Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • charte.de.fontevrault.over-blog.com
  • : Le royalisme providentialisme a beau tenir une place importante dans ma vie, il ne m'empêche pas de m'interesser à l'histoire connue - et celle plus cachée- de mon pays. L'humour a aussi sa place dans les pages mise en ligne.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens

20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 18:41
Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans TRESORS DE LA FRANCE ROYALE
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 11:59

   2013 célèbre l’Année Le Nôtre, 400 ans après la naissance d’André le Nôtre, jardinier du Roi, le 12 mars 1613 à Paris


  Voici une sélection de 7 vidéos et de plusieurs sites internet pour célélbrer le 400e anniversaire de la naissance d’André le Nôtre


   N'hésitez pas à  vous rendre  sur le site auquel conduit le lien ci-dessous,  vous y trouverez  tous les liens hyper textes  et les vidéos à télécharger.
http://patrimoine.blog.pelerin.info/2013/02/22/celebrer-annee-le-notre/

 

Au sommaire des vidéos :
Le Jardinier du Roi
A Vaux le Vicomte
Dans la Ville de Versailles
Au Chateau de Versailles
A Chantilly
Au Parc de Sceaux
et autres bonus


VIDEO. Le Jardinier du Roi

VIDEO.   A Vaux le Vicomte
Lire aussi : Vaux le Vicomte célèbre l’année Le Nôtre

VIDEO .Dans la Ville de Versailles

A l’occasion du 400ème anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre, la ville de Versailles rendra hommage, tout au long de l’année 2013 au célèbre paysagiste du roi Louis XIV au travers de nombreux projets urbains, de créations de jardins, d’expositions, de conférences et d’autres animations. Depuis quatre ans, la nouvelle équipe municipale dirigée par François de Mazières a mis au cœur de son projet de ville un vaste programme fondé sur la valorisation des jardins et une nouvelle approche de l’urbanisme qualifiée d’urbanisme environnemental. François de Mazières, député-maire de Versailles, évoque les nombreux événements qui marquent cette année Le Nôtre à Versailles.

VIDEO. Au Chateau de Versailles

En 2013, le château de Versailles rend hommage à André Le Nôtre, créateur des jardins de Versailles. Découvrez le programme des expositions, restaurations, événements et spectacles de l’année En savoir plus



VIDEO. A Chantilly

En vidéo : André Le Nôtre, Grand Parterre du jardin du château de Chantilly (1665-1666), 140 000 m² parc de Chantilly.


VIDEO. Le parc de Saint-Cloud à l’heure de Le Nôtre

Profitons de l’année anniversaire d’André Le Nôtre (400e anniversaire de sa naissance) pour découvrir les différents


VIDEO. jardins du Parc de Saint Cloud et leurs mystères. 

A l’occasion du tricentenaire de la mort d’André le Nôtre (en 1700), reportage sur le parc de Saint-Cloud qu’il a dessiné et qui vient d’être restauré. – Interview de Frédéric SICHET, historien de l’art des jardins, sur l’aménagement du parc et du travail de restauration selon les normes et installations de l’époque, comme un belvédère de 18 mètres de haut.


VIDEO. Au Parc de Sceaux

Visite du chantier de restauration des broderies de buis du Domaine de Sceaux(Hauts de seine). André Le Nôtre, qui a dessiné les jardins du domaine de Sceaux au XVIIe siècle, est né en 1613. C’est notamment pour fêter le 400e anniversaire de sa naissance que le conseil général des Hauts-de-Seine a entrepris depuis l’automne dernier, la restauration du parterre de broderies et de gazon des jardins du domaine. Patrick Devedjian a visité le chantier lundi 14 janvier…Plus d’informations sur le domaine de Sceaux.


VIDEO. Et autres bonus


Depuis Turin, dans des jardins dessinés par le Nôtre, Olivier BARROT présente le livre d’Erik ORSENNA, « Portrait d’un homme heureux : André Le Nôtre ».



Au sommaire des sites internet :


 André Le Nôtre  Exposition virtuelle, fruit des recherches les plus récentes sur André Le Nôtre…
André Le Nôtre sur Wikipédia André Le Nôtre (Paris, 12 mars 1613 – Paris, 15 septembre 1700)
André Le Nôtre André Le Nôtre, Versailles et le jardin à la française


Dans les archives de patrimoine en blog


Chantilly retrouve ses parterres Le Nôtre Mardi 8 septembre 2009
Vidéo : visite du château de Vaux-de-Vicomte Mardi 18 août 2009
Vidéo : Pour l’amour des jardins Mardi 11 août 2009
La Charte de Florence Mercredi 22 avril 2009

 

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans TRESORS DE LA FRANCE ROYALE
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 14:49

LE COMICE AGRICOLE...

