimistes, colonisateurs de l’Algérie, dans les années 1830 et 1840, pensaient que la conquête de Charles X constituait le symbole d’une nouvelle France, qui permettrait le renouveau de la Chrétienté.

   Comme la plupart d’entre eux, le Comte de Chambord, dans sa Lettre sur l’Algérie, ne dissociait pas colonisation et évangélisation, préfigurant ainsi le souhait du Père Charles de Foucauld.

   Prolongement naturel de la Métropole, l’Algérie ne pouvait être conservée que dans le cadre d’une souveraineté française intangible. Lorsque l’idée royaliste reprit vie avec l’Action française, cette souveraineté ne pouvait être défendue que dans le cadre du nationalisme intégral, défenseur des particularismes locaux.

  De l’Algérien, issu des colonisateurs, Charles Maurras disait : « C’est un homme d’esprit, fier, ferme, solide, c’est un citoyen. »


Auteur.

Pierre Gourinard, né à Alger, est issu de familles du Vivarais et du Limousin, fixées respectivement en Kabylie en 1882 et dans la plaine du Chélif en 1895.
 Professeur honoraire d’Histoire et Géographie à Aix-en-Provence, docteur en Histoire et docteur d’État, il est l’auteur d’une thèse d’État soutenue à Poitiers en 1987, Les Royalistes devant la France dans le monde, 1820-1859. Il a publié plusieurs de ses communications aux colloques Maurras d’Aix-en-Provence, dans Études maurassiennes (tomes II, IV et V).

 

Origine

http://www.atelier-folfer.com/edition/edition4.html

 

Ce  que Présent, n° 7529 du 31 janvier 2012 en a dit :
Pierre Gourinard : « Les Royalistes en Algérie de 1830 à 1962 »

  S’il appartenait à quelqu’un de raconter, en ce cinquantième anniversaire de notre exode, l’histoire – jamais écrite à ce jour – des royalistes en Algérie, de 1830 à 1962, c’était à Pierre Gourinard. Professeur honoraire d’Histoire et de Géographie à Aix-en-Provence, natif d’Alger, intervenant régulier aux colloques Maurras d’Aix-en-Provence, il est (comme on ne dit pas en français) the right man in the right place.
    Ce que ne manque pas de souligner son préfacier (et ami des années algéroises naguère et déjà jadis) Pierre Dimech : « Réputé austère et pointilleux, il n’est (...) que méticuleux et rigoureux quant à son métier d’écrivain. N’est-ce pas là le signe infaillible du respect qu’il porte à sa matière ainsi qu’à ceux qui sont appelés à l’étudier ? Si Pierre intimide, c’est parce que, en notre temps de relativisme, il se situe au niveau de l’Absolu, et qu’il ne tolère pas l’à-peu-près en matière d’étude historique. »
     On rappellera que les légitimistes, colonisateurs de l’Algérie dans les années 1830 et 1840, ne dissociaient pas cette « conquête » (qui libéra de fait les « indigènes » du joug ottoman et de quelques féroces chefs de tribus arabes qui opprimaient les Berbères) d’une évangélisation nécessaire. Cela fut rendu impossible – et même bientôt interdit – par un personnel républicain marqué à la culotte par la franc-maçonnerie.
  Ce gros livre (quelque 350 pages), cette somme, est conçu en treize chapitres qui courent de la prise d’Alger aux dernières années de l’Algérie française en passant par les premiers essais de colonisation légitimiste, les tentatives d’évangélisation, l’œuvre de Bugeaud, la spécificité kabyle, le Second Empire, une chrétienté missionnaire, la République, l’Action française et le renouveau royaliste (1900-1954), la guerre révolutionnaire, la tragédie, etc.
   En cette année anniversaire (1962-2012), on sera plus particulièrement attentif au rôle que jouèrent les royalistes pendant les événements et, notamment, celui de l’Union royaliste d’Algérie. Et Pierre Gourinard fait bien de rappeler qu’après 1962 – et je m’en souviens comme si c’était hier – les membres de l’Union royaliste d’Algérie continuèrent le combat dans les rangs de la Restauration nationale qui fut admirable pour notre communauté.