« Comice » vient du latin « comitium », « endroit où se réunissait le peuple en assemblée ».

Les comices agricoles sont des associations de cultivateurs et d’éleveurs d’une région se retrouvant périodiquement pour étudier les moyens qui peuvent être mis en œuvre pour augmenter la production et améliorer les procédés agricoles. Ces rencontres se traduisent par des concours, des expositions et des remises de médailles et de primes en argent.

En France, le premier grand prix d’agriculture est créé en 1788. Louis XVI en personne remet alors la récompense officielle au lauréat. C’est à cette époque que les premiers comices agricoles s’organisent mais leur existence est de courte durée : ils sont supprimés en 1793, à une époque où tout rassemblement, qu’il soit corporatiste ou non, peut être considéré comme suspect. ( NDLRB.  Ces républicains, mon Dieu, sont-ils c... !)

Il faut attendre une circulaire du 27 décembre 1819 du ministre Elie Decazes, sous Louis XVIII, pour qu’ils soient relancés sur le modèle anglais. Envoyée à tous les Préfets de France, cette lettre est accompagnée d’une brochure intitulée « Des Assemblées agricoles en Angleterre ».


Quelques mois plus tard, le 22 mai 1820, une nouvelle circulaire ministérielle est diffusée afin d’inciter à la mise en place des comices : « il importe beaucoup de connaître la nature des productions rurales et l’espèce d’animaux qu’on présenterait au comice, le genre d’encouragement que le gouvernement pourrait accorder, le lieu où se tiendrait l’assemblée et les époques de la réunion. » Ce n’est pourtant qu’en 1830 que les premiers comices agricoles sont véritablement organisés dans plusieurs régions de France.

Le 31 mai 1833, le règlement destiné à créer officiellement les comices agricoles est promulgué. Il est suivi, en 1839, du comice agricole de Clamency dans la Nièvre. Petit à petit, cette tradition s’installe et se poursuit encore aujourd’hui.

....

Plus de détails  grâce au lien suivant :

http://www.meyzieu.fr/article1211.html

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans TRESORS DE LA FRANCE ROYALE
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 13:04

forum.png

 

     Vous trouverez  ci-dessous la liste  des sujets étudiés, avec  plus ou moins de fréquence, dans ce forum


- Platée de Rameau... dans Planches et notes

- Robert de Cotte (1656-1735) dans Architectes, ingénieurs...

 -  Louis XVI, l'incompris, par Alexandre Maral dans Livres sur Louis XVI

Les assemblées provinciales de Necker à Loménie de Brienne dans Les Lys en leur éclat (1700-1787) 

- Le territoire policier : Montpellier au XVIIIème siècle...dans Policiers et malandrins...

 - Le service de la princesse des Asturiesdans Objets d'Art, Arts du Meuble & Manufactures Royales

 -  La Guerre & les Affaires Etrangères : réseaux de sociabilité dans Les Lys en leur éclat (1700-1787)

 - L'art de toucher le clavecin, par François Couperin (1716) dans La Musique

 - Exposition Watteau à Bruxelles dans Les expos en cours ou à venir

 - Etienne-Bonaventure Laurier (1754-1839) dans La Musique

 - L'Opéra de Paris (1749-1790) dans Paris au XVIIIème

 - L'Opéra de Paris (1749-1790) dans Chant, musique...

 -  L’Ecole royale militaire de Pontlevoy (1776-1793) dans Militaires et guerres...

 - François Boucher dans Dessin, gravure, peinture                                        - François Boucher : fragments d'une vision du monde dans Les expos passées  

- Les marines de la guerre d'Indépendance américaine (1763-83)

dans Histoire diplomatique, militaire...                                                                                                               

- Souvenirs du XVIIIème siècle : les nostalgies de Jules Dalou dans Les expos en cours ou à venir                                                                        - L'éducation de Louis XV dans Livres sur Louis XV

 -  Dupleix dans Le monde maritime

-Le jeu au XVIIIème s. dans les encyclopédies & dictionnaires dans Encyclopédie(s) et dictionnaires...

Louis-Auguste

- La gloire de Louis XV touchée par les Lumières...dans Les Lys en leur éclat (1700-1787)

- Louis XIV, par Hyacinthe Rigaud (1701) dans à Versailles...

- Le Saint Roch du Bureau de la Santé de Marseille (1780) dans Jacques-Louis David

 - Peintres et sculpteurs, entre corporation et Académie royale dans La Peinture

- La fabrique de l'intime. Mémoires et Journaux de femmes... dans Mémoires, correspondances, journaux...

- L'amiral d'Estaing dans Le monde maritime

- Le triangle atlantique français, par Christopher L. Miller dans Noirs et Lumières

Louis-Auguste                                                                                   L'Histoire (février 2013)dans Magazines et XVIIIème siècle      

- Intendants vs Parlements : l'exemple du Dauphiné (1755-1761)dans Les Lys en leur éclat (1700-1787)

Le principe de la moindre action : Euler défend Maupertuisdans Mathématiques, sciences physiques, chimie, astronomie...

-  Présider l'Assemblée nationale constituante (1789-1791)dans les Lys se fanent (1787-1792)

- Le "Héros homicide et nocturne" en pleines "Lumières"...dans Théâtre et poésie

 -  Louis XV ou le scepticisme politique, par Jean Meyer dans Livres sur Louis XV

- Autocritique épistolaire et journalistique de l’Espagne... dans L'Espagne des Bourbons

-  Louis XV, par Michel Antoinedans Livres sur Louis XV

-  Le Siècle de Louis XV, par Pierre Gaxotte dans Livres sur Louis XV

-   Le Télémaque travesti, labo d'une nouvelle poétique du roman dans Romans, Contes...

- Défense, illustration et mise en scène du peuple letton...dans L'Europe

-   Un magistrat janséniste, des Lumières à l'Emigration...dans Mémoires, souvenirs

-  Johann Georg Pinseldans Sculpteurs...

Johann Georg Pinsel, un sculpteur baroque en Ukraine...dans Les expos en cours ou à venir       

- La répression de la désertion à Genève dans Les treize cantons suisses

- Daniel Defoe et l'union anglo-écossaise...dans Les îles britanniques

- La fin du pouvoir intermédiaire de la noblesse hispanique...dans L'Espagne des Bourbons     

- L’appartement de Marie Leszczynska (1725-1768) dans La cour       

-Prouesses formelles, dissimulatio artis & jardin paysager...dans L' Architecture  

-Dresde & les Wettin (1697-1756) : une dynastie & sa capitaledans La Kleinstaaterei allemande                                                                           - La Nouvelle-Orléans au XVIIIème siècle dans La Nouvelle-France    

-Vie, violence & esclavage dans les colonies françaises...dans Le XVIIIème en mouvement(s)...

-Voyageurs européens à la cour de France (1594-1789)

 

 

http://www.lafoliedix-huitieme.eu/

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans TRESORS DE LA FRANCE ROYALE
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 11:08

   À la fin du XIIIe siècle, le lieu fut désigné comme Funtanas. En 1255, le village appartint au chevalier Thomas le Cornu, qui fut donc le seigneur Cornu de Fontaines. Vers  1380  l'on parlait du village comme Fontaines les Cornus.

Ce nom muta ensuite en Fontaine les Corps Nudz, attesté en  1634 : la sémantique du toponyme a dû être oubliée pour arriver à une telle orthographe. En 1780 au plus tard, l'on s'en souvint de nouveau, car l'on se remit à écrire Fontaine le Cornu.

    Lors de l'érection de la commune, en 1793 , la référence à un ancien seigneur devait disparaître selon la doctrine  révolutionnaire : La commune s’appelait donc Fontaines.

   En  1801, avec l'annulation de nombreuses modifications apportées aux toponymes à la Révolution, l'on revint au nom que le village avait porté sans doute pendant la plus longue période de son existence : Fontaine-les-Corps-Nu(d)s.