 
    On ne réécrit pas l’Histoire. Mais on peut l’écrire en lui donnant une dimension autre que celle que l’on trouve dans les ouvrages officiels et/ou convenus. Pierre Gourinard ne cèle rien du « syndrome de décolonisation » qui contaminait une partie notable de l’Eglise de France. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’en est pas guérie et même que le mal s’est aggravé.

 

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 12:38

   Les guérillas sont aujourd'hui la seule manifestation de la guerre, en dehors de rares périodes, toujours courtes, de conflits ouverts entre Etats. Aucun continent, pas même l'Europe, n'y échappe.
    La guérilla, c'est l'imagination au pouvoir, l'adaptation à tous les types de situations, à tous les types de terrains, à tous les types de populations, de cultures, de religions.
    On pourrait croire que, de ce fait, il est difficile de théoriser sur ce sujet, sauf de façon ponctuelle. Et pourtant, de très nombreux points communs permettent de dessiner une sorte de typologie de la guérilla. C'est ce à quoi s'est attaqué l'auteur avec succès, combattant d'Indochine et du Congo ex-belge dans sa jeunesse.
    Qu'on les nomme terroristes, résistants, insurgés ou rebelles, les guérilléros ont, en règle générale, les mêmes attitudes (révolte, conflit avec le pouvoir ou un pays occupant), les mêmes motivations (se libérer, faire sécession, prendre le pouvoir, imposer une idéologie), les mêmes besoins (argent, armes, personnel formé, appuis extérieurs matériels ou politiques) et souvent les mêmes méthodes (guérilla armée plus ou moins militarisée, clandestinité, attentats, élimination de représentants de l'autorité, encadrement des populations, contrôle des territoires, propagande).
   Et surtout, ces guerres sont caractérisées par l'absence du respect des règles les plus communément admises par les armées régulières, voire la négation des sentiments d'humanité les plus élémentaires. D'où des réactions parfois atroces de la part de ces troupes, d'autant plus violentes qu'elles sont le fruit d'un sentiment d'insécurité permanente, d'insaisissabilité de l'adversaire autant que de son omniprésence, d'impuissance militaire face à ces non-soldats. Il arrive un moment où les techniques les plus sophistiquées ne peuvent plus rien contre l'implacable volonté de l'ennemi souvent fanatisé et son mépris de la vie humaine.
    Le but de l'auteur, grâce à son expérience et à ses années de recherches sur le sujet, bien loin de vouloir élaborer un "véritable manuel de guerre civile" comme certains critiques ont pu le dire, est de proposer un arsenal de méthodes, une véritable "imprégnation" de l'esprit de guérilla, afin de mieux la combattre. Bien loin des techniques de l'armée américaine sur ses théâtres d'opérations actuels, il prône au contraire une compréhension de l'intérieur de ces mouvements, une rigueur équivalente à celle de ses combattants, des méthodes d'occupation du terrain, d'encadrement des civils, capables de rivaliser avec les leurs.
    Ce livre de 504 pages , dont  8 pages de cahier photos ( NDLRB . A partir de la page 288)  est à la fois un ouvrage pratique d'une (hélas) terrible actualité et une véritable réflexion en profondeur sur les échecs et les réussites des armées régulières dans ce type de situations, aujourd'hui comme demain. Sans aucun à-priori et surtout sans langue de bois.