  Finalement, au bout de quatre années d'interventions auprès de l'administration, ce nom fut enfin changé en Fontaine-Chaalis en 1921 , moins irrévérencieux pour les habitants, devant jusque là subir les plaisanteries de leurs voisins.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine-Chaalishttp://fr.wikipedia.org/wiki/Fontaine-Chaalis

 

Et pour en savoir (beaucoup) plus sur  l'Abbaye de Chaalis sise sur le territoire communal:                    http://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2013/01/30/chaalis-labbaye-royale-et-sa-chapelle-60300-la-fontaine-chaalis/

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans TRESORS DE LA FRANCE ROYALE
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 16:30

La mairie de Jean-Marc Ayrault va-t-elle restaurer la monarchie ? Oui. La statue de Louis XVI, place du Maréchal-Foch (ou Louis XVI pour les Nantais), va subir une rénovation complète.

Cette statue a été réalisée par le sculpteur Georges Perraud en 1926. Elle remplaçait alors celle de Dominique Molknecht de 1823.

Trois mois de rénovation seront nécessaires.

4941503-7375918.jpg

La voici en photo, ici prise tout là-haut sur sa colonne, perchée à 28 mètres de hauteur, juste avant sa rénovation.

Article  bien plus complet, communiqué par un ami que nous remercions, grâce au lien ci-dessous :

http://www.vendee-chouannerie.com/Louis-XVI-prend-un-coup-de-jeune-a-Nantes-_a364.html

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans TRESORS DE LA FRANCE ROYALE
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 22:20

Se rendre à Cordouan

http://www.pharedecordouan.com/

 

Cordouan sur Wikipédia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_de_Cordouan

 

Intéressant aussi
http://www.littoral33.com/cordouan/visite_cordouan.htm

 

LE SITE  du Ministére de la culture ... à ne rater sous aucun prétexte

http://www.cordouan.culture.fr/#/fr/annexe/sitemap

 

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans TRESORS DE LA FRANCE ROYALE
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 14:11

14 MAI 1610 : POURQUOI TUER UN SI BON ROI ?
Pierre NAVARRANNE

b) Les révélations de Jacqueline d'Escoman, fort intéressantes.                                                                                         Jacqueline d'Escoman c'était la « dariolette » d'Henriette d'Entragues, marquise de Verneuil. Sa dariolette (quel joli nom !), c'est-à-dire un peu domestique chargée des commissions délicates, à la Feydeau, un peu suivante et confidente, à la Molière. D'un passé douteux, cette Jacqueline, parfois femme galante et frisant même la prostitution..., Henriette l'avait cédée à son amie Charlotte du Trillet, présentement dame d'honneur de la reine Marie, mais ancienne maîtresse d'Épernon. La d'Escoman aurait ainsi eu connaissance de relations secrètes entre d'Épernon et les dames Tillet et de Verneuil, perçu des propos plus ou moins mystérieux qui concluaient à la mort du roi. Troublée, elle avait effectivement essayé, avant le drame du 14 mai, d'en prévenir la Reine elle- même, le père Cotton confesseur du roi, le duc de Vendôme aîné des fils du souverain, mais ses démarches échouèrent. 
   Sur ces entrefaites, cette curieuse bonne femme avait été condamnée et emprisonnée pour abandon d'enfant (ça, c'était vrai !) et elle ne put donc se manifester à nouveau qu'en Janvier 1611. 
  Elle parvint, cette fois à joindre la reine Marguerite de Valois

...

Origine de l'analyse complête

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=%22jacqueline%20d'escoman%22&source=web&cd=3&ved=0CEIQFjAC&url=http%3A%2F%2Flesamisdepeiresc.fr%2Fbibliotheque%2FHenri_4.pdf&ei=45jAUK_ILITChAfd64DgBQ&usg=AFQjCNGxaC4pmDcgydV_g40B8Egu_Lnb9g

 

Et aussi :

http://houdoy.hubert.free.fr/louis13.html


http://www.france3.fr/emissions/lombre-dun-doute/synopsis_12677


http://books.google.fr/books?id=0tFlNLDJYrEC&pg=PT48&lpg=PT48&dq=%22jacqueline+d'Escoman%22&source=bl&ots=0UQ9Ad9mrg&sig=X_gearTszZHv77LWdnG7t1U3VtE&hl=fr&sa=X&ei=zJnAUKaVEYiEhQeFtIDoCw&ved=0CHoQ6AEwDg


http://books.google.fr/books?id=DvNXU6KWHEcC&pg=PT431&lpg=PT431&dq=%22jacqueline+d'Escoman%22&source=bl&ots=wxsKCG0Zbp&sig=w5woOoVxah8nO5bgGxKADipPiyQ&hl=fr&sa=X&ei=2ZzAUPrIGs6ZhQeprICIBQ&ved=0CCwQ6AEwADgK

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans TRESORS DE LA FRANCE ROYALE
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 09:07

 Extraits; Prenez  connaissance de l'article  complet grâce au lien in fine.