 

Jehan MOREL (1933 -       )
 Jehan Morel est un combattant. Engagé volontaire, il part pour l'Indochine où il fait cette guerre comme chef de section dans une unité tonkinoise. Il a reçu la Croix de Guerre des T.O.E. Plus tard, il participe aux conflits du Katanga et en république démocratique du Congo (ex-belge). Puis il quitte l'armée et crée une entreprise d'import-export, spécialisée dans le commerce d'articles de luxe entre l'Europe et l'Asie du Sud.
 Son expérience du terrain lui a permis d'analyser toutes les facettes de la guérilla et de la contre-guérilla. Spécialisé dans ce type de combats, il a réalisé une étude très poussée et nous fait bénéficier de ses connaissances

 

Et quelques avis d'anciens

http://laguerreenindochine.forumactif.org/t510-guerilla-et-contre-guerilla-de-jehan-morel

 

Pour  commander en ligne.

http://www.chire.fr/A-178356-guerilla-et-contre-guerilla--theorie-et-pratique.aspx

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 12:10
Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 10:00

.......

 

 Arcisse de Caumont est né le 29 août 1801, à Bayeux. Son père, François de Caumont, est issu d’une famille de la bourgeoisie normande, et a épousé Marie-Louise Hue de Mathan. Arcisse fait tout d’abord ses études à Falaise au Collège. Excellent dans les matières scientifiques, il est chargé de cours à destination de ses camarades, à partir de 1816. L’année suivante, il est de retour à Bayeux, et obtient son baccalauréat en 1820.

 Pour suivre les vœux de son père, Arcisse de Caumont s’inscrit à la Faculté de Droit afin de devenir magistrat. Après sa licence, il devient avocat, et se marie à Melle Rioult de Villaunay. S’intéressant à la géologie et à la botanique Arcisse de Caumont fonde la Société Linnéenne de Normandie, dont il sera durant dix ans le secrétaire.

  Cette attention à l’environnement fait qu’il se préoccupe aussi du patrimoine monumental de sa région, qui a souffert des négligences, voire du vandalisme suite à la Révolution. Beaucoup de châteaux ou d’églises sont en effet laissés à l’abandon, voire transformés en carrière de pierres. Il collabore alors à la Société des antiquaires de Normandie dès 1824, dans le but d’inventorier et d’étudier les ruines et chefs d’œuvre architecturaux du passé. Arcisse de Caumont publie ainsi un Essai sur l’architecture du Moyen-Age, et quelques années plus tard, en 1830, paraît le premier des six volumes d’un Cours d’antiquité monumentale, illustré de gravures sur bois, dont la publication cessera en 1843.

  En 1840, grâce au savoir d’Arcisse de Caumont, les érudits disposent enfin d’un Abécédaire ou rudiments d’archéologie, en trois volumes, qui devient un guide de référence pour les archéologues français.

  En 1833, il fonde la Société française d’archéologie, pour la conservation des monuments anciens. A cette époque, l’État délègue François Guizot dans cette mission, et nomme Prosper Mérimée, le 25 mai 1834, inspecteur général de la Commission des Monuments Historiques.

...

 

   Épuisé et quasi-paralysé, il meurt à Caen, le 16 avril 1873, où il est inhumé au cimetière du Vieux Saint-Jean dans le quartier de Vaucelles. (Source : Marc Nadaux)

 

Article complet  grâce au lien ci-dessous :

http://arcissedecaumont.etab.ac-caen.fr/spip.php?rubrique50

 

Voir aussi :

- Arcisse de caumont (1801-1873). Fondateur de l'archéologie française. Présent . 17 juin 2005 p. 4

- http://fr.wikipedia.org/wiki/Arcisse_de_Caumont

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 12:31

UNEC. Nouvelles chrétiennes: ALGERIE - TERRE DES PIRATES (RU 35/2012)

 

ALGERIE – TERRE DES PIRATES (ru, 1 septembre 2012) – Utile leçon d’histoire ! Les musulmans sont entrés pour la première fois en 714 dans ce qui était la France à l'époque. Ils se sont emparés de Narbonne, qui est devenue leur base pour les 45 années suivantes, et ont pratiqué des razzias méthodiques. Ils ont ravagé le Languedoc de 714 à 725, détruit Nîmes en 725 et ravagé la rive droite du Rhône jusqu'à Sens. En 721, une armée musulmane de 100.000 soldats mit le siège devant Toulouse,  défendue par Eudes, le duc d'Aquitaine. Charles Martel, le grand-père de Charlemagne, envoya des troupes pour aider Eudes. Après six mois de siège, ce dernier fit une sortie et écrasa l'armée musulmane qui se replia en désordre sur l'Espagne et perdit 80.000 soldats dans la campagne.