............

   Plusieurs explications ont tenté de rattacher la crème fouettée à Chantilly et à son château. La première fait appel à François Vatel, maitre d’hôtel de Nicolas Fouquet à Vaux-le-Vicomte jusqu’en 1661, puis du prince de Condé à Chantilly. Celui-ci aurait servi de la crème fouettée à Chantilly, peut-être lors de la réception fastueuse du roi par le prince de Condé en avril 1671 qui le conduisit au suicide en raison du retard de la marée. D’autres pensent qu’elle aurait été servie au roi lors de la cérémonie fastueuse offerte par le surintendant des finances Nicolas Fouquet au roi à Vaux-le-Vicomte en 1661, ce qui rendit furieux le Roi-Soleil, qui, éclipsé par le faste du surintendant, s’acharna à sa perte. Dans tous les cas, aucune attestation des contemporains, ni des mémoires de l’époque ne permet de rattacher Vatel à l’appellation Chantilly de la crème fouettée. Mais on ne prête qu’aux célébrités !

Le château de Chantilly

   Chantilly réapparait dans l’histoire de la crème fouettée à la fin du XVIII° siècle. La baronne d’Oberkirsch déjeuna à Chantilly et gouta fort la crème fabriquée à la laiterie du Hameau de Chantilly. Ces hameaux, où l’on jouait à la fermière, avaient été mis à la mode par la reine Marie-Antoinette à Versailles (le hameau de la Reine dans le parc du Petit Trianon) et à Rambouillet (la bergerie).« La qualité de la Chantilly dépendait de la fraîcheur de la crème et (on savait que) celle-ci était montée lorsqu’en sortant le fouet, apparaissait une boucle et que les vagues conservaient leurs formes ». Ni le château, ni le hameau ne survécurent à la tourmente révolutionnaire et les vaches ont depuis longtemps déserté les parages.

  Le XIX° siècle répandit la Chantilly et tenta de l’améliorer. Il remplaça l’eau de fleur d’oranger utilisée au XVIII° siècle par une aromatisation à la vanille. Comme la Chantilly tient mal par temps chaud (époque où on l’apprécie le plus), on tenta de la stabiliser pas d’autres substances, la gélatine et l’agar-agar. On essaya aussi de la servir dans des siphons par adjonction de gaz, ce qui est à l’origine des bombes modernes... Mais rien ne vaut la crème Chantilly préparée sur l’instant !

  Nous pouvons toujours nous régaler de Chantilly surtout avec les fraises et les fruits rouges, mais elle agrémente aussi de nombreux desserts et glaces. Régalons nous donc, sans trop regretter que l’origine du nom de ce délice nous reste mystérieuse.

Dr Jean Vitaux.

Jean Vitaux est non seulement docteur en médecine et spécialiste gastro-entérologue mais aussi fin gastronome, membre de plusieurs clubs renommés, et, bien sûr, grand connaisseur de l’histoire de la gastronomie.

http://www.canalacademie.com/ida9948-La-creme-Chantilly-un-delice-Faut-il-la-rattacher-a-l-histoire-du-Chateau.html

© Canal Académie - Tous droits réservés

 

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans TRESORS DE LA FRANCE ROYALE
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 17:17

   Une litre funéraire ou litre seigneuriale ou litre funèbre  placée  à l'intérieur  d'une église  ou encore ceinture funèbre ou ceinture de deuil , mais cette  fois  placée  à l'extérieur, était, sous l’Ancien Régime, par privilège seigneurial, une bande noire  chargée  des armoiries du défunt.

 

  Les chêques sont à libeller à l'ordre de "Fondation du Patrimoine-Eglise  de St Léger- et à renvoyer 

* soit à la mairie de Saint Léger-la-Montagne. 2 jardin des ecoliers . 87800 . SAINT PRIEST LIGOURE

* soit  directement à la Fondation du patrimoine. la bachellerie du Midi  PB6- 87500 SAINT YRIEIX

 

Un don en ligne est également possible dans la rubrique  projets publics du site:

http://www.fondation-patrimoine-limousin.com/index.php?id=fr33

 

 

Repost 0
Published by Charte de Fontevrault - dans TRESORS DE LA FRANCE ROYALE
commenter cet article