  Les musulmans ont conclu alors qu'il était dangereux d'attaquer la France en contournant les Pyrénées par l'est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques en passant à l'Ouest des Pyrénées. 15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit Bordeaux, puis les Pays de la Loire, et mis le siège devant Poitiers, pour être finalement arrêtés par Charles Martel et Eudes à vingt kilomètres au nord de Poitiers en 732.

  Les musulmans survivants se sont dispersés en petites bandes et ont continué à ravager l'Aquitaine. De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en temps pour participer aux pillages. Les ravages à l'Est ont continué, jusqu'à ce qu'en 737 Charles Martel descende au sud avec une armée puissante, et reprenne successivement Avignon, Nîmes, Maguelone, Agde, Béziers et mette le siège devant Narbonne. Cependant, une attaque des Saxons sur le nord de la France a obligé Charles Martel à quitter la région.

  En 759 enfin, Pépin le Bref reprit Narbonne et écrasa définitivement les envahisseurs musulmans. Ces derniers se dispersèrent en petites bandes, comme à l'Ouest, et continuèrent à ravager le pays, notamment en déportant les hommes pour en faire des esclaves castrés, et les femmes pour les introduire dans les harems d'Afrique du Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer des musulmans. La place forte des bandes se situait à Fraxinetum, l'actuelle Garde-Freinet. Une zone d'environ 10.000 kilomètres carrés, dans les Maures, fut totalement dépeuplée.

   En 972, les bandes musulmanes capturèrent Mayeul, Abbé de Cluny, sur la route du Mont Genèvre. Le retentissement fut immense. Guillaume II, comte de Provence, passa 9 ans à faire une sorte de campagne électorale pour motiver tous les Provençaux, puis, à partir de 983, chassa méthodiquement toutes les bandes musulmanes, petites ou grandes. En 990, les dernières furent détruites. Elles avaient ravagé la France pendant deux siècles.

   La pression musulmane ne cessa pas pour autant. Elle s'exerça pendant les 250 années suivantes par des razzias effectuées à partir de la mer. Les hommes capturés étaient emmenés dans des camps de castration en Corse, puis déportés dans les bagnes du Dâr al islam, et les femmes d'âge nubile dans les harems. Les repaires des pirates musulmans se trouvaient en Corse, Sardaigne, Sicile, sur les côtes d'Espagne et celles de l'Afrique du Nord. Toulon a été totalement détruite par les musulmans en 1178 et 1197, les populations massacrées ou déportées, la ville laissée déserte.

   Finalement, les musulmans ayant été expulsés de Corse, Sicile, Sardaigne, du sud de l'Italie et de la partie nord de l'Espagne, les attaques sur les terres françaises cessèrent mais elles continuèrent sur mer. Ce n'est qu'en 1830 que la France, exaspérée par ces exactions, se décida à frapper le serpent à la tête, et à aller en Algérie détruire définitivement les dernières bases des pirates musulmans. Vous savez ce qu'est devenue ensuite l'Algérie, et l'histoire ne s'est pas figée.

   Ce qu'il y a de frappant, c'est qu'entre 714, la première entrée, et 1830, l'écrasement définitif des pirates barbaresques, il s'est écoulé plus d'un millénaire. Ce qui montre qu'ils ne renoncent que très difficilement – s’ils ont jamais vraiment renoncé. Etonnant aussi le lien intime – au moins historique – entre la piraterie et l’Islam !

-  O.A.M.D.G.  -

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 09:56

   Je garde le meilleur des souvenirs de l'accueil et  de la gentillesse  que m'a  consatamment manifestés Jean-Luc Delarue  lors de cette  émission. Je peux témoigner , et  je ne suis pas le seul que Monsieur Delarue était un homme charmant ,mort dans la nuit  du 23 au 24 août 2012, et qu'il va manquer au paysage audiovisuel.

                                                  Alain TEXIER

------

Enregistrement 38 sur 681

Les documents sont consultables au centre de consultation


Numéro:1258272.001

Sélection DL :O

Titre propre: Aristocratie, noblesse : Cadeau ou fardeau?

Titre collection:Ca se discute

Chaîne de diffusion:France 2

Date de diffusion : 24.11.1999

Jour : mercredi

Statut de diffusion : Première diffusion

Heure de diffusion:23:04:36

Heure de fin de diffusion:25:09:23

Durée:02:04:47

Thématique:Société

Genre:Magazine, Débat

Type de description:Emission simple

Médiamétrie:Culture connaissance, magazine, sociétéPublic:

Présence d'un public in situ

 

Générique:

REA,Manganaro Massimo
PRO,Delarue Jean Luc
JOU,Bordes Jean Marc
JOU,Couderc Gilles
JOU,Guérin Stéphanie
PRE,Delarue Jean Luc
PAR,Miquel Pierre
PAR,Bourbon Parme Constance de
PAR,Lastic Hugues de
PAR,Farges de Rochefort Sirieyx Marie Laurence
PAR,Coquereaumont Marie France de

Générique complémentaire:

PAR,Raignac Diane Sophie de
PAR,Laffon Géraud de
PAR,Laffon Stéphanie de
PAR,Cledat Hubert de
PAR,Texier Alain
PAR,La Tour du Pin Alix de
PAR,La Croix de Castries Charles de

 

Chapeau:

  Jean Luc DELARUE présente cette émission consacrée à la noblesse. A l'aube de l'an 2000 et alors qu'ils ne sont plus que 3 000 familles en France, comment vivent les nobles ?
   Il est entouré de deux spécialistes, Charles de LA CROIX DE CASTRIES, écrivain, auteur de "Règlements de comtes" et Alain TEXIER, docteur en droit, maître de conférence. Le chroniqueur est Pierre MIQUEL.


Société de programmes: France 2

Nature de production: Achat de droits commande

Producteurs:

  Commanditaire, Paris : France 2, 1999
  Producteur, Paris : Réservoir Production, 1999

Extension géographique:National

Couleur:Couleur

Doc. d'accompagnement:Conducteur;Dossier de presse;Fiche d'émission;Fiche technique

Numéro DL :

   DL T 19991124 FR2 008.001
   DL T 19991124 FR2 008.002

Titre matériel: Aristocratie, noblesse : Cadeau ou fardeau ?

Matériel:

BETA SP : 2 éléments, Prêt à diffuser, Couleur, STEREO, Définition : 625 lignes, Standard couleur : PAL, Définition : 525 lignes ( NTSC ), Signal : Analogique, Format : 1/2 pouce, Procédé : Béta
origine : BETA SP, Définition : 625 lignes, Standard couleur : PAL, Définition : 525 lignes ( NTSC ), Signal : Analogique, Format : 1/2 pouce, Procédé : Béta
origine : BETA SP, Définition : 625 lignes, Standard couleur : PAL, Définition : 525 lignes ( NTSC ), Signal : Analogique, Format : 1/2 pouce, Procédé : Béta

 

Enregistrement 38 sur 681

 

Origine.

NDLRB . Le lien ci-dessous n'est pas toujours actif mais c'est  sans  importance puisque l'article ci-dessus est une copie in extenso de la "page mère".

http://inatheque.ina.fr/Ina/ws/dltv/dlweb/general/Record;jsessionid=9159621070C74660D369BE387B53C814?m=38&w=NATIVE('TICOL+ph+is+''Ca+se+discute''')&order=TI

 

Les documents sont consultables au centre de consultation

http://www.ina-sup.com/collections/comment-consulter-0

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 15:08

  "Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement." 
 
                                    Pierre DAC

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans BIBLIOGRAPHIE DE L'HONNETE HOMME
commenter cet